Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Travail récompensé

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Le gardien Hayden Hawkey a capté l’œil de son entraîneur bien avant le début de sa première saison à Providence.

Hawkey a mis les pieds sur le campus de Rhode Island quelques mois avant le début du calendrier pour continuer sa remise en forme aux suites d’une vilaine blessure au bas du corps et a commencé à suivre ses cours. Ceci a impressionné l’entraîneur-chef vétéran Nate Leaman sur plusieurs fronts, et ce, avant même que la saison 2015-2016 ne débute.

« J’en ai vu beaucoup de lui en une courte période – et nous aimons vraiment, vraiment beaucoup ce que nous voyons. Il a certainement un grand potentiel. J’ai aimé son éthique de travail lors de sa guérison durant l’été, alors qu’il s’entraînait deux fois par jour. Il était dans la piscine. Il faisait des poids. C’était plutôt remarquable. Il donnait un effort à tous les jours. Avec la façon dont il a travaillé pour se remettre sur pieds, je trouve qu’il est maintenant en très bonne position. Je peux vous confirmer qu’il est à 100% remis », a offert Leaman, faisait référence au retour du joueur de 20 ans en octobre dernier après avoir subi une chirurgie en décembre 2014 en raison d’une déchirure des ligaments au genou gauche.

Après s'être remis d'une sérieuse blessure au genou, Hayden Hawkey a recommencé à développer son jeu à Providence.

« Ayant passé beaucoup de temps en sa compagnie durant sa réhabilitation, je crois que la chose la plus importante que j’ai découvert à son sujet, c’est qu’il peut faire face à n’importe quelle épreuve. C’est une des choses les plus difficiles à apprendre aux gars à ce niveau, car plusieurs d’entre eux n’ont jamais fait face à une expérience comme celle-ci », a ajouté Leaman, qui est à la barre des Friars, les champions en titre de la division I de la NCAA, pour un peu plus de quatre ans suite à de longs passages à Union Collège et à Harvard. « Le fait qu’Hayden ait pris la décision de passer l’été à Providence, de pousser son corps et de faire confiance au personnel d’entraîneurs – toutes ces choses en disent long sur son caractère et sur ses habiletés. »

Ce n’était certainement pas la façon dont le joueur natif de Parker au Colorado envisageait terminer sa carrière dans la USHL avant de faire le saut dans les rangs universitaires. En 2013-2014, Hawkey avait été nommé Gardien de l’année après avoir obtenu une fiche de 22-6-3 à Omaha, en plus de mener la ligue avec une moyenne de 1,99 but par match et un pourcentage d’arrêts de 0,926. L’année suivante – cinq mois après que les Canadiens aient sélectionné Hawkey en sixième ronde lors du repêchage amateur de la LNH à Philadelphie – il est tombé au combat lors d’une rencontre face au Storm de Tri-City aux suites d’une collision qui a mis une fin subite à sa saison 2014-2015.

Nul besoin de le dire, Hayden a parcouru un long chemin depuis.

« La dernière année a été un combat, mais à la longue, je crois que ça a fait de moi une meilleure personne et un meilleur joueur de hockey. C’est une expérience de laquelle j’ai appris. C’est ma façon de le voir à tous les jours. Tu dois continuer de travailler fort, de devenir meilleur et d’apprendre des choses que tu manques lorsque tu es blessé. Tu ne peux pas laisser une blessure prendre le dessus », a partagé Hawkey, qui est l’un des quatre gardiens repêchés par les Canadiens depuis que Carey Price a rejoint les rangs de l’équipe en 2005. « Il a fallu environ neuf mois, du moment où je me suis blessé à celui où j’ai reçu le feu vert pour recommencer à jouer. Une fois que tu peux recommencer à jouer, par contre, tu n’es pas la même personne qu’avant ta blessure. J’ai dû tout réapprendre. Je dirais que j’ai recommencé à me sentir comme moi-même au début novembre, donc ça a pris presqu’une année complète. »

Hawkey lors du Camp de perfectionnement des Canadiens en 2014, quelques semaines après avoir été repêché au 177e rang à Philadelphie.

Comme on peut s’y attendre, de devoir jouer au spectateur pour la majorité de l’année dernière n’a pas été chose facile pour le compétiteur féroce qu’est Hawkey, qui venait tout juste de vivre une remarquable saison devant son filet. Alors qu’il se remettait de sa blessure et qu’il se reposait, il faisait de son mieux pour rester impliqué dans le monde du hockey – même s’il était encore loin de pouvoir revêtir à nouveau son équipement.

« Durant le printemps, j’ai regardé beaucoup de parties de la LNH. C’est une des choses qui m’a permis de garder le moral, de regarder des gars comme Carey Price et Jonathan Quick, de les voir jouer et tout donner. Ça a gardé mon esprit éveillé », a partagé Hawkey, qui étudie présentement en finances à Providence. « Mes entraîneurs à Omaha étaient super, aussi. Ils m’ont même offert l’opportunité de revenir après ma chirurgie, de faire ma réhabilitation avec l’équipe pour le reste de la saison et de prendre le rôle de joueur-entraîneur. J’étais présent à tous les jours pour les entraînements, donc j’étais toujours autour de l’équipe. Ça m’a permis d’avoir une autre vision du jeu et d’avoir l’opportunité de prendre du recul, de mieux apprécier toutes les choses qui entourent le jeu. »

Sa blessure étant chose du passé, Hawkey doit désormais faire face à un autre défi : celui de s’ajuster au jeu dans la NCAA. Selon Leaman, tout se déroule bien jusqu’à présent, même si le numéro 31 des Friars n’a pas obtenu beaucoup de temps de jeu lors des quatre premiers mois de la saison, alors qu’il jouait les seconds violons du gardien Nick Ellis.

« Les entraînements de Hayden sont ses matchs, présentement. Il a la bonne approche. Il s’est tellement amélioré depuis le début de l’année jusqu’à aujourd’hui, que je crois qu’il se bat pour le boulot », a admis Leaman, qui a observé Hawkey tenir le fort de Providence dans une victoire de 4 à 3 contre Colgate University lors de son seul départ le 31 octobre dernier à Hamilton, NY. « Malgré les statistiques de Nick, on observe Hayden tous les jours à l’entraînement. Nous l’évaluons et nous considérons qu’il pourrait faire partie de l’alignement. Ç’aurait été facile pour lui de baisser la tête et de se dire "Ce n’est pas mon année", mais il continue à se battre encore et encore. Il a continué son développement parce qu’il travaille tellement fort lors des sessions pour les gardiens et durant les entraînements. »

Hawkey a toujours travaillé de cette façon et, clairement, cela lui a bien servi dans l’Ocean State. Compte-tenu du succès des Friars jusqu’ici cette saison – classés au quatrième rang dans au pays – Hawkey sait très bien qu’il ne peut pas vraiment se plaindre.

Hawkey était un joueur clé pour les Lancers d'Ohama and la USHL avant de rejoindre les rangs des Friars pour la saison 2015-2016.

« C’est certain qu’il y a des moments lors desquels ne pas jouer peut devenir frustrant, mais quand je me dit "Préfèrerais-tu être là où tu étais il y a un an?", à toutes les fois, la réponse est non. Je me vois assis sur mon sofa, incapable de faire grand-chose, donc je ne changerais ma position actuelle pour rien au monde », a confié Hawkey, qui a également pris le relais devant le filet de Providence à deux reprises cette saison, présentant une moyenne de buts alloués de 3,27 et un pourcentage d’arrêt de 0,900 en 91:40 de temps de glace.

« Je me sens comme si je pouvais prendre ma place devant le filet à n’importe quel weekend, jouer deux matchs et donner une bonne chance à notre équipe de l’emporter. La dernière fois que j’ai pu jouer était il y a deux semaines à Boston College (le 8 janvier) en remplacement et je me sentais bien sur la glace. C’était un bon test puisque c’était la première fois que je jouais depuis quelques mois », a ajouté Hawkey, qui a accordé deux buts sur 14 tirs dans une défaite de 7 à 3 à Chestnut Hill au Massachussetts. « Si je peux faire ça à Boston College dans une situation pareille, je sens que je peux le faire n’importe où. »

Cette confiance en lui servira sans aucun doute Hawkey, autant à Providence que dans l’organisation des Canadiens.

« On voit un avenir brillant pour Hayden. Je crois qu’il a le potentiel d’être un 'All-American' », a conclu Leaman, qui croit que Hawkey a fait un progrès significatif dans trois champs clé – le contrôle des retours de rondelle, la transition après un arrêt et défier les tireurs – depuis le début de l’année. « Quand Hayden en a la chance, il suffit de s’assurer qu’il soit prêt à relever le défi. On sait qu’il le sera. Le potentiel y est et nous croyons certainement qu’il obtiendra cette opportunité très bientôt. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Élise Robillard.

LIRE AUSSI
Prendre du recul
Le jeu des chiffres - 26 janvier 2016

Les Canadiens de Montréal sensibilisent leurs partisans à la santé mentale

En voir plus