Skip to main content

Cinq clés du match no 1 Blues-Stars

Les joueurs et les entraîneurs se connaissent bien ; les meilleurs attaquants de chaque équipe seront de nouveau sollicités

par Amalie Benjamin @amaliebenjamin / Journaliste NHL.com

DALLAS - Les Blues de St. Louis et les Stars de Dallas disputeront le premier match de leur série du deuxième tour dans l'Association de l'Ouest vendredi soir au American Airlines Center (20h HE ; TVA Sports, CBC, NBCSN).

Voici les cinq clés du match no 1 :

1. Des adversaires familiers : Le format des séries présentement en vigueur dans la LNH fait en sorte que cela favorise les affrontements entre équipes qui se connaissent déjà bien. C'est effectivement le cas des Stars et des Blues, qui se sont fait face à cinq reprises en saison régulière. Trois de ces rencontres ont nécessité la tenue de la prolongation, bien que les Blues s'en soient tirés avec une fiche de 4-1-0. Chacune des formations a par ailleurs remporté un match au compte de 3-0.

« Je suis certain qu'ils ne nous aiment pas et nous ne les aimons pas, a souligné l'ailier gauche des Stars Jamie Benn. La LNH a conçu ce système des séries pour favoriser les rivalités, et je crois que ce sera le cas avec cette série entre les Stars et les Blues. »

Mais ça ne s'arrête pas là.

L'entraîneur des Blues Ken Hitchcock et le pilote des Stars Lindy Ruff ont tous deux agi comme entraîneur adjoint avec Équipe Canada, notamment lors des Jeux olympiques de 2014, et leurs chemins se croiseront pour la troisième fois en séries de la LNH. Hitchcock a mené les Stars à la conquête de la Coupe Stanley en 1999 aux dépens de Sabres de Buffalo, équipe alors dirigée par Ruff. Ils se sont également affrontés lors des séries du printemps 2006.

Il ne devrait donc pas y avoir de surprises.

2. Des Stars qui doivent être des stars : À l'occasion du premier tour face au Wild du Minnesota, les Stars ont été menés par leurs attaquants de premier plan, c'est-à-dire Benn et Jason Spezza, alors qu'ils étaient privés des services de Tyler Seguin. Contre les Blackhawks de Chicago, les Blues ont eux aussi été menés par leurs attaquants de premier plan, ceux qui composent le trio de Vladimir Tarasenko.

Les stars des deux équipes devront poursuivre dans la même veine pour aider les leurs à poursuivre leur parcours en séries. Benn a amassé 10 points au premier tour et Spezza, neuf. Jaden Schwartz a été le chef de file des Blues avec une récolte de sept points, un de mieux que les six points de Tarasenko. Benn, Spezza et Tarasenko ont tous marqué quatre buts au premier tour.

« Il faut vraiment être conscient de ses forces, c'est-à-dire son tir formidable, qui le rend particulièrement dangereux quand il se retrouve à la hauteur des cercles de mise en jeu, a dit Ruff de Tarasenko.Il est fort physiquement, ce qui lui permet souvent de se créer de l'espace à l'intérieur. Il faut savoir où il se trouve sur la glace. Sans aucun doute, il faut le chercher et le repérer, il faut être alerte quand il est là. »

Pour que les Blues réussissent à l'emporter, il faudra que Tarasenko continue d'être dangereux. Et pour que les Stars parviennent à s'imposer, il faudra que leurs stars fassent de même.

3. DN vs AN : Ç'avait si bien commencé.

Dans le premier match contre les Blackhawks, le désavantage numérique des Blues a blanchi le jeu de puissance de Chicago en cinq occasions, mais ça s'est effondré par la suite. St. Louis a accordé six buts en 19 avantages numériques des Blackhawks, ce qui a valu au désavantage numérique des Blues d'afficher le deuxième pire taux de succès du premier tour (68,4 pour cent). Le jeu de puissance des Stars, entre-temps, a inscrit quatre buts en 19 opportunités, pour un pourcentage d'efficacité un peu inférieur à celui qu'il a conservé en saison régulière, alors qu'il avait pris le quatrième rang dans la Ligue (22,1 pour cent).

Cela signifie que les Blues devront être meilleurs qu'au premier tour en désavantage numérique pour rivaliser avec les Stars, et que leur unité à quatre contre cinq devra ressembler davantage à celle qu'ils ont alignée en saison régulière, alors qu'ils avaient pris la troisième place dans la Ligue.

4. Trop de repos? : Dans les séries, une période de repos peut être salutaire, mais elle peut aussi être un couteau à deux tranchants si elle est trop longue. C'est là un facteur que Ruff a relevé en évoquant le premier match de la série entre le Lightning de Tampa Bay et les Islanders de New York, disputé mercredi. Tampa Bay, qui a eu droit à cinq jours de congé après avoir battu les Red Wings de Detroit au premier tour, était à plat en début de rencontre. Les Islanders, qui n'avaient eu qu'un répit de deux jours, l'ont emporté 5-3.

« Règle générale, je déteste les pauses, a dit Ruff. Je déteste devoir décider [à quelle fréquence tenir des entraînements]. Tu te demandes toujours si l'équipe en a fait assez, si les joueurs ont affiché le bon niveau d'intensité. »

Le dernier match de Dallas remonte à samedi, ce qui a donné un repos de cinq jours aux Stars. St. Louis n'a pas joué depuis lundi, ce qui veut dire que les Blues n'ont eu droit qu'à trois jours de pause entre le septième match de leur série du premier tour et leur première rencontre en deuxième ronde.

5. Devant le filet : Puisque Kari Lehtonen a été le premier gardien à quitter la glace du côté des Stars, vendredi matin, il semble bien qu'il obtienne le départ face aux Blues lors du premier match. Il n'y a pas eu de tendance claire au premier tour en ce qui a trait à l'utilisation de Lehtonen et Antti Niemi, alors que le premier a eu droit à quatre départs et le deuxième, à deux.

De leur côté, les Blues ont fait confiance à Brian Elliott du début à la fin du premier tour, et ils estiment qu'il a joué un rôle important dans leur victoire aux dépens de Chicago.

La véritable question concernant Lehtonen et Niemi a trait à leur niveau de jeu en troisième période. Les Stars ont fléchi quelque peu en fin de rencontre lors du cinquième match (avec Niemi) et aussi lors du sixième affrontement (avec Lehtonen) ; ils ont alors accordé un filet égalisateur au moment où il restait moins de quatre minutes à jouer puis un but vainqueur en prolongation dans le cinquième affrontement, et quatre buts au troisième engagement lors de la sixième rencontre.

Les Stars devront donc resserrer leur jeu dans les fins de match face aux Blues.

En voir plus