Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Schubert incarne la polyvalence chez les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
C’est, selon à qui vous parlez, une bénédiction ou une malédiction.


Mais Christoph Schubert, qui ne cache pas le fait qu’il aimerait beaucoup obtenir une place permanente à la ligne bleue des Sénateurs d’Ottawa, trouve une manière de ne pas se laisser abattre. Il vit en pensant que, en tant que joueur d’avant à temps plein et défenseur de temps à autres, il en donne à ses maîtres deux fois plus pour leur argent.

« En autant que l’équipe est heureuse d’avoir un gars comme moi qui peut le faire, a dit Schubert, un joueur originaire de Munich âgé de 26 ans. Mais je sais qu’ils ont suffisamment confiance pour me placer à la ligne bleue dans certaines situations, comme pour tuer des punitions et l’attaque à cinq. C’est ce qu’il y a de mieux pour moi.

« Cela signifie qu’ils me font confiance et croient en moi pour faire le travail. »

Mais tout le monde, à partir du directeur général et entraîneur-chef Bryan Murray, sait que Schubert caresse le désir pas tellement secret de passer tout son temps à sa « position naturelle. »

« (Jouer à la défense), c’est une position naturelle qu’on joue naturellement pendant toute une vie ou une carrière », dit-il

Schubert n’avait jamais joué ailleurs que défenseur dans sa vie jusqu’à la saison dernière quand Murray, coincé par les nombreuses blessures, lui a demandé de s’aligner à l’avant.

« C’était une position bizarre quand vous n’avez jamais joué là, a dit Schubert. Je suppose que cela a mieux fonctionné que tout le monde s’y attendait. »

Si bien, en fait, qu’à la fin de la saison le style rude de Schubert en a fait un élément précieux dans une quatrième ligne et qui a joué un rôle important dans les succès des Sénateurs dans les trois premières rondes des séries éliminatoires de la coupe Stanley.

Les ajustements, toutefois, ont été une partie régulière de la vie de Schubert depuis qu’il est venu en Amérique du Nord, à 20 ans, pour jouer dans la filiale des Sénateurs dans la LAH à Binghamton, N.Y.

« Je dois admettre que ma première année a été assez difficile, a dit Schubert, un choix de quatrième ronde au repêchage de la LNH de 2001. De nouveaux coéquipiers, un nouveau pays, une nouvelle langue, tout était nouveau et vous êtes tout seul.… Mais ce fut une bonne expérience d’apprentissage pour moi. Cela m’a aidé à acquérir de la maturité à 20 ans. Cela m’a aidé à grandir et à faire de moi ce que je suis maintenant. »

Il devait aussi s’adapter aux dimensions des patinoires, qui sont plus petites en Amérique du Nord.

« Vous pensez peut-être que la différence n’est pas aussi apparente, mais elle l’est, de dire Schubert. Lorsque vous êtes européen, vous constatez une grande différence. Vous devez modifier considérablement votre style de jeu car les surfaces (en Europe) sont beaucoup plus grandes. »

Il apprécie avoir l’occasion de jouer devant des gradins remplis à capacité à la Place Banque Scotia.

« Je ne sais pas comment quelqu’un pourrait ne pas aimer cela, dit-il. Si quelqu’un n’aime pas cela, alors quelque chose ne tourne pas rond. »


En voir plus