Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Célébrer le numéro 4

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – C’est un Geoff Molson émotif qui s’est présenté devant les médias mercredi en fin d’après-midi.

«J’aimerais offrir à la famille Béliveau toutes nos condoléances. J’aimerais également les offrir à tous les gens en deuil dans la province, au pays, en Amérique du Nord et dans le monde. Nous sommes très tristes aujourd’hui. Nos pensées sont avec eux », a lancé d’entrée de jeu M. Molson, moins de 24 heures après l’annonce du décès du légendaire numéro 4.

Les commentaires de sympathie ont afflué en masse au cours des dernières heures, regrettant le départ d’un homme qui était aimé et apprécié de tous, sans exception.

Geoff Molson était plutôt ému lors de son point de presse suite au décès de M. Jean Béliveau.

«Sa perte est quelque chose d’important pour le hockey. Il était probablement l’homme de hockey le plus respecté de la planète. Il a touché beaucoup de personnes, dans divers aspects de leur vie. Il était un leader, un gentleman, un extraordinaire joueur de hockey. Il a eu un impact sur les gens pendant plus de sept décennies», a poursuivi celui qui a non seulement côtoyé le «Gros Bill» au cours des dernières années chez les Canadiens, mais qui l’a également connu alors qu’il travaillait à la brasserie Molson, après sa carrière de hockeyeur. «Notre famille l’a toujours beaucoup respecté. Mon grand-oncle et mon grand-père ont travaillé avec lui alors qu’il était joueur. Ensuite la brasserie Molson l’a engagé comme employé à la brasserie et comme membre du conseil d’administration où il a joué un rôle important d’ambassadeur. Plus tard dans sa vie, lorsque j’ai fait l’acquisition des Canadiens, j’ai eu la chance de travailler avec lui et de passer du temps avec lui.»

Lorsque sa santé le permettait, M. Béliveau venait à tous les matchs des Canadiens. Si quelqu’un le cherchait, ce n’était pas très compliqué. Il suffisait de regarder quelques rangées derrière le banc des Canadiens. Section 102, rangée EE, siège 1. Il s’y trouvait.

«Tous nos joueurs, anciens comme actuels, reconnaissent que c’est un des plus grands ambassadeurs pour le hockey au monde. Il était là à chaque match. Il allait dans le corridor des joueurs. C’était clair qu’il les supportait et qu’il était derrière eux. Il était très important pour nos joueurs. Ils savent qu’un des plus grands hommes de hockey était toujours derrière eux », mentionne Molson, qui avoue que le siège occupé par le champion de dix coupes Stanley en tant que joueur a une certaine aura. «C’est un siège unique. C’est extrêmement rare d’avoir une personne de sa stature derrière le banc des Canadiens et pendant aussi longtemps. Tellement de moments magiques ont eu lieu à cet endroit alors qu’il s’y trouvait. On veut donc s’assurer que tout le monde s’en souvienne pendant longtemps. »

Afin que tous se souviennent de M. Béliveau, les Canadiens ont annoncé une série de mesures et d’initiatives qui permettront aux partisans de rendre un dernier hommage à ce grand homme de hockey.

«On va faire notre possible pour l’honorer convenablement pour tout ce qu’il a fait. De voir la réaction du public au cours des dernières 24 heures, c’est incroyable. Chaque individu a une histoire à raconter. Que ce soit sur Twitter, Facebook, à la télé, ce sont des milliers d’histoires qui sont racontées et c’est vraiment impressionnant de voir à quel point tout le monde aimait Jean Béliveau. Tout le monde l’aimait », souligne Geoff Molson mettant l’emphase sur les cérémonies qui auront lieu au cours des prochains jours.

Dimanche et lundi, les partisans des Canadiens sont invités à venir rendre hommage à M. Béliveau alors qu’il sera exposé en chapelle ardente au Centre Bell, de 10h à 18h. Mardi, alors que les Canadiens affrontent les Canucks, ce sera une occasion en or d’honorer ce véritable monument du hockey pour une dernière fois avant les funérailles nationales qui se tiendront le mercredi 10 décembre, à 14h, à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde.

«Ces quatre jours sont autant d’occasions de célébrer ce grand homme », a mentionné Molson, n’hésitant pas à dépeindre M. Béliveau de la même façon que plusieurs l’ont fait avant lui, comme un homme droit, intègre, gentil et généreux.

«Après chaque match, il y avait une file de partisans qui l’attendait pour avoir son autographe ou prendre une photo avec lui », se souvient Molson. «Il y restait jusqu’à ce que la dernière personne ait eu sa photo ou son autographe. Il a fait ça dans la soixantaine, mais également dans la cinquantaine, dans la quarantaine. C’est un homme qui a toujours pris le temps avec les partisans et dans la communauté.»

Et maintenant ce sera au tour des partisans de prendre le temps de célébrer le numéro 4.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Livre d'Or
Point de presse de Geoff Molson
Hommage à Jean Béliveau
Des souvenirs indélébiles
Jean Béliveau s'éteint à l'âge de 83 ans
Hommage vidéo

En voir plus