Skip to main content

5 Questions : Hurricanes de la Caroline

L'équipe devra éviter un autre lent départ si elle veut retourner aux séries éliminatoires

par Kurt Dusterberg / Correspondant LNH.com

Chacune des 30 équipes de la LNH vit des hauts et des bas au cours d'une saison. Voici cinq questions cruciales qui décideront du sort des Hurricanes de la Caroline en 2016-17 :

Est-ce que l'équipe pourra connaître un bon départ?

 

Dans chacune des deux premières saisons sous les ordres de l'entraîneur Bill Peters, la Caroline a déjà creusé sa propre tombe avant mi-décembre. En 2014-15, les Hurricanes ont amorcé la saison avec une fiche de 8-19-3, puis ils ont affiché un dossier de 8-13-4 pendant leurs 25 premiers matchs la saison dernière. Un bon départ représentera un gros défi cette saison, car les Hurricanes entament la saison avec un périple de six matchs à l'étranger et ils disputeront 18 des 28 premières rencontres sur la route. À quel point l'équipe prend-elle ce défi au sérieux? Le personnel d'entraîneurs a commencé à souligner l'importance du match d'ouverture, le 13 octobre au PNC Arena contre les Jets de Winnipeg, pendant la première séance d'entraînement au camp.

 

Les gardiens joueront-ils suffisamment bien pour mener l'équipe aux séries?

Les directeurs de l'équipe ont partiellement attribué le lent départ de la saison dernière au jeu des gardiens Cam Ward et Eddie Lack. Même si les deux se sont améliorés au cours de la deuxième moitié de la saison, ils ont quand même fini à l'avant-dernier rang dans la LNH en présentant un pourcentage d'arrêts combiné de ,902. Pire encore, ils ont alloué au moins trois buts dans 28 des 31 défaites de l'équipe en temps réglementaire. Afin que la Caroline soit en lice pour une place en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, Ward et Lack devront arracher une victoire de temps en temps. Chacun est sous contrat pendant les deux prochaines saisons; les Hurricanes s'attendent à ce qu'ils produisent de meilleurs résultats.

Est-ce que le manque de vétérans fera mal à la jeune brigade défensive?

Les jeunes défenseurs des Hurricanes se sont avérés une véritable révélation la saison dernière, mais Ron Hainsey (35 ans) est le seul défenseur régulier ayant plus de 24 ans. Jaccob Slavin, 22 ans, devrait évoluer au sein du premier duo avec Justin Faulk (24). Brett Pesce (21) et Noah Hanifin (19) devraient également assumer des rôles à temps plein. Ryan Murphy (23) est également à la recherche d'un poste dans l'alignement après avoir divisé ses trois dernières campagnes entre les Hurricanes et avec les Checkers de Charlotte dans la Ligue américaine de hockey. C'est une responsabilité énorme pour un groupe avec beaucoup de potentiel, mais peu d'expérience.

La Caroline peut-elle s'améliorer en prolongation et en tirs de barrage?

Vingt-six matchs des Hurricanes ont nécessité la tenue du temps supplémentaire la saison dernière, le deuxième plus grand nombre dans la LNH. L'équipe a affiché un dossier de 8-11 en prolongation et de 2-5 en fusillade, obligeant le directeur général Ron Francis à chercher des joueurs de talent pour chaque scénario. L'attaquant Lee Stempniak, qui a rejoint l'équipe en tant que joueur autonome, a inscrit deux buts pendant la période de prolongation 3-contre-3 la saison dernière et devrait compléter les centres Jordan Staal (trois buts) et Victor Rask (deux buts), qui se sont imposés en prolongation l'année dernière. La fusillade pourrait poser un plus grand défi aux Hurricanes: le départ du centre joueur autonome Riley Nash (3-en-5) laisse la Caroline avec seulement deux joueurs, Hanifin et Slavin, qui ont marqué un but en fusillade (un chacun).

Jeff Skinner peut-il apporter une contribution constante?

Skinner, 24 ans, est un des attaquants les plus dynamiques dans la LNH, mais il est imprévisible. La saison dernière, il a connu huit séquences différentes de quatre matchs sans but. Dans ces 40 rencontres, il a amassé 10 aides. Mais pendant une période de 14 matchs en décembre, il a totalisé 10 buts et quatre passes pour aider la Caroline à compiler une fiche de 8-4-2. Quand Skinner est au sommet de son art, les Hurricanes sont beaucoup plus dangereux.

En voir plus