Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Turris intensifie son jeu en grande pompe pour les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le centre des Sénateurs Kyle Turris a réalisé sa plus grande contribution à l’équipe jusqu’à présent mercredi soir, en marquant un but en prolongation contre les Rangers de New York qui a permis d’égaler la série 2-2 (Getty Images).
Parfois, il aurait pu être Wayne Gretzky ou Joe Sakic.


Ou peut-être même Steve Yzerman, son plus grand héros du hockey. À l’époque où il s’amusait à frapper des balles de tennis dans un filet dans la cour de sa maison de la région de Vancouver, Kyle Turris a souvent eu les mêmes pensées que tant de jeunes étoiles aspirantes du hockey canadien.

Peut-être que ce sera moi. Peut-être que je vais devenir le héros des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Rassurez-vous, il n'y a plus de « peut-être » pour Turris. Pas après son but spectaculaire en prolongation mercredi soir qui a permis aux Sénateurs d'Ottawa de vaincre les Rangers de New York 3-2 au quatrième match de la série quart de finale de l’Association de l'Est. Et sûrement pas après le centre de 22 ans ait eu droit à une ovation de la part d’une foule rugissante à la Place Banque Scotia, après avoir été choisi la première étoile du match.

Par la suite, Turris a fait remarquer qu'il avait « vécu le rêve de tout enfant de participer aux séries de la Coupe Stanley. » Le même rêve qu’il entretenait pendant toutes ces années où il décochait des lancers dans sa cour lorsqu’il était garçonnet.

« On passe notre enfance à jouer dans la cour, à décocher des lancers avec des balles de tennis sur le filet en face du garage et juste penser qu'un jour on sera des éliminatoires de la Coupe Stanley et marquer ce genre de but, c’est incroyable », a déclaré Turris plus tôt jeudi en repensant à son moment magique. « Hier soir (mercredi), j'ai eu la chance que vivre cette magie. »

Au-delà des applaudissements tonitruants qu’il a entendus à la Place Banque Scotia, la réaction au but de Turris a dépassé toute espérance. Il a admis qu'il lui a fallu un certain temps pour arriver enfin à dormir après avoir bénéficié d'un souper d’après-match dans le calme en compagnie de ses parents, sa petite amie et de l’attaquant des Senators de Binghamton Patrick Wiercioch — un compatriote Britanno-Colombien et un des meilleurs amis du centre des Sénateurs — ainsi que la petite amie de ce dernier. Son compte Twitter (@kyleturris) a été inondé de messages d’encouragements de ses amis.

Tout cela est du bonbon pour un type qui a passé les deux premiers mois de la saison chez lui, à New Westminster, en Colombie-Britannique, en raison d’un différend contractuel avec les Coyotes de Phoenix. Turris était convaincu qu'il ne cadrait plus dans le désert de l'Arizona et souhaitait un nouveau départ. Son souhait a été exaucé le 17 décembre, alors qu’il fut échangé aux Sénateurs en retour du défenseur espoir David Rundblad et un choix au repêchage.

Avec chaque jour qui passe, le changement de décor s’est avéré bénéfique. Turris a été accueilli à bras ouverts par une équipe qui avait un besoin urgent pour un centre de deuxième trio, et il n'a pas déçu.

« Nous lui avons donné une chance de connaître un nouveau départ et de faire partie d’une équipe qui allait l’accepter, et nous avions besoin de lui pour être bons », a déclaré Jason Spezza, le centre numéro un des Sénateurs. « Il est arrivé ici et il a eu une opportunité et il a donné le meilleur de lui. Il a amené une grande profondeur au centre et il a collaboré depuis le premier jour. Donc, il a été une excellente acquisition pour nous. »

Pour sa part, Turris ne se lasse pas de remercier ses coéquipiers et l'entraîneur-chef Paul MacLean de lui avoir offert un environnement accueillant dans lequel il pourrait s'épanouir. Sentant que Turris s’en voulait encore d’avoir raté une chance de marquer à la dernière seconde de jeu du troisième match, qui s’est soldé par une défaite de 1-0 aux Rangers, MacLean a amené le jeune centre à l’écart pendant la séance de patinage d’avant-match de mercredi et lui a dit de garder la tête haute, que sa chance allait survenir.

« J'ai eu tellement de plaisir avec le groupe ici et j’ai beaucoup de chance d'être dans cette position, alors qu’Ottawa me donne une chance, les gars m’ont fait sentir la bienvenue et le personnel d'entraîneurs m’a fait sentir si confiants », a déclaré Turris, le troisième choix au total lors du repêchage de la LNH en 2007. « Je suis très chanceux et je ne pourrais jamais les remercier suffisamment.

« Nous avons une belle composition dans le vestiaire et il y règne une belle complicité. La chimie ne se compare à rien de ce que j’ai vu dans le passé. C'est tout simplement incroyable. Cela rend les choses beaucoup plus plaisantes et tout le monde sent qu’il contribuer aux efforts et tout le monde veut s’entraider. »

En 43 matchs en saison régulière à Ottawa, il a produit 12 buts et 29 points, deux sommets en carrière dans sa très jeune carrière dans la Ligue nationale de hockey. MacLean est l’une des personnes qui croient que le meilleur est encore à venir.

« Depuis qu'il est arrivé ici, il a acquis de la maturité en tant que joueur grâce à la chance que nous lui avons offerte sur le deuxième trio (au centre), a déclaré MacLean. Et l’aspect offensif commence à lui sourire. Je pense que ça va aller de mieux en mieux. De match en match, il s’impose comme étant un véritable joueur-clé pour nous (dans les séries éliminatoires). »


En voir plus