Skip to main content

31 en 31 : Les cinq meilleurs espoirs des Sharks

Derrière Ryan Merkley, les Sharks ont droit à une progression intéressante de joueurs repêchés tardivement

par Nicolas Ducharme @nicolasducharme / Journaliste LNH.com

LNH.com propose une analyse en profondeur de chacune des 31 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les Sharks de San Jose.

Le bassin d'espoirs des Sharks de San Jose ressemble à un bon vin : il s'améliore avec le temps.

En effet, certains des meilleurs espoirs de l'équipe ne sont pas des choix de première ronde, voire de deuxième, mais plutôt des joueurs qui ont été repêchés tardivement, mais qui démontrent une courbe de progression intéressante depuis qu'ils ont entendu leur nom être appelé lors du Repêchage.

31 EN 31 SHARKS : Analyse de l'alignement | Pour les poolers | Toutes les analyses « 31 équipes en 31 jours »

Il faut dire qu'avec les succès des Sharks dans les dernières années, ils se sont rarement retrouvés dans une bonne position lors de l'encan annuel. Ils n'ont parlé que deux fois en première ronde lors des quatre dernières années, repêchant en moyenne au 20e rang. L'une de ces deux sélections, Josh Norris, n'est plus avec l'équipe, échangé aux Sénateurs d'Ottawa dans la transaction qui a envoyé Erik Karlsson aux Sharks.

Et, pour une rare fois dans les dernières années, la porte est ouverte pour ces jeunes avec les Sharks. Les départs de Joe Pavelski, Joonas Donskoi, Gustav Nyquist, Joakim Ryan, Justin Braun et Joe Thornton - lui qui est sans contrat et qui pourrait prendre sa retraite - laissent beaucoup de casiers libres dans le vestiaire pour les espoirs de l'équipe.

Il ne faut pas nécessairement s'attendre à ce que ces choix tardifs au repêchage imitent les Pavel Datsyuk (171e en 1998) et Henrik Zetterberg (210e en 1999) et deviennent le noyau offensif des Sharks pour les 10 prochaines années, mais ils sont à surveiller au sein d'un bassin d'espoirs dominé par un défenseur fait dans le moule des deux plus grandes vedettes à San Jose : Brent Burns et Erik Karlsson.

1. Ryan Merkley, D

Comment a-t-il été acquis : Sélectionné avec le 20e choix du Repêchage 2018 de la LNH

Saison dernière : Guelph (OHL) : 28 MJ, 5-34-39; Peterborough (OHL) : 35 MJ, 9-23-32; San Jose (LAH) : 2 MJ, 0-0-0

Véritable bombe offensive, Merkley semble avoir les aptitudes pour devenir un défenseur offensif de qualité dans la LNH. Il a terminé la dernière saison de la Ligue de hockey de l'Ontario avec 71 points, la deuxième meilleure récolte du circuit chez les arrières.

Il n'est pas le plus imposant (5 pieds 11 pouces et 170 livres), mais ça ne semble pas déranger les équipes de la LNH dans les dernières années lorsqu'on regarde les succès des Samuel Girard, Torey Krug et autres arrières qui se seraient fait dire il y a quelques années qu'ils étaient trop petits pour la ligue.

Malgré tout son talent, certaines questions subsistent quant à son caractère et à sa maturité. À la surprise de plusieurs, le Storm de Guelph a décidé de l'échanger au beau milieu de la dernière saison même si l'équipe visait la Coupe Memorial. 

Une situation qui n'inquiète pas les Sharks, qui voudraient toutefois que Merkley devienne meilleur dans les deux sens de la patinoire.

« On sait qu'il est un joueur spécial en zone offensive, mais il doit aussi être très bon en zone neutre », a expliqué le directeur du recrutement Doug Wilson fils. « Il est très agile avec ses pieds. S'il peut fermer l'entrée en zone neutre, diriger le jeu vers la bande à l'aide de son bâton, on pourra relancer l'attaque encore plus rapidement. »

Arrivée prévue dans la LNH : 2020-2021

2. Dylan Gambrell, C

Comment a-t-il été acquis : Sélectionné avec le 60e choix du Repêchage 2016 de la LNH

Saison dernière : San Jose (LAH) : 51 MJ, 20-25-45; San Jose (LNH) : 8 MJ, 0-0-0

Le tout dernier choix de la deuxième ronde du Repêchage 2016 semble prêt à faire le saut à temps plein dans la LNH. Il a d'ailleurs eu droit à quelques rappels avec les Sharks la saison dernière, mais il n'a pas été en mesure d'amasser un premier point, lui qui a joué 8:38 en moyenne.

Video: SJS@STL, #6: Gambrell réduit l'écart avec son 1er but

Il a tout de même un certain potentiel offensif, avec près d'un point par match dans la NCAA et dans la LAH, en plus d'être habile avec la rondelle et d'être un bon patineur. Il ne sera probablement jamais un marqueur de 60 points dans la LNH, mais il pourrait connaître du succès comme troisième joueur de centre.

Arrivée prévue dans la LNH : Cette saison

3. Alexander Chmelevski, C

Comment a-t-il été acquis : Sélectionné avec le 185e choix du Repêchage 2017 de la LNH

Saison dernière : Ottawa (OHL) : 56 MJ, 35-40-75

Au sein d'une excellente équipe comme les 67's d'Ottawa, Chmelevski a été un pilier offensif lors des deux dernières années avec une récolte de 151 points en 124 matchs. 

Il se présente lors des grands moments comme le démontrent ses sept points en autant de rencontres lors du Championnat mondial junior l'an dernier. Il a aussi terminé au deuxième rang des pointeurs de la Ligue de hockey de l'Ontario en séries éliminatoires avec 31 points, un de plus que son plus proche poursuivant, et ce même s'il avait disputé six parties de moins.

Tweet from @TSN_Sports: 🇺🇸 responds with a goal of their own on the stick of Alexander Chmelevski, we're back to a one-goal game!🇫🇮 2 - 1 🇺🇸#WorldJuniors pic.twitter.com/hkzVsly7bV

À cette liste, on peut ajouter ses quatre points en six rencontres lorsqu'il a eu droit à un rappel de fin de saison avec le Barracuda de San Jose dans la Ligue américaine de hockey en 2017-2018 alors qu'il n'avait que 19 ans.

Il amorcera sa première saison complète chez les professionnels en octobre et il a le potentiel offensif pour cogner à la porte rapidement.

Arrivée prévue dans la LNH : 2020-2021

4. Ivan Chekhovich, AG

Comment a-t-il été acquis : Sélectionné avec le 212e choix du Repêchage 2017 de la LNH

Saison dernière : Baie-Comeau (LHJMQ) : 66 MJ, 43-62-105; San Jose (LAH) : 5 MJ, 1-3-4

Tout comme Chmelevski, Chekhovic est un autre choix tardif au repêchage qui a démontré tout son talent offensif dans la dernière année.

Le produit du Drakkar de Baie-Comeau a terminé au deuxième rang des marqueurs de la LHJMQ à égalité avec Alexis Lafrenière, que plusieurs voient comme le premier choix du prochain Repêchage de la LNH.

Ce n'est pas tout. Pour une deuxième année consécutive, Chekhovic s'est joint au Barracuda en fin de saison et il a amassé quatre points en cinq rencontres de saison, puis trois en quatre parties éliminatoires. En 2018, il avait conclu son passage avec le Barracuda avec 11 points en 10 rencontres, dont deux en quatre parties éliminatoires. 

Un marqueur naturel, le Russe n'est pas doté d'un physique imposant (5 pieds 10 pouces, 179 livres), mais ses brefs passages dans la LAH démontrent qu'il peut jouer contre des hommes. Il évoluera pour le Barracuda à temps plein la saison prochaine.

Arrivée prévue dans la LNH : 2021-2022

5. Mario Ferraro, D

Comment a-t-il été acquis : Sélectionné avec le 49e choix du Repêchage 2017 de la LNH

Saison dernière : Massachussetts (NCAA) : 41 MJ, 2-12-14

Après Merkley, Ferraro est le deuxième meilleur espoir des Sharks à la ligne bleue, et ce, même s'il n'a pas le même talent offensif que son cadet.

Ferraro a en effet connu une régression offensive la saison dernière à l'Université du Massachussetts, lui qui avait amassé 23 points en 39 matchs en 2017-2018. Il évoluait alors avec Cale Makar (Avalanche du Colorado), mais les deux joueurs ont été séparés cette saison et c'est le temps de jeu de Ferraro qui a écopé.

Tweet from @UMassHockey: Here's a 👀at Mario Ferraro's first goal of the seasonOur 35th power-play goal overall 🔥#NewMass | #Flagship 🚩 pic.twitter.com/ymuZ7MlgLQ

Makar a toutefois qualifié son coéquipier de joueur le plus travaillait qu'il ait jamais connu, et les Sharks sont en accord, en plus d'adorer les qualités de leader de Ferraro.

Une troisième saison dans la NCAA aurait pu être bénéfique pour Ferraro, qui aurait obtenu du temps de jeu comme premier défenseur, mais il fera plutôt le saut dans la LAH avec le Barracuda. Qui sait s'il ne formera pas un duo avec Jérémy Roy, qui, après avoir raté près de deux saisons complètes de jeu, victime de blessures ligamentaires au genou droit, a disputé une première saison complète l'an dernier. Le défenseur québécois tentera de prendre part à un premier match dans la LNH cette saison et les qualités des deux joueurs pourraient se complimenter à merveille.

Arrivée prévue dans la LNH : 2021-2022

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.