Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Un autographe Carey?

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BOSTON – Quarante-huit fois. Voilà le nombre de fois où Carey Price a bloqué les tirs des Bruins dans la première victoire d’une série qui s’annonce très intéressante.



Le cerbère des Canadiens s’est illustré à de multiples reprises devant les assauts des hommes de Claude Julien, multipliant les arrêts spectaculaires, notamment lors de la première période de prolongation, alors que David Krejci a menacé de mettre fin à la rencontre. Mais Price s’est tenu droit et ses coéquipiers savent qu’ils lui en doivent toute une.

«Carey a été incroyable ce soir. On va avoir besoin de lui tout au long de cette série. Il va falloir qu’il garde les buts comme ça tous les soirs. On va essayer de l’appuyer du mieux qu’on peut, mais ce soir il a donné une performance incroyable », a lancé Francis Bouillon, qui a marqué le troisième but des Canadiens, en troisième période, avant de voir Johnny Boychuk niveler la marque avec moins de deux minutes à faire au match. «C’est vraiment une victoire signée Carey Price. On va la prendre, mais il va falloir qu’on joue du meilleur hockey que ça. »
Subannnnnnnn!

De l’autre côté du vestiaire rempli à craquer de membres des médias, le capitaine du Tricolore, Brian Gionta, qui disputait un 100e match en carrière dans la grande danse du printemps, était sensiblement du même avis.

«Il nous a donné une chance de gagner ce soir. Ce n’était pas notre meilleur match. Il nous a gardés dans la partie en faisant des arrêts-clés. Le résultat est en notre faveur et c’est une énorme victoire pour nous », a mentionné Gionta qui avait de la difficulté à mettre le doigt sur lequel des 48 arrêts de Price l’avait le plus impressionné. «Ils m’ont tous ébloui. Il a fait beaucoup trop d’arrêts spectaculaires pour que je n’en choisisse qu’un seul. C’était toute une performance. Il a littéralement volé le match pour nous. »

De son côté, le principal intéressé a bien vu le travail de ses coéquipiers, qui ont également bloqué 30 tirs au cours de l’affrontement qui a duré un peu plus de 84 minutes. En plus de bloquer leurs lots de tirs, les 101 mises en échec décernées au cours du match risquent elles aussi de laisser certaines ecchymoses. Mais tous ces bobos guérissent beaucoup plus vite quand c’est une victoire qui est à la clé.

«On est vraiment allés chercher ce match dans nos tripes. C’était une dure bataille et ça aurait pu aller d’un côté comme de l’autre », a souligné Carey Price qui y est allé d’une première performance de plus de 47 arrêts depuis le 23 avril 2011, alors qu’il avait fait 49 arrêts dans un match de séries contre…les Bruins. «Nous avons un peu joué sur nos talons en troisième période. Ils sont arrivés avec beaucoup de pression. C’est une équipe qui ne lâche jamais. Ils sont revenus et ont travaillé jusqu’à ce qu’ils soient de retour dans le match. Il faut leur donner beaucoup de crédit. »

Hué par les partisans adverses tout au long de la rencontre, tout comme l’auteur du but gagnant, P.K. Subban, Carey Price sait que ce qui existe entre les Canadiens et les Bruins est quelque chose qui survit à l’épreuve du temps.

«Je m’attendais un peu à ça. La rivalité existe depuis bien avant ma naissance et ça va probablement se poursuivre lorsque j’aurai fini ma carrière dans la Ligue», a rappelé Price, à qui l’on souhaite toutefois une carrière la plus longue possible, lui qui signait une cinquième victoire d’affilée en séries éliminatoires.

Ce qui est encore plus intéressant dans cette victoire obtenue à l'arraché est qu’elle soit survenue dans un environnement aussi hostile que le TD Garden.

«Quand on regarde la fiche des Bruins au courant de la saison, on peut voir que le TD Garden est un endroit où c’est vraiment difficile de gagner. Chaque fois que tu viens chercher une victoire ici c’est un accomplissement, peu importe la façon où tu vas chercher cette victoire-là », a souligné Michel Therrien après la rencontre. «Carey Price a été extraordinaire, le jeu de puissance a fonctionné. On voulait aller chercher ce premier match. Maintenant, je vais sentir mon équipe de plus en plus engagée au fur et à mesure que la série va progresser. Ça faisait dix jours qu’on n’avait pas joué. C’est une grosse victoire pour la confiance de notre équipe.»

C’est donc sur une équipe où le niveau de confiance est gonflé à bloc que Michel Therrien pourra compter samedi matin, alors que le match numéro 2 se mettra en branle à 12h30. Tout sera en place pour un brunch du samedi matin où, espérons-le, les Canadiens feront le service de tasses de café. 

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants
Sommaire
Le jeu des chiffres - Match #1 - 1er mai 2014
Centrale des séries 2014
Ça recommence enfin

En voir plus