Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Les renforts

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Selon les commentaires recueillis dans le vestiaire des Canadiens mercredi matin, Sergei Gonchar peut s’attendre à tout un comité d’accueil lorsqu’il mettra les pieds dans La Belle Province.

«D’après ce que nous avons vu et entendu à propos de Gonchar, il pourra certainement aider dans des aspects où nous connaissons des difficultés en ce moment, plus précisément en avantage numérique », a mentionné Max Pacioretty, qui n’était âgé que de six ans lorsque Gonchar a effectué ses premiers coups de patin dans la LNH, en 1994-1995. «Ce sera un honneur de jouer avec un gars comme lui. Il a eu tellement de succès. J’espère en apprendre beaucoup avec lui. »

Pour une organisation comme les Canadiens, qui présente dans son alignement une pléthore de jeunes joueurs, la venue d’un vétéran de 40 ans comme Gonchar fait bien plus que seulement augmenter la moyenne d’âge, qui a toutefois grimpé de 27,7 ans à 28,3 ans avec sa venue.

«On entend toujours des histoires sur la façon dont il a pris des gars comme [Evgeni] Malkin ou [Valeri] Nichushkin sous son aile. Michel [Therrien] m’a dit aujourd’hui à quel point c’est un bon gars et qu’il prend soin de ses coéquipiers », a ajouté Pacioretty qui croit qu’il aura surtout un impact sur les défenseurs. «En s’y penchant un peu, on se rend compte qu’un ajout comme lui bénéficiera grandement à un gars comme [Nathan] Beaulieu, qui veut jouer un peu le même style que Gonchar. Je ne veux pas trop m’avancer, mais à voir la façon dont Nathan joue et de la façon que les dirigeants veulent qu’il joue, il pourrait s’agir d’un excellent mentor pour lui. On a hâte de voir ça. »

Âgé de 21 ans, Beaulieu n’en est encore qu’à ses premiers coups de patin dans une Ligue où Gonchar a évolué au cours des 20 dernières campagnes. Si le numéro 28 pourrait voit l’arrivée de son nouveau coéquipier comme une menace, il préfère plutôt le voir comme une occasion d’apprendre des meilleurs.

«J’ai l’occasion d’être sur la glace chaque jour avec l’élite. J’y suis avec des gars comme Markov et Gonchar qui sont dans le circuit depuis vraiment longtemps. Je peux regarder n’importe lequel de leurs gestes, apprendre et m’améliorer », a mentionné Beaulieu, qui a vu son coéquipier Jarred Tinordi prendre le chemin de Hamilton mercredi matin. «Si je ne suis pas de l’alignement, je peux utiliser cette présence comme outil de développement pour être meilleur à mon retour. »

S’il ne se fait pas d’illusions par rapport à la production offensive du Russe, qui compte quand même dix saisons de 40 points ou plus à sa fiche, Michel Therrien espère toutefois que celui qu’il a dirigé dans ses meilleures années avec les Penguins, lui rendra de fiers services lorsque l’adversaire se retrouvera au cachot.

«C’est un gars qui a eu une belle carrière en évoluant sur le jeu de puissance. On va voir comment ça va se dérouler, mais c’est certainement un gars d’expérience qui a toujours été reconnu pour sa vision et sa prise de décision en avantage numérique», a mentionné le pilote du Tricolore au sujet de celui qui a obtenu 423 de ses 798 points en carrière en avantage numérique, soit 53 %. « L’ajout de Gonchar va nous permettre de jouer avec les éléments de notre jeu de puissance. Il faut travailler en unité de cinq. Ce que je vois présentement, ce sont des attaquants et des défenseurs. Il faut les forcer à communiquer. »

D’ailleurs, la communication a été à l’honneur lors de l’entraînement de mercredi, particulièrement entre les exercices d’avantage numérique.

«L’avantage numérique, ça concerne une unité de cinq joueurs. Ce n’est pas seulement à propos d’un ou deux gars. Il faut travailler ensemble et faire de bonnes passes. Et si tu connais des moments plus difficiles, tu dois simplement simplifier le jeu, envoyer la rondelle au filet et y aller pour les buts d’acharnement », a souligné le véritable quart-arrière à la ligne bleue, Andrei Markov, qui voit du renfort arriver en Gonchar. «C’est un grand spécialiste de la supériorité. On espère qu’il nous aidera à aller de l’avant avec l’avantage numérique, mais aussi avec tout le reste. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
En rafale
Price ramène les Jets au sol
L’autre général
Les Canadiens acquièrent Sergei Gonchar

En voir plus