Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Prêt pour la tâche

par Staff Writer / Montréal Canadiens

TAMPA BAY – La courbe d’apprentissage qui vient avec le fait d’assumer un rôle de gardien auxiliaire dans la LNH est grande, mais l’entraîneur des gardiens Stéphane Waite assure que si quelqu’un peut faire le travail, c’est Dustin Tokarski.

Le gardien de 25 ans n’a pas eu besoin de beaucoup de temps pour prouver à l’entraîneur qu’il avait raison. Quelques jours après avoir percé l’alignement des Canadiens, Tokarski a mené la troupe de Michel Therrien à une victoire de 2 à 1 en tirs de barrage, à Washington, lors de son premier départ de la campagne 2014-2015. Cette performance s’ajoute aux prouesses du gardien originaire de Watson lors des séries 2014 et prouve bien qu’il est prêt pour occuper une place stable dans un vestiaire de la LNH.

«Dustin a déjà beaucoup d’expérience. Il a joué dans l’AHL pendant cinq ans. C’est un long moment. Il a été parmi les meilleurs. Maintenant c’est à lui de monter son jeu d’un cran et de jouer dans la LNH. Il est prêt pour ça. Il l’a prouvé l’an dernier dans les séries. On n’est pas surpris avec la façon qu’il joue. Il est prêt à jouer au plus haut niveau », a offert Waite qui s’attend à ce que Tokarski obtienne environ 20 matchs cette saison, la plupart étant dans des situations de deux matchs en deux soirs. «J’aime comment il compétitionne. C’est sa plus grande force. Il se bat. C’est un gamer. On le sait tous. »

Waite est convaincu que le succès de Tokarski à Montréal viendra de la façon dont il appliquera une pléthore de nouveaux principes alors qu’il amorce le nouveau chapitre de sa carrière de hockey.

«Ça va être un processus d’apprentissage pour lui. C’est la première fois de sa carrière qu’il joue le rôle d’auxiliaire. C’est un travail différent. C’est une préparation différente. Il devra apprendre à jouer trois, quatre ou peut-être cinq matchs par mois, ce qui est dur à faire, » a confié Waite faisant notamment référence au fait que Tokarski a eu l’habitude de disputer 40 matchs et plus au cours de ses passages avec les Admirals de Norfolk, le Crunch de Syracuse et les Bulldogs de Hamilton dans l’AHL. «Il doit seulement en faire un peu plus sur la glace chaque jour, demeurer après l’entraînement, y être avant l’entraînement. C’est bien des sacrifices. De rester en bonne forme et alerte tout le temps est dur. Il doit demeurer rapide et en confiance. Être auxiliaire, c’est du travail.

«Il devra étudier la Ligue, apprendre les tireurs et leurs tendances, comment ils jouent, les différents arénas avec leurs bonds, la lumière, etc. », a ajouté Waite qui croit que l’expérience que compte déjà Tokarski dans la LNH aidera l’apprentissage de l’ancien choix de cinquième ronde du Lightning de Tampa Bay en 2008. «C’est normal. C’est une grosse année pour lui et je crois qu’il apprendra beaucoup. Il comprend ce que ça importe et il est prêt pour ça. »

La preuve est dans la rapidité avec laquelle Tokarski a pu s’adapter après avoir appris que Montréal serait son nouveau domicile dans la LNH.

«Je suis excité de faire partie de cette équipe. C’est un rêve qui devient réalité. Je vais faire tout ce que je peux sur la glace et hors de la glace pour aider l’équipe à gagner, être un bon coéquipier, travailler dur, ne rien prendre pour acquis et continuer toujours à aller plus loin », a expliqué Tokarski, qui présente une fiche parfaite de 3-0 en trois départs en saison régulière avec les Canadiens. «Montréal est toute une ville de hockey. J’adore ça. J’aime performer et j’aime la pression qui vient avec le besoin de gagner. Je crois que Carey, Stéphane et moi avons la même mentalité. Je vois qu’ils aiment gagner et ultimement, il faut travailler dur et obtenir des résultats. C’est ce que je veux apporter à cette équipe. »

L’approche calme et relaxe de Tokarski par rapport à son nouveau travail n’est pas une surprise. Après tout, le médaillé d’or au Championnat mondial junior de 2009 apprend les dessous du métier avec deux des meilleurs du monde du hockey, en Waite et le gardien tout-étoile Carey Price.

«La préparation de Carey est exceptionnelle et son approche aussi. Je le regarde toujours aller sur la glace, mais j’ai aussi appris en le regardant aller hors de la glace et son approche par rapport au sport, sa façon de communiquer avec les gars hors de la glace. C’est ce genre de choses. Il m’a traité comme un ami », a mentionné Tokarski, qui a bien hâte de connaître encore mieux le vétéran de huit saisons dans la LNH. «Je suis vraiment chanceux d’avoir Steph et Carey comme mentors. Il n’y a pas de meilleur endroit pour apprendre. Je prends des conseils des deux. »

Cela étant dit, est-ce que le tandem Price-Tokarski a les ingrédients nécessaires pour connaître du succès à long terme? Selon Waite, la réponse est simplement oui.

«Dustin a un peu la même personnalité que Pricer. Il est très discret. Je suis certain qu’ils s’entendront bien. Le plus important, c’est que Dustin comprenne son rôle. Nous lui avons demandé de prendre Pricer en exemple. Nous lui avons dit de regarder comment il travaille. Carey est un excellent exemple pour Ticker. Je sais qu’il l’aime bien. Il veut devenir comme lui et je sais que Pricer va aider Ticker. C’est un bon duo. Chaque soir nous avons l’occasion de gagner avec ces gardiens dans les buts. J’aime la situation actuelle », a offert Waite. «Même s’ils n’ont que deux ans de différence, Carey a passé tellement d’années dans la Ligue déjà. Il sera un bon professeur pour Ticker. Il n’y a rien de compliqué avec ces deux jeunes. »

Malgré tout, Tokarski sait bien qu’il a beaucoup à prouver à lui-même, mais aussi à ses coéquipiers au cours des prochains mois.

«Les gens peuvent penser que de jouer derrière Carey Price est facile. Quand on parle de matchs, c’est vrai puisqu’on en dispute moins. Mais quand tu ne joues pas, tu dois te préparer et travailler fort avec tes coéquipiers pour les rendre meilleurs et te rendre meilleur du même coup », a expliqué Tokarski, qui a fait ses débuts dans la LNH avec le Lightning en 2009-2010. «Quand j’ai l’occasion de jouer et que mes coéquipiers comptent sur moi, je vais tout faire pour les aider à gagner. Je dois livrer la marchandise. Je dois travailler fort à l’entraînement pour que lorsque les matchs arrivent, mes coéquipiers aient confiance en moi et me respecte. C’est mutuel. »

En se basant sur le travail effectué par Tokarski jusqu’ici avec les Canadiens, il est facile de penser que ce respect est déjà bien implanté.

«J’aime mon rôle en ce moment », a conclu Tokarski. «Quand je ne joue pas, je vais tout faire pour aider mes coéquipiers à gagner tout en supportant Carey Price. Lorsque l’occasion de jouer se présentera, je serai prêt. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
Vaincre ses démons 
Combinaison gagnante 

En voir plus