Skip to main content

Hainsey se prépare pour une autre journée au bureau

Le défenseur de 36 ans des Penguins reste d'humeur égale alors que s'amorcent les séries éliminatoires de la Coupe Stanley

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

PITTSBURGH - Le défenseur des Penguins de Pittsburgh Ron Hainsey aurait pu longuement s'étendre, mercredi matin, sur sa longue carrière de 14 saisons et 907 matchs du calendrier régulier dans la LNH, et sur ce qu'il ressent, après une longue et frustrante attente, alors qu'il a enfin l'occasion de prendre part aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour la toute première fois à l'âge de 36 ans.

« Je me sens comme si on était mercredi », a lancé Hainsey, pince-sans-rire.

C'est tout?

Non, mais Hainsey n'avait clairement pas le goût d'analyser le parcours qui l'a mené à disputer cette série du premier tour éliminatoire dans l'Association de l'Est opposant les Penguins et les Blue Jackets de Columbus. Le premier match au PPG Paints Arena a lieu mercredi soir (19 h 30 (HE); TVA Sports 3, SN360, USA, ROOT, FS-O).

« J'ai beaucoup de choses à faire chaque jour, alors je ne pouvais pas commencer à me préoccuper de ce qui s'en venait plus tard, a affirmé Hainsey. C'est vrai, lorsque j'ai été échangé ici à la fin de février… Tu essaies de ne pas te projeter trop loin dans l'avenir, mais c'était évident que l'équipe se dirigeait vers une participation aux séries, il restait juste à savoir à quel rang nous allions aboutir et qui nous allions affronter. Il est possible, dans ce contexte, de se laisser aller à penser à certaines choses à ce moment-là. »

Hainsey faisait partie de l'organisation des Canadiens de Montréal lorsque ceux-ci ont pris part aux séries du printemps 2004, mais il s'alignait alors avec l'équipe-école de Hamilton dans la Ligue américaine de hockey, si bien qu'il avait participé aux séries de la Coupe Calder pendant que les Canadiens disputaient les séries de la Coupe Stanley.

Il a éventuellement porté l'uniforme des Blue Jackets pendant trois saisons, mais il se trouvait déjà à Atlanta, avec les Thrashers, quand Columbus a accédé aux séries pour la première fois dans l'histoire de la concession en 2009. Il a passé cinq saisons avec les Thrashers, devenus les Jets de Winnipeg, mais il en était à la deuxième année d'une séquence de trois sans séries avec les Hurricanes de la Caroline quand les Jets ont pris part aux séries en 2015.

La chance de Hainsey a tourné le 23 février, quand les Penguins l'ont obtenu dans le cadre d'une transaction avec les Hurricanes. Reste qu'à ce moment-là, on le considérait comme une solution temporaire, jusqu'à ce que les blessés au sein de la brigade défensive de Pittsburgh reviennent au jeu. Rien ne garantissait qu'il participerait à un match éliminatoire, encore moins qu'il se retrouverait au sein du premier duo d'arrière des Penguins, avec Brian Dumoulin, en vue du premier match du premier tour.

Olli Maatta venait de subir une intervention chirurgicale à la main et Trevor Daley, une chirurgie au genou. Le premier match de Hainsey, l'affrontement de la Série des stades Coors Light 2017 de la LNH au Heinz Field, était aussi le premier que Kristopher Letang allait rater, en raison de ce qu'on allait diagnostiquer plus tard comme étant une hernie discale au cou. Ce mal a éventuellement obligé Letang à subir une chirurgie qui a mis fin à sa saison.

Maatta et Daley sont de retour, mais les Penguins ont toujours grandement besoin de Hainsey. Celui-ci a eu droit à plus de 22 minutes de temps de glace dans quatre des six rencontres qu'il a disputées depuis qu'il est revenu d'une absence de sept affrontements attribuable à une blessure au haut du corps.

Hainsey a passé en moyenne 20:59 par match sur la glace et a récolté trois mentions d'aide et présenté un différentiel de plus-8 en 16 matchs avec Pittsburgh depuis la transaction. Et maintenant, il goûtera aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour la première fois.

« Nous sommes enchantés pour lui, a déclaré l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan. Je pense qu'il est aussi fébrile que certains de nos jeunes joueurs pour qui c'est une toute nouvelle expérience. »

Le cas de Hainsey, en fait, montre aux jeunes joueurs des Penguins à quel point il est difficile, du moins en principe, de se qualifier pour les séries. C'est sans doute une bonne chose qu'on le leur rappelle, eux qui ont eu la chance d'aboutir à Pittsburgh, équipe qui a participé aux séries chaque année depuis 2007.

Pensez-y un peu : Bryan Rust a disputé 41 matchs, Tom Kuhnhackl 42 et Conor Sheary 44 avant que ces trois attaquants vivent leurs premiers moments en séries éliminatoires, le printemps dernier. Ils ont tous été des éléments-clés lors du parcours des Penguins vers la conquête de la Coupe Stanley. 

Hainsey ainsi que les attaquants des Penguins Carter Rowney (27 matchs) et Jake Guentzel (40) feront tous leurs débuts en séries de la LNH, mercredi.

« Il est sûrement fébrile, a affirmé Sheary. C'est toute une expérience. J'ai eu la chance de vivre ça à ma première année et de disputer beaucoup de matchs. De voir un gars comme lui, un bon joueur et un bon vétéran, obtenir sa première chance de le faire est incroyable, mais je suis sûr qu'il sera fébrile. »

Hainsey est effectivement fébrile. Il s'agit juste de passer outre son sens de l'humour sarcastique et de regarder au-delà du calme qu'il affiche extérieurement pour y voir les émotions qu'il vit.

« Eh bien, je veux dire, il faut jouer les cartes qu'on te présente, que ce soit le match, la saison, peu importe, a dit Hainsey. C'est sûr que j'aurais aimé avoir disputé 100 matchs éliminatoires à ce stade-ci et remporté trois fois la Coupe Stanley, mais ce n'est pas comme ça que les choses se sont déroulées pour moi.

« Cette opportunité, ces deux prochains mois… Espérons que nous pourrons réaliser un autre long parcours vers le championnat pour ces gars-là, et un premier long parcours du genre pour des gars comme moi. C'est là-dessus que je me concentre. »

En voir plus