Skip to main content

FIHG : Sebastian Aho n'est pas déçu de passer sous le radar

L'attaquant finlandais a connu une excellente saison recrue dans l'ombre de Matthews et Laine

par Emna Achour / Correspondante LNH.com

COLOGNE, Allemagne - Il fut un temps où personne ne savait qui était Patrik Laine.

Au Championnat du monde junior 2016 de la FIHG présenté à Helsinki, tous les projecteurs étaient évidemment braqués sur celui qui allait devenir le tout premier choix du repêchage 2017 dans la LNH, l'Américain Auston Matthews, mais aussi sur les vedettes locales et meilleurs pointeurs du tournoi, les attaquants finlandais Jesse Puljujarvi et Sebastian Aho.

Ce n'est que vers la fin du tournoi que le tir phénoménal et le sens de l'humour hors du commun de Laine ont commencé à faire jaser, ce qui l'a éventuellement mené à une sélection au deuxième rang - tout juste derrière Matthews - lors du repêchage de l'an dernier.

Laine et Matthews ont connu des saisons recrue du tonnerre et ont tous les deux été nommés finalistes pour le trophée Calder. Puljujarvi, de son côté, a passé une bonne partie de l'année dans la Ligue américaine et n'a rien cassé avec les Oilers d'Edmonton à sa première saison.

Reste donc Aho qui, bien que moins flamboyant et volubile que Matthews ou ses deux compatriotes finlandais, a lui aussi dominé à son année recrue avec les Hurricanes de la Caroline, qui l'avaient sélectionné en deuxième ronde (35e au total) à l'encan de 2015.

Aho a terminé l'année avec 49 points donc 24 buts, ce qui lui a permis de faire partie du top-5 des meilleurs pointeurs chez les recrues et au troisième rang des buteurs dans cette catégorie, derrière - qui d'autre - Matthews et Laine. Mais il a beau ne pas avoir bénéficié d'autant de couverture médiatique que ces derniers, ce n'est pas Aho qui va se plaindre d'être un peu plus dans l'ombre.

« Ça m'importe peu », a-t-il dit dans son anglais encore un peu cassé et avec son habituelle voix basse, témoignant de sa personnalité plus timide. « Je ne sais pas vraiment quoi répondre quand on me pose la question. Ça ne me dérange pas du tout. »

« Je ne pense pas qu'il s'en préoccupe particulièrement. Il préfère se concentrer sur son propre jeu et il continue de s'améliorer », a déclaré le vétéran attaquant des Flyers de Philadelphie Valtteri Filppula, qui évolue présentement avec Aho au sein de l'équipe finlandaise au Championnat du monde 2017 de la FIHG. « Il a connu toute une saison recrue lui aussi, mais c'est certain que ces deux joueurs ont donné tout un spectacle. C'est difficile de rivaliser avec eux, mais je pense qu'il se situe au même niveau. »

Aho en est à sa deuxième participation au Championnat du monde de la FIHG, lui qui avait aidé la Finlande à se rendre en grande finale contre le Canada l'an dernier en Russie. Cette année, avant d'aspirer à une médaille d'or, Aho et son équipe devront d'abord trouver une manière de battre leurs grands rivaux suédois en demi-finale samedi.

La Suède avait été humiliée 6-0 en quarts de finale par le Canada lors de l'édition 2016 du tournoi. Cette année, même s'ils ont terminé troisièmes du groupe A derrière les États-Unis et la Russie, les Suédois peuvent compter sur les Henrik Lundqvist, William Nylander et Nicklas Backstrom, pour ne nommer que ceux-là, pour tenter de monter sur le podium pour la première fois depuis 2014 (bronze). Leur dernière médaille d'or remonte à 2013.

Sauf qu'Aho et la Finlande espèrent bien leur en empêcher.

« C'est un très bon joueur dans tous les aspects du jeu. Il prend les bonnes décisions, il a une bonne tête de hockey et un bon coup de patin. Je n'arrive pas à trouver un aspect du jeu avec lequel il connaît un peu plus de difficultés, a ajouté Filppula en parlant d'Aho. Je pense qu'il a une brillante carrière devant lui et qu'il va être bon pendant un bout de temps pour notre équipe. »

Son coéquipier chez les Hurricanes Jeff Skinner, qui porte les couleurs du Canada au Championnat du monde 2017 de la FIHG, a lui aussi lancé des fleurs à Aho et est persuadé que ce qu'on a vu de lui jusqu'à présent n'est que la pointe de l'iceberg.

« Il m'impressionne. Il va être de plus en plus bon, ce qui est une bonne chose pour nous, a mentionné Skinner. Ici, il affronte d'assez bons joueurs et évolue aux côtés de très bons joueurs aussi et il réussit à faire la différence, tout comme il l'a fait pour nous à plusieurs reprises en Caroline. Il a un brillant avenir devant lui, ce sera excitant pour moi de le voir aller. Il connaîtra une longue carrière et je suis très heureux d'avoir la chance de le voir progresser de près. »

Sans Matthews ni Laine au Championnat du monde 2017 de la FIHG, Aho a toute la place pour briller. Après un début de tournoi en dents de scie, la Finlande a commencé à gagner au bon moment et a surpris tout le monde en éliminant les puissants Américains en les blanchissant 2-0 en quarts de finale.

Aho figure au premier rang des pointeurs au sein de son équipe avec neuf, ce qui n'est peut-être pas suffisant pour faire partie du top-10 jusqu'à présent dans ce tournoi, mais qui ne devrait pas trop le déranger s'il rentre en Finlande avec une médaille au cou.

En voir plus