Skip to main content

Carter Hart, un drôle de spécimen

Le gardien d'Équipe Canada junior repousse les limites en matière de manies et de superstitions

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BUFFALO - Tout le monde a ses petites manies, ses superstitions, sa routine de tous les jours. Mais, à ce chapitre, difficile de faire mieux - ou pire, c'est selon - que Carter Hart.

En fait, il est probablement dans une classe à part de la classe à part. Vous voyez le genre?

Depuis le début du Championnat mondial junior, les superstitions et les différentes routines du gardien canadien âgé de 19 ans deviennent plus flagrantes.

Une grande et longue respiration avant de fouler la glace, trois gorgées d'eau et trois jets au visage en étant toujours placé au même endroit près de la ligne bleue pendant les pauses publicitaires, mais surtout son obsession d'être le dernier joueur à quitter la patinoire entre les périodes.

Le problème, c'est que les autres équipes commencent à le savoir.

Si le gardien réserviste finlandais Lassi Lehtinen l'a fait patienter sans mauvaise intention lors du premier match du tournoi, le substitut suisse Matteo Ritz a réellement voulu tester les limites du gardien albertain, mardi.

Tweet from @GLepageLNH: Le gardien r��serviste suisse emp��che Carter Hart de sortir de la patinoire en dernier. ��a fait maintenant 5 minutes. #MondialJunior pic.twitter.com/qtpmL1aqWv

Il est demeuré sur la patinoire pendant près de six minutes au terme du premier vingt pendant que les resurfaceuses faisaient leur travail jusqu'à ce que Hart perde patience. Du moins, c'est ce que l'on croyait.

Le rusé gardien a toutefois patienté dans le couloir menant au vestiaire, le temps que son homologue quitte la glace, puis il est revenu faire un petit tour pour être le dernier à quitter au grand plaisir des amateurs canadiens qui assistaient à la scène.

« J'étais tanné d'attendre donc j'ai quitté la glace en me disant qu'il sortirait et que je pourrais y retourner », a déclaré Hart avec un sourire en coin. « Je ne serais pas resté plus longtemps qu'avec 10 minutes à faire avant le début de la période. C'est un peu ce que je fais. Ça fait partie de ma routine, ça me permet de me concentrer et de bloquer les distractions.

« Avant ce tournoi, ça m'était arrivé une seule fois de me faire défier. Ça fait deux fois ici, mais ça n'a jamais été aussi long qu'aujourd'hui. »

Bon, vous êtes probablement en train de vous dire qu'un petit jeu de patience comme celui-là, ce n'est pas la fin du monde. Ce n'est pas terminé.

Bizarroïde vous dites?

Les gardiens sont souvent des créatures bizarroïdes, il faut l'admettre, mais l'espoir des Flyers de Philadelphie repousse les limites. Et c'est lui-même qui a révélé tous ses secrets de bon coeur en avouant que c'était « un peu bizarre ».

Merci Carter, nous ne l'aurions pas réalisé.

Le gardien mange trois oeufs, deux rôties et boit un verre de lait au chocolat pour déjeuner. Jusque-là, rien de plus normal. Mais il le fait tous les jours. Depuis quatre ans. 

« Oui je me tanne un peu, mais c'est ce que je fais. C'est ma routine pour déjeuner », a-t-il lancé le plus sérieusement du monde.

« Mon père de famille d'accueil aime me préparer à déjeuner - il se lève tôt, il n'a rien d'autre à faire. Il me demande souvent si je veux autre chose comme des crêpes ou du pain doré. Non, des oeufs et des rôties, s'il vous plaît! »

Il ne s'arrête pas là. Il a fait la même chose pour son lunch avec du poulet et du riz pendant deux ans. Mais attention, Hart a dérogé à sa routine en changeant le riz pour des patates cette année.

On n'arrête pas le progrès.

À ce point, il nous aurait dit qu'il identifiait ses sous-vêtements avec les différents jours de la semaine que nous l'aurions cru sans même poser de questions.

Dans le camp canadien, on s'est déjà résigné à vivre avec les drôles d'habitudes de la bibitte qui garde les buts.

« S'il a besoin d'un peu de temps sur la glace, de lancer de l'eau dans les airs ou de boire sa boisson rouge cinq minutes avant d'embarquer, il faut qu'il le fasse, a dit l'entraîneur Dominique Ducharme. Ce ne sont pas des affaires qui dérangent le groupe.

« Nous, en autant qu'il soit prêt quand la rondelle tombe et qu'il fasse les arrêts. »

Avec un taux d'efficacité de 0,920 et une moyenne de buts alloués de 1,94 depuis le début du tournoi, il ne semble pas y avoir de problème de ce côté.

Vaut mieux alors continuer dans cette voie.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.