Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

L’avalanche de Vanek

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – Quand est-ce que Thomas Vanek marquera son premier but dans l’uniforme des Canadiens? C’est fait! Et trois fois plutôt qu’une.



Depuis son arrivée à Montréal, Thomas Vanek avait mitraillé les filets adverses, sans toutefois obtenir les résultats escomptés. Mais mardi soir, il a démontré à tous que ce n’était qu’une question de temps avant que le fin marqueur retrouve sa touche.

Après avoir fait scintiller la lumière rouge pour une première fois dans l’uniforme des Canadiens en deuxième période grâce à une passe savante de David Desharnais, Vanek a décidé qu’il n’allait pas se contenter d’un seul but sur la feuille de pointage. En troisième période, il a démontré l’arme efficace qu’il pouvait être en avantage numérique, faisant payer son indiscipline à la troupe de Patrick Roy pas une, mais bien deux fois, obtenant du même coup son neuvième tour du chapeau en carrière.
Tour du chapeau de Vanek

«C’était incroyable», a lancé le numéro 20 du Tricolore, obtenu à la date limite des échanges en provenance des Islanders de New York. «Ça faisait deux ou trois matchs que je poussais vraiment pour avoir ce premier but et de le marquer a vraiment fait du bien. »

Non seulement Vanek a-t-il eu droit aux acclamations de la foule, toujours un peu plus bruyante après chacun de ses buts, mais il a également entendu les 21 273 spectateurs présents scander son nom alors que la rencontre se terminait et qu’il sautait de nouveau sur la patinoire pour les saluer, ayant été nommé première étoile de la rencontre.

«C’est un peu flou. J’ai eu des frissons. Je voulais faire ça rapidement pour ne pas tomber et avoir l’air fou», a concédé Vanek, visiblement soulagé d’avoir délié les cordages. «Ça a été une année difficile. Tu tentes d’obtenir ton premier but avec Buffalo, puis tu déménages et tu veux marquer ton premier une fois de plus. Finalement j’étais ici, à essayer encore de marquer mon premier, cette fois-ci avec les Canadiens. L’important c’est que chaque jour, quand je regardais ce qu’on avait accompli, je savais qu’on avait généré des occasions de marquer. »

En se faisant complice de deux des trois buts de Vanek, David Desharnais a atteint le plateau des 30 mentions d’aide pour une deuxième fois en carrière, portant son total de points pour la saison 2013-2014 à 43.

«Je pense que Thomas avait eu pas mal d’occasions de marquer dans les autres matchs. Il n’avait seulement pas connecté, mais  ce soir, c’est arrivé », a lancé David Desharnais qui connaît toute une séquence avec une récolte de six points à ses quatre derniers matchs. «C’est là que tu vois que c’est un bon marqueur. Il n’a pas vraiment besoin de chance et il va les mettre dedans. »

Évoluant avec Max Pacioretty et Thomas Vanek pour un troisième match d’affilée, le pivot du trio, Desharnais, croit qu’une chimie intéressante est en train de se créer entre le nouveau-venu et la paire qu’il compose depuis toujours avec Pacioretty.

«La chimie était là, mais les points n’y étaient pas. Ce soir il en a marqué trois. S’il avait seulement eu trois chances de marquer, on n’en aurait pas parlé. Il ne manquait que les statistiques», a avoué Desharnais qui a vu son trio noircir la feuille de pointage à profusion mardi soir avec une récolte de sept points. «Si on ne se voit pas sur la glace, il faut se parler en dehors pour essayer de savoir où on va être. C’est ce qu’on essaye de faire puis je pense que de match en match, ça va de mieux en mieux. »

Même si les casquettes n’étaient pas au rendez-vous pour Vanek alors qu’il a habilement fait dévier le tir d’Emelin pour enfiler l’aiguille une troisième fois dans la soirée, il n’en tient par rigueur aux partisans présents.

«Il fait froid dehors… les gens ne veulent pas marcher en ayant la tête découverte. Je les comprends », a conclu Vanek.

Bonne nouvelle pour lui, des températures douces sont attendues pour les prochains jours. De quoi faire fondre la neige et permettre aux gens de se balader sans couvre-chef… après l’avoir laissé au préalable sur la glace du Centre Bell.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants de la rencontre
Échos de vestiaire
Le jeu des chiffres - 18 mars 2014
Sommaire

En voir plus