Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Enfin en santé

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Artturi Lehkonen a l’habitude des camps des Canadiens. Mais cette fois-ci, c’est différent.

Participant pour un troisième été à un camp des Canadiens après avoir été repêché au 55e rang en 2013, Lehkonen n’avait toutefois pas eu la chance de patiner avec les autres espoirs auparavant. En effet, le jeune homme avait été contraint à ne subir que des tests physiques la première année en raison d’une blessure au poignet. Puis, en 2014, une mononucléose l’avait cloué au lit.

«C’est vraiment excitant pour moi. Je suis venu à ce camp deux fois, mais je n’ai toujours pas patiné. Maintenant, à ce camp, j’ai déjà patiné trois fois. C’est vraiment bien de pouvoir être un peu plus impliqué », explique Lehkonen, qui se souvient de l’expérience pénible de l’an dernier, alors qu’il se remettait d’une mononucléose. «C’était difficile pour moi. Mon été en entier avait été hypothéqué parce que j’étais malade. Je n’avais pas pu manger pendant deux ou trois semaines. J’ai perdu cinq kilos, ce qui est énorme pour moi. »

Non seulement le jeune ailier gauche avait dû se remettre de la maladie, mais il avait également dû s’adapter à un environnement bien différent de celui auquel il avait été habitué. Au lieu de poursuivre sa carrière en Finlande, son pays natal, il a décidé de faire le saut de la Ligue Élite de Suède, avec la formation de Frolunda.

«Ça a été un grand changement pour un joueur finnois de faire le saut en Suède, mais je jouais déjà contre des hommes alors ce n’était pas bien différent. Mais le style est bien différent. Les gars ont plus de talent et la surface de jeu est plus grande », explique Lehkonen qui a tout de même été bien accueilli malgré les relations tendues entre les habitants des deux pays, surtout lorsqu’il est question de hockey. «Les Finnois et les Suédois ne s’entendent généralement pas bien, surtout quand ils jouent au hockey un contre l’autre. Mais à force de côtoyer les gars, ils m’ont accepté. Les partisans ont été très gentils avec moi également. C’était vraiment très bien. »

Et les partisans ont su l’appuyer, même lorsque la production ne suivait pas, en particulier en début de saison.

«J’avais beaucoup d’attentes envers moi-même. J’avais des hauts et des bas en début de saison, mais vers la fin, j’ai commencé à mieux jouer. J’ai retrouvé le rythme et je marquais des buts », laisse savoir celui qui a été capitaine de la formation suédoise lors du plus récent Championnat du monde de hockey junior qui s’est tenu au Centre Bell, en décembre dernier. «Vers la fin de la saison et en séries, je jouais bien. J’avais de bons coéquipiers et la chimie opérait. »

Après avoir obtenu une récolte de 16 points en 47 matchs en saison régulière, Lehkonen en a cumulé six en seulement 13 matchs en séries éliminatoires, en compagnie notamment du capitaine de la formation, Joel Lundqvist, le frère jumeau d’Henrik. S’il est déjà convenu que Lehkonen ira écouler la dernière année de contrat qui le lie à Frolunda, Martin Lapointe espère que son protégé pourra tirer pleinement avantage de cette saison supplémentaire.

«L’an prochain, il va être à Frolunda et on ne sait pas ce qui se passera ensuite. J’ai confiance qu’il va partir en santé et qu’il fera toute son année en santé. Ce serait vraiment un plus pour lui. Il va devenir plus fort physiquement et on verra où en est rendue sa progression à ce moment-là», souligne pour sa part Martin Lapointe qui a notamment fait un voyage d’une dizaine de jours en Suède pour le voir jouer. « Ça fait du bien de le voir en santé. Il y a bien des gens qui ne l’avaient pas vu jouer ou performer. Marc est bien content de le voir ici et moi également. Il n’a pas été chanceux au cours des dernières années. »

En espérant maintenant pour Lehkonen que la chance soit en sa faveur. Knock, knock. C’est le bruit du bois qu’il vient de toucher.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
 Échos de vestiaire
Faire sa place 
Passage obligé 

En voir plus