Skip to main content

Budaj a retrouvé le plaisir de garder le filet

Le Slovaque s'illustre en l'absence de Jonathan Quick chez les Kings

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Peter Budaj n'aurait pas parié sur ses chances de se retrouver à Montréal pour un match contre les Canadiens, avant le début de la saison. Il n'aurait surtout pas cru être le gardien de confiance des Kings de Los Angeles, encore moins de se présenter au Centre Bell en ayant signé deux jeux blancs d'affilée.

Le gardien slovaque âgé de 34 ans refait surface dans la LNH cette saison, contre toute attente, en raison de la blessure qu'a subie Jonathan Quick, qui s'est blessé dès le premier match des Kings, le 12 octobre.

Le gardien substitut Jeff Zatkoff s'est blessé à son tour et Budaj a été rappelé en renfort. Il fait admirablement bien, lui qui montre une fiche de 7-3-0, une moyenne de but accordé par match de 1,86 et un taux d'efficacité tirs-arrêts de 0,919.

Il vient de blanchir successivement les Flames de Calgary (5-0) et les Maple Leafs de Toronto (7-0). Les Kings (7-6-0) ont retrouvé des couleurs dernièrement en ayant remporté leurs trois derniers matchs.

« Je ne me rappelle pas de la dernière fois que j'ai obtenu deux blanchissages de suite », a-t-il mentionné, mercredi, à l'issue de la séance d'entraînement des Kings au Centre Bell.

Budaj pourrait tenter de réaliser un troisième jeu blanc contre les Canadiens, jeudi. L'entraîneur Darryl Sutter n'a toutefois pas voulu dire s'il fera appel à ses services.

Video: CGY@LAK: Budaj fait un bel arrêt à bout portant

Budaj revient de loin depuis qu'il s'est fait ravir son poste par Dustin Tokarski chez les Canadiens, avant la saison 2014-15. Le vétéran de 10 saisons dans la LNH a atteint le fond du baril dans la Ligue américaine de hockey (LAH), après avoir été échangé aux Jets de Winnipeg en retour de l'attaquant Eric Tangradi. En 19 sorties avec les IceCaps de St. John's, équipe-école des Jets, il n'a pas remporté un seul match, montrant une moyenne de 3,55 et un taux de 0,888.

« Ç'a été une saison difficile. J'ai été échangé puis cédé dans les rangs mineurs. Je me suis alors imposé trop de pression au lieu de me concentrer à stopper la rondelle. Je n'étais pas dans un bon état d'esprit, au lieu de centrer mes efforts sur mon rendement, je ne pensais qu'à revenir dans la Ligue nationale. C'était une mauvaise approche. »

Il a obtenu un essai avant la saison 2015-16 avec les Kings, qui l'ont finalement engagé. Il a connu une saison du tonnerre dans la LAH : fiche de 42-14-4, moyenne de 1,75 et taux de 0,932, en plus de renouer avec le calibre de la LNH pour une seule rencontre.

« Dieu merci, j'ai eu une autre chance. Je suis reconnaissant à l'endroit des Kings qui m'ont permis de prouver que je n'étais pas fini.

« Les problèmes étaient davantage psychologiques. J'ai changé ma philosophie. J'ai tout recentré sur ma performance et j'ai recommencé à aborder les matchs un à la fois. Je me suis dit que je devais retrouver le plaisir de jouer et que je verrais où ça m'amènerait. Tout est retombé en place pour moi. J'ai connu une grosse saison dans la Ligue américaine. Et me revoilà dans la Ligue nationale. Les choses changent vite parfois. Je ne me pose pas de questions pour ce qui est de mon avenir immédiat. Je savoure le moment présent. »

Budaj a agi à titre d'adjoint à Carey Price pendant trois ans. Depuis son départ, Tokarski, Mike Condon et Al Montoya se sont succédé.

« C'est une tâche difficile que celle de chausser les patins de Carey Price, surtout à Montréal où tout le monde s'attend à ce que l'équipe gagne tout le temps. Carey est le cœur et l'âme des Canadiens. »

La tâche n'est à peine plus mince chez les Kings, à la différence que le style de jeu que préconise l'équipe est davantage basé sur la défense que celui des Canadiens.

« Nous sommes une équipe de possession de rondelle, a expliqué l'entraîneur Sutter. Nous passons donc moins de temps dans notre zone. Nous avons la rondelle plus souvent que nos adversaires, ce qui enlève de la pression sur le gardien. Il reçoit moins de tirs, conséquemment moins de tirs de qualité. C'est la raison pour laquelle nous avons tout de même connu du succès au cours des dernières saisons. »

« On parle peut-être des deux meilleurs gardiens de la ligue, a renchéri Budaj. Vous ne devez pas tenter d'être Carey Price ou Jonathan Quick parce qu'ils sont dans une classe à part. Vous devez faire de votre mieux en demeurant vous-mêmes. »

Affligé par le décès de Svatos

Sur le plan personnel, Budaj a été affecté dernièrement par le décès subit de son compatriote slovaque Marek Svatos.

Budaj était un ami d'enfance de Svatos, qui était âgé de 34 ans. Tous deux ont été repêchés au cours de la même année dans la LNH et ils ont fait leurs débuts ensemble dans l'uniforme de l'Avalanche du Colorado.

« J'ai été soufflé en apprenant la nouvelle, a-t-il commenté. C'était complètement inattendu. Il est décédé chez lui, subitement. Il faudra patienter pour connaître les conclusions de l'autopsie. Ç'a été un gros choc. Je le connaissais depuis 26 ans. Nous avions été repêchés ensemble et nous avions été des co-chambreurs au Colorado. J'ai assisté à son mariage. C'est une triste histoire, le décès d'un époux et d'un père de deux jeunes enfants. Je prie pour sa famille. Je ne peux pas imaginer toute la douleur que ses membres ressentent. »

En voir plus