Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Ne réveillez pas la bête qui dort

par Staff Writer / Montréal Canadiens
COLUMBUS – Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué; c’est un proverbe que les Blue Jackets ont appris à la dure mercredi soir.


Michel Therrien l’avait dit après l’entraînement à Columbus mercredi matin : il ne faut pas prendre les Blue Jackets à la légère. Après seulement quatre minutes de jeu, la marque était déjà 1 à 0 pour la troupe de Todd Richards. Et le tout s’est poursuivi jusqu’au milieu de la troisième période lorsque Ryan Johansen a planté, ce qui paraissait à première vue, le clou dans le cercueil bleu, blanc et rouge des Canadiens. Toutefois, les Jackets ont commis l’erreur de réveiller la bête qui dormait ainsi que le jeu de puissance amorphe des Canadiens en leurs donnant trois occasions à court d’un homme. Des occasions que l’équipe de Michel Therrien n’a pas ratées.

« Le jeu de puissance a été un gros sujet cette semaine. Tout le monde en parlait dans les médias », raconte Max Pacioretty qui a atteint le plateau des 20 buts mercredi soir pour la troisième fois de sa carrière. « Nous avons passé beaucoup de temps dans la salle de visionnement et nous avons regardé beaucoup de clips. On savait que nous devions continuer à travailler de cette manière et attendre des bonds favorables. C’est ce qui est arrivé ce soir. La chose importante est de continuer dans la même veine demain à Ottawa. »

Les unités spéciales ont été mises à l’épreuve de part et d’autre. Un total de onze pénalités mineures ont été décernées aux deux équipes, et face à la deuxième meilleure formation de la LNH sur le jeu de puissance, le Tricolore a joué avec le feu à quelques occasions. Toutefois, les Canadiens ont survécu aux attaques des Blue Jackets d’une manière convaincante, ce que l’entraîneur-chef Michel Therrien a apprécié.

« On a été un peu dans le trouble après les mauvaises punitions qu’on a prises. Ça leur a donné l’occasion de marquer un deuxième but avec 10 minutes à faire au match », admet Michel Therrien après la sixième rencontre des Canadiens à Columbus depuis la saison 2001-2002. « On a fait des ajustements qui se sont avérés payants qui nous ont permis d’aller chercher cette victoire. J’ai aimé la manière dont on a répondu avec notre jeu de puissance. »

Nous avons pu faire connaissance avec le nouveau trio composé de Tomas Plekanec, Max Pacioretty et Brendan Gallagher mercredi à Columbus. Cette formation est issue du remaniement de trio orchestré par Michel Therrien au courant des derniers jours. La chimie s’est formée instantanément. Les trois joueurs se sont tellement bien entendus qu’ils ont dirigé 18 des 31 tirs du match sur le gardien des Jackets Sergei Bobrovsky, près de deux tiers des lancers.

« J’ai déjà joué avec eux auparavant. Nous travaillons bien ensemble, nous avons été en mesure de créer plusieurs chances de marquer », reconnaît l’attaquant de 22 ans, Brendan Gallagher. « Aucun d’entre eux était égoïste avec la rondelle, tout s’est bien déroulé. Cependant, ce n’est seulement qu’un match. Nous savons que nous devons jouer d’une manière plus ardue. C’est un bon défi et nous sommes fébriles à l’idée d’entamer la prochaine rencontre. »

Même son de cloche du côté de Max Pacioretty qui a bien aimé se joindre à ses deux nouveaux compagnons de trio, au point qu’il en gardera un bon souvenir.

« Ce fut l’un de mes matchs favoris. Quand je repense aux matchs que l’on a disputés cette saison, je peux dire qu’il fait partie de mes préférés », raconte Max Pacioretty, heureux de cette 27e victoire du Tricolore cette saison. « Tout a bien fonctionné, la rondelle bougeait très bien entre nous trois. Je n’ai pas joué souvent avec Pleky, mais peu importe avec qui il joue, il rend les autres autour de lui meilleurs. On sait à quoi s’attendre avec lui et ce n’est jamais compliqué quand il est dans les parages. C’est pourquoi nous avons eu autant de chances, c’est agréable de jouer en sa compagnie. »

Les Canadiens quittent heureux de leurs deux points récoltés grâce à trois buts spectaculaires marqués avec moins de neuf minutes à faire au match. Le Tricolore s’envole pour Ottawa et tentera de poursuivre sur cette lancée en espérant conclure leur court voyage de deux rencontres sur une note parfaite.

Philippe Frenette-Roy écrit pour canadiens.com


VOIR AUSSI
Faits saillants
Jeu des chiffres
Un défi n’attend pas l’autre
Manque d’opportunisme

En voir plus