Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Un joueur à part

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Sven Andrighetto fait partie d’une catégorie de joueurs à part.

À l’heure actuelle, il fait partie des 21 joueurs repêchés lors de l’encan amateur de la LNH de 2013 à avoir disputé au moins un match dans la LNH. En soi, ce n’est pas une statistique extraordinaire. Là où ça devient intéressant, c’est lorsqu’on jette un coup d’œil à la composition de cette liste de 21 joueurs et qu’on se rend compte que seulement quatre d’entre eux n’ont pas été repêchés en première ronde.

«Ça démontre seulement que ça importe peu le moment où tu te fais repêcher, que ce soit en première ou en septième ronde. Même si tu n’es pas repêché, ce n’est pas grave. Il y a plein d’agents libres. C’est après que le véritable travail commence», souligne celui qui a été choisi au 86e rang total par Trevor Timmins et son équipe.

Aujourd’hui, moins de deux ans plus tard, Andrighetto enfile chaque jour le chandail bleu-blanc-rouge arborant un logo plus que légendaire à l’avant et son nom, brodé à l’arrière.

«C’est un rêve qui devient réalité pour moi d’avoir la chance de jouer dans la LNH, spécifiquement ici, à Montréal. Nous savons tous à quel point c’est important », mentionne celui qui à sa première semaine dans la LNH, a assisté au départ du légendaire Jean Béliveau. «J’ai pu voir à quel point c’était important, spécialement en ayant le privilège d’assister aux funérailles de M. Béliveau et de participer au match en son honneur. Ce sont des moments spéciaux et remplis d’émotions.»

Nouvellement débarqué avec la grande équipe, le jeune homme à peine âgé de 21 ans savoure pleinement le moment présent. En seulement cinq jours, il a été rappelé, a disputé son premier match dans la LNH, a obtenu son premier but, sa première mention d’aide et a disputé une première rencontre au Centre Bell devant une foule survoltée.

«Je ne me concentre pas vraiment sur les points et sur les buts », avoue celui qui démontre un excellent flair offensif, avec une récolte de 18 points, dont neuf buts, en 21 matchs avec les Bulldogs cette saison. «J’ai du plaisir, je travaille fort. Je suis un gars offensif. Je n’ai pas à m’en soucier, ça vient naturellement en zone offensive. »

C’est notamment ce talent offensif certain qui a amené Michel Therrien à jumeler Andrighetto à Tomas Plekanec, ce qui a provoqué des étincelles lors de la rencontre de mardi dernier contre les Canucks, alors que la recrue a servi une passe parfaite au vétéran, qui a facilement enfilé l’éventuel but décisif.

Sven Andrighetto, célébrant son premier but dans la LNH, le 6 décembre, à Dallas.

«C’est un groupe de gars incroyable. Ils m’ont vraiment beaucoup aidé et appuyé. Je suis arrivé ici sans expérience dans la LNH. J’étais nerveux au début, ce qui est assez normal. J’ai reçu de l’aide, spécialement des gars plus vieux», avoue Andrighetto, qui a disputé son hockey junior avec les Huskies de Rouyn-Noranda dans la LHJMQ, y amassant 172 points en 115 matchs. «C’est vraiment cool de pouvoir jouer avec Plekanec. J’ai eu la chance de jouer avec lui lors du camp d’entraînement. Ça fonctionne bien en ce moment avec lui. C’est un gars de qui je peux beaucoup apprendre et que je peux imiter.»

Vétéran de longue date dans la LNH comptant 709 matchs à son actif, Tomas Plekanec en a vu passer des jeunes attaquants talentueux. Il n’y a pas si longtemps, il était jumelé à Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher. Il se retrouve maintenant aujourd’hui en compagnie de Jiri Sekac, en plus d’avoir vu Andrighetto être muté sur son trio.

«C’est un gars assez silencieux, mais il m’a posé quelques questions ici et là. Il semble être un jeune homme très gentil, qui veut vraiment apprendre. Il cherche des réponses », mentionne Plekanec, qui apprend peu à peu à connaître le nouveau venu et qui aime bien ce qu’il voit de lui jusqu’ici. «Il est talentueux. Il peut faire les jeux. Il passe bien la rondelle et est aussi excellent en contrôle de rondelle. Il a un bon sens du hockey. Tous ces éléments sont déjà à un bon niveau et il est pourtant encore si jeune.»

Sven Andrighetto a toujours été considéré comme un joueur rapide. Cette caractéristique lui permet de s’adapter avec facilité à la vitesse du jeu dans la LNH, lui qui a bien paru lors de ses deux premiers matchs dans le circuit Bettman.

«Des rangs juniors à l’AHL, c’était un peu comme un enfant qui devient un adulte. Là, c’est complètement autre chose. Tout est tellement plus rapide. Les passes sont précises, les gars finissent les mises en échec, tout le monde patine bien », souligne celui qui a trouvé le fond du filet à son tout premier tir dans la LNH, devenant le premier joueur des Canadiens depuis Max Pacioretty en janvier 2009 à marquer lors de son premier match.

«C’est difficile de le comparer à un autre gars avec qui j’aurais joué ou que j’ai vu jouer aussi jeune, mais il fait partie des bons », affirme Plekanec. «Il connaît un très, très bon départ dans la LNH.»

Impossible d’être en désaccord.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
En rafale
Échos de vestiaire en vrac
L’ultime aurevoir
L’émotion à son comble
Je me souviens

En voir plus