Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Spezza : « Les partisans peuvent faire une grosse différence pour nous »

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le gardien des Sénateurs Craig Anderson salue les partisans à la Place Banque Scotia après avoir été choisi la deuxième étoile du match mercredi soir, après un triomphe de 3-2 en prolongation contre les Rangers (François Laplante/Freestyle Photography/OSHC).
Pour ceux qui ont vu le spectacle de loin, il était possible de rependre son souffle au cours de cette soirée somme toute fébrile.


Mais pas pour les 20 340 fidèles amateurs qui se trouvaient à l'intérieur de la Place Banque Scotia, alors que ces derniers ont saisi l'occasion pour ajouter un peu plus de pression sur l’adversaire.

Les Sénateurs d'Ottawa n’ont pas hésité à reconnaitre que la présence de leur « septième joueur », soit les partisans endiablés qui ont envahi le domicile de leur équipe avec une ambiance électrisante et assourdissante, leur a donné un coup de main pour renverser la tendance contre les Rangers de New York au cours du triomphe de mercredi, un gain crucial de 3-2 en prolongation, et égaler la série quart de finale de l’Association de l’Est 2-2.

La salle comble s’est murée dans un silence soudain lorsque les Blueshirts ont pris les devants 2-0 avec deux buts en avantage numérique. Mais la foule s’est réveillée avec entrain lorsque Milan Michalek a résout l’énigme du gardien des Rangers Henrik Lundqvist, à 7:04 de la deuxième période, alors que le cerbère avait blanchi les Sénateurs 1-0 avec une performance de 39 arrêts, lundi soir au troisième match de la série.

Peu de temps après, la foule s’est exprimée sans gêne avec une ovation debout de trois minutes à la grandeur de la Place Banque Scotia, ce qui a eu pour effet de remonter considérablement le moral de leurs héros du hockey.

« C’était phénoménal », a déclaré le centre des Sénateurs Jason Spezza plus tôt aujourd'hui en rappelant le moment. « On puise de l'énergie à partir de ce genre de choses. Les partisans peuvent faire une grande différence et ils l’ont fait, je pense. Il peut y avoir des moments de relâchement lors d’un match, mais lorsqu’on entend une ovation comme celle-là... c’est difficile d'expliquer le sentiment que l’on ressent, mais cela peut drôlement nous stimuler.

« Quand les amateurs sont derrière vous comme ça, c'est une sensation extraordinaire. »

Le gardien de but Craig Anderson a été aussi emporté par l'ovation prolongée.

« Nous sommes dans une ville de hockey et ils l'ont démontré », a déclaré Anderson, qui a eu droit à d’autres encouragements soutenus lorsqu’il a sauté sur la patinoire après avoir été choisi la deuxième étoile du match. « C'était incroyable. Nos partisans nous ont aidés à offrir une prestation supérieure d’environ 10 ou 20 pour cent et ils ont la capacité de le faire pour nous. Ils nous ont donné l'énergie que nous avions besoin lorsque nous étions un peu à plat. »

La foule a également scandé « An-dy, An-dy » après chaque gros arrêt qu’il a effectué pendant la rencontre, repoussant 31 des 33 lancers dirigés contre lui — dont plusieurs de haute qualité.

« Nos partisans sont derrière nous et ils se sont fait bruyamment entendre dans l’amphithéâtre », a déclaré au sujet de la réaction de la foule après le but de Michalek. « Nous avons vécu de belles émotions et cela a remonté notre moral sur toute la ligne. Nos gars ont fait un excellent travail sans relâcher et nos partisans ont maintenu la cadence. »

Ils seront de retour pour répéter l’exercice au moins une fois de plus lundi, lors de la présentation du sixième match à la Place Banque Scotia. Mais d'abord, la série se transporte au Madison Square Garden de New York, samedi, pour le match numéro cinq (19 h, RDS, CBC, CKOI 104,7 FM). Il reste moins de 750 billets pour le match de lundi.


En voir plus