Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Jouer de malchance

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – La saison de Carey Price s’est amorcée sur les chapeaux de roues avant d'abruptement frapper un mur.

Après s’être imposé au cours des dernières campagnes comme un pilier dans le vestiaire des Canadiens, le cerbère originaire d’Anahim Lake a disputé, de son propre aveu, ce qui pourrait être la meilleure de sa jeune carrière en 2013-2014.

Malheureusement pour lui, son parcours s’est terminé le 17 mai, alors que l’attaquant Chris Kreider des Rangers de New York est violemment entré en contact avec le gardien canadien, le forçant à se retirer de la compétition pour quelques semaines.

«C’était vraiment très difficile. Avec la façon dont tout se déroulait, le sentiment qu’on avait dans ce vestiaire, de la façon dont tout se dévoilait devant nous. C’est vraiment triste», a mentionné Price au terme de la saison, assurant qu’advenant une participation à la finale de la coupe Stanley, il aurait pu reprendre sa place devant le filet des Canadiens.

Malgré qu’il ait été forcé à l’inactivité sur la glace, Price est demeuré très actif au sein de l’équipe.

«Je voulais rester impliqué le plus possible. Je venais à l’aréna à la même heure que tout le monde. Je voulais garder une certaine routine au cas où j’aurais été en mesure de revenir », a confié Price, qui a disputé 12 matchs au cours des séries 2014. «Je ne voulais pas être le gars qui est complètement laissé de côté. C’est un moment spécial de la saison et je voulais rester impliqué. Ce qui est le plus difficile avec une blessure, c’est de ne pas se sentir impliqué, c’est pour ça que j’ai essayé de rester impliqué le plus possible. »

Si le parcours de Price en séries a subitement pris fin, ses performances en saison régulière l’ont placé parmi l’élite de la LNH. Ses 34 victoires l’ont élevé au sixième rang du circuit Bettman, alors qu’il a terminé troisième pour le pourcentage d’arrêts avec 0,927. Il a aussi enregistré une impressionnante séquence de sept gains de suite, un sommet pour lui en carrière.

«Je crois que cette saison faisait partie de mes deux meilleures saisons en carrière. Cette équipe a tellement bien joué devant moi tout au long de la saison », a souligné Price, qui a notamment vu ses coéquipiers bloquer un total faramineux de 803 tirs, soit près de 100 de plus que l’équipe numéro 2 à ce chapitre, les Sharks, qui en ont stoppé 707. «Je crois que c’est le groupe le plus serré que j’ai eu la chance de voir. C’est triste que ce soit fini, mais on a déjà hâte à la saison prochaine.»

Bien que ce ne soit pas en 2014 qu’il aura droit à sa journée avec la coupe, Price a toutefois quelque chose de brillant sur son manteau de cheminée, alors qu’il est revenu des Jeux olympiques de Sotchi avec la médaille d’or au cou.

«J’ai été vraiment chanceux d’être choisi pour représenter mon pays. J’ai passé un moment extraordinaire là-bas et c’était une opportunité hors du commun», a mentionné le gardien de 26 ans, qui s’y trouvait notamment avec son coéquipier P.K. Subban.

Non seulement Price a-t-il quitté Sotchi avec la médaille d’or, mais il a été un élément instrumental de la conquête. Il a enregistré cinq victoires, en plus de présenter une incroyable moyenne de buts alloués de 0,59, obtenant deux blanchissages au passage.

Remis presque entièrement de sa blessure, Price pourra reprendre rapidement l’entraînement en vue de la saison 2014-2015, saison au cours de laquelle il pourra encore une fois élever son jeu d’un cran, et se maintenir comme il le fait année après année, parmi l’élite.

«On peut toujours faire mieux. Il va falloir que chaque joueur trouve une façon de devenir 10 % meilleur au cours de l’été », a lancé Price avant de se raviser. «Ce n’est peut-être même pas autant que ça qui est nécessaire. C’est peut-être seulement 1 % qu’il faut.»

À voir les performances de Price au cours de la saison, 1 % devrait être suffisant. Mais il ne risque certainement pas de se limiter à cela.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

En voir plus