Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Pour l’honneur

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Le Championnat du monde revêt toujours une importance particulière pour Tomas Plekanec.

Le numéro 14 des Canadiens participera au tournoi annuel pour une huitième fois en 2016 avec l’équipe de la République tchèque – dont il sera le capitaine – alors que la troupe de Vladimir Vujtek tentera de remporter une médaille pour la première fois en quatre ans. Un de six joueurs du Tricolore participant au championnat, Plekanec est celui possédant le plus d’expérience au niveau international, ayant également pris part aux Jeux olympiques à deux occasions, dont ceux de Sotchi en 2014 où il a également agi à titre de capitaine de sa formation.

Tomas Plekanec participera au Championnat du monde pour la huitième fois de sa carrière en mai.

Si le vétéran joueur de centre préférerait bien évidemment poursuivre sa saison dans la LNH et avoir la chance d’aspirer aux grands honneurs, faire le voyage à l’autre bout de la planète lui donnera l’occasion d’arborer une fois de plus les couleurs de son pays natal dans une compétition internationale ; une invitation qu’il refuse rarement.

« Lorsque j’étais plus jeune, il n’y avait pas beaucoup de matchs de la LNH à la télévision. Tout ce qu’on pouvait voir était les équipes nationales qui jouaient dans les championnats et durant les Olympiques. Lorsque j’ai eu la chance d’y participer pour la première fois [au Championnat mondial en Lettonie en 2006], c’était vraiment un rêve devenu réalité. C’était mon but quand j’étais plus jeune, d’être un membre de l’équipe nationale. C’est bien d’être en mesure d’aller là-bas et de représenter mon pays. C’est encore plus spécial d’y aller en tant que capitaine », d’affirmer Plekanec, qui présente une fiche de 17 buts et 43 points en 57 matchs en compétitions internationales avec la République tchèque au cours des dernières années.

Demandez à Plekanec ce qu’il apprécie le plus de son expérience à ce genre d’événement – outre le fait de gagner des matchs et de remporter les grands honneurs, évidemment – et il vous répondra qu’il y a une chose en particulier qui retient son attention à chaque fois. Et il ne s’attend pas à ce que ce soit différent cette année à Moscou et Saint-Pétersbourg.

« Les partisans à ces événements sont tellement passionnés par le tournoi et les matchs. Jouer pour ton pays là-bas, c’est comme jouer à Montréal. Les gens sont vraiment, vraiment dedans. Il y a beaucoup d’activités pour les partisans dans les villes où tu joues. C’est plaisant pour eux et pour nous aussi. Lorsque c’est le temps des demi-finales et de la finale, tu sais que tout le monde partout regarde le match », d’indiquer Plekanec, qui se souvient très bien des exploits de son pays natal sur glace avant qu’il ne fasse le saut en Amérique du Nord en 2002.

« Je me souviens quand l’équipe avait gagné le tournoi, les gens célébraient dans les rues de chaque grande ville en République tchèque. C’est ce qui est vraiment cool à propos des événements comme ceux-là, les gens sont tellement impliqués, ils aiment leur équipe et leur pays », d’ajouter Plekanec, qui a vu son équipe remporter les honneurs en 1996, 1999, 2000 et 2001 alors qu’il était encore sur le continent européen.

Plekanec a connu du succès aux Mondiaux au fil des années, mettant la main sur une médaille d’argent et deux de bronze.

Depuis, Plekanec a fait le plein de ses propres souvenirs de championnat, en aidant les Tchèques à remporter la médaille d’argent en 2006 et la médaille de bronze en 2011 et 2012.

« La meilleure des trois est probablement la première, la médaille d’argent en Lettonie. C’était vers la fin de ce qu’on surnommait la "gold generation", qui avait remporté plusieurs titres lors des années précédentes, dont l’année d’avant en Autriche. Ils étaient tellement dominants », de se rappeler Plekanec, en référence à une formation tchèque qui incluait les anciens Canadiens Tomas Kaberle et Jan Bulis, ainsi que David Vyborny, Zbynek Michalek et Martin Skoula.

En 2011 en Slovaquie, Plekanec a terminé à égalité au deuxième rang des pointeurs du tournoi en compagnie de Patrik Berglund et Roman Cervenka avec six buts et 10 points en huit rencontres. Il a notamment conclu son tournoi avec un but dans un filet désert dans une victoire de 7 à 4 sur les Russes lors du match pour la médaille de bronze.

« C’est la fois où j’ai eu le plus de plaisir lors d’un championnat mondial. C’était pratiquement comme jouer à la maison pour nous. Il y avait des partisans tchèques en grand nombre à chaque partie. Leur passion pour le tournoi était irréelle. Nous avons très bien joué cette année-là. Nous avons dominé tout au long du tournoi. C’était également mon premier tournoi où je jouais sur le même trio que Jaromir Jagr », d’indiquer Plekanec, dont l’équipe était invaincue après six matchs jusqu’à une défaite de 5 à 2 face aux Suédois en demi-finale. « Même si nous n’avons pas gagné l’or, c’était tout comme, parce que nous avons vécu tellement des bons moments. »

Les Tchèques ont causé la surprise l’année suivante en vengeant leur défaite face aux Suédois sur leur patinoire en les éliminant au compte de 4 à 3 en quart de finale. Non seulement les Suédois profitaient de l’avantage de la glace, mais ils pouvaient également compter sur 16 joueurs évoluant dans la LNH, dont Henrik Zetterberg, Nicklas Backstrom, Daniel Alfredsson, Johan Franzen et Gabriel Landeskog, contre seulement six pour les Tchèques.

« C’était surréaliste pour nous d’avoir gagné la médaille de bronze cette année-là. Je me souviens d’avoir perdu face à la Slovaquie [3 à 1] et battu la Finlande 3 à 2 pour le bronze. J’étais capitaine pour la première fois », se rappelle Plekanec. « C’était plaisant de gagner cette médaille sans avoir de grandes vedettes dans notre alignement et sans les gars de la "gold generation". C’est la dernière médaille que nous avons gagnée à ce tournoi. »

Plekanec a toujours aimé représenter son pays sur la scène internationale.

Le tournoi de Plekanec s’amorcera cette année le 6 mai avec un duel face à la Russie et Alexei Emelin. Plus tard, il affrontera Lars Eller (15 mai – Danemark) et Sven Andrighetto (17 mai – Suisse) dans les derniers matchs du tournoi préliminaire.

« C’est important pour moi de participer à ces événements. Je suis en santé. J’ai profité d’une bonne pause après la fin de la saison régulière, donc je suis prêt », de conclure Plekanec, qui selon les dernières informations, devrait piloter un trio complété par Cervenka et David Pastrnak des Bruins de Boston. « Nous sommes des joueurs intelligents. Nous essayons de créer des choses en attaque, et avec un gardien en feu et une bonne défensive, nous pourrons avoir le dessus sur les autres équipes. »

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Régis.

VOIR AUSSI

Paroles d’un mentor
Les frères McCarron
Apprendre à mener
Une mention d'aide à Danault

En voir plus