Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Carburer à la pression

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – P.K. Subban a su répondre aux énormes attentes placées à son endroit au cours de la dernière saison.

Lorsque P.K. Subban a apposé sa signature au bas du plus gros contrat jamais consenti à un joueur du Tricolore en août dernier, il savait que les projecteurs seraient rivés sur lui en permanence en 2014-2015. Encore plus que lors de ses quatre saisons précédentes à Montréal. Qu’il soit revenu de Sotchi avec une médaille d’or olympique au cou ou qu’il ait été le meilleur pointeur des siens lors du long parcours en séries 2014 ne voulait plus rien dire pour certains. Subban se devait de produire et d’être parmi les meilleurs du Tricolore soir après soir. Et pour ajouter à cela, il a été choisi lors du dernier tournoi de golf de l’équipe comme l’un des quatre joueurs montréalais qui allait arborer un « A » sur son chandail en l’attente de la nomination du prochain capitaine.

Malgré toutes ces nouvelles responsabilités, le défenseur torontois n’a jamais reculé et a sauté sur cette opportunité à pieds joints lorsqu’on lui a octroyé son contrat de huit saisons. Souhaitant devenir depuis longtemps un joueur sur qui ses coéquipiers pouvaient compter, Subban a relevé le défi avec succès, n’étant aucunement étouffé par son nouveau statut à Montréal.

« Je n’ai pas vraiment ressenti de pression après avoir signé mon contrat. Je crois que j’ai travaillé fort, comme toutes les autres personnes qui ont déjà un nouveau contrat. Vous travaillez fort et si vous êtes récompensé, vous êtes heureux », atteste Subban, qui a complété la campagne au deuxième rang des pointeurs des Canadiens avec une récolte de 60 points, avant de mener son équipe avec huit autres en 12 parties éliminatoires. « Je travaille fort depuis que je suis dans la Ligue et j’ai été récompensé par l’organisation. Lorsque je suis arrivé en septembre, je savais que j’avais un travail à faire. Ce sera la même chose en septembre prochain. »

Si les chiffres qu’il a présentés au cours des premiers mois du calendrier régulier étaient un peu en dessous de ceux qu’il affichait à cette période par le passé, Subban a une fois de plus démontré qu’il ne faut jamais parier contre lui. Terminant dans le Top-10 des meilleurs défenseurs du circuit dans de multiples catégories au terme de la campagne, il s’est avéré en plus être une force sur l’ensemble de la surface glacée, passant d’un différentiel de moins-4 en 2013-2014 à plus-21 cette saison. C’est cette capacité de devenir un joueur complet et non seulement un spécialiste en offensive qui lui ont d’ailleurs permis de faire partie des conversations concernant l’élite à sa position, méritant cette année la deuxième nomination de sa carrière au trophée Norris.

« En début de saison, je crois que beaucoup disaient que je ne marquais pas souvent ou que je n’obtenais pas assez de points. Il y a beaucoup d’excellents défenseurs dans la Ligue et certains d’entre eux, qui sont considérés comme les meilleurs, ne mènent pas le circuit aux chapitres des buts et des points. Dans l’ensemble, la façon que je jouais au début de la saison était celle que je souhaitais, en étant solide aux deux extrémités de la glace. Je pourrais tricher pour obtenir plus de points, mais je ne le ferai pas au détriment de mon équipe ou de mon gardien », souligne Subban, qui a pris le sixième rang dans la LNH avec une moyenne d’utilisation de 26:12 minutes par match cette saison. « D’un point de vue individuel, je suis heureux de la saison que j’ai eue. Les deux chiffres sur lesquels je m’attarde sont ma production offensive – 60 points – et le fait d’avoir eu un différentiel de plus-21. Je ne crois pas que je puisse demander mieux que ça, en étant responsable partout sur la patinoire. Je ne sais pas comment ils choisissent le vainqueur du Norris et je ne sais pas comment ça avait été déterminé la dernière fois que je l’avais remporté, mais je sens que j’ai connu une bonne année, que je l’emporte cette année ou non. »

Bilan 2014-2015: Subban

S’il est encore trop tôt pour savoir s’il ajoutera un deuxième trophée Norris à sa collection, le nom de Subban fera fort probablement partie d’une autre conversation au cours des prochains mois, comptant parmi les candidats pour devenir le 29e capitaine dans l’histoire des Canadiens. Le fait que personne n’avait le « C » sur son chandail n’a pas nui au Tricolore cette saison. Bien au contraire. Cette situation aura permis à de nouvelles voix de se faire entendre alors que plusieurs vétérans avaient quitté l’organisation dans les mois précédents. Tandis que Subban serait honoré de recevoir ce titre, il croit que tous et chacun doivent contribuer au leadership s’ils espèrent aspirer aux grands honneurs dans le futur.

« C’est certain qu’être choisi capitaine des Canadiens de Montréal serait spécial et différent de toutes les autres équipes. Juste le fait d’avoir fait partie du groupe de leaders et d’être en compagnie des autres grands joueurs qui ont porté une lettre sur ce chandail était quelque chose. Ce genre de situation n’est pas prise à la légère ici. On ne donne pas une lettre comme ça à Montréal », conclut Subban, qui a célébré son 26e anniversaire de naissance au mois de mai. « Cette année, notre plus grande force a été que plusieurs leaders se sont levés durant la saison. C’est comme ça que vous remportez un championnat de division et que vous devenez une des meilleures équipes de la ligue. Ça ne revient pas qu’à quelques joueurs, mais à l’équipe en entier. Il y avait beaucoup de leadership dans notre vestiaire cette année et ce sera important d’en avoir l’année prochaine aussi. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI :
Du pain sur la planche
Pas de répit
Le meilleur est à venir

En voir plus