Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Questions et réponses avec Foligno

par Rob Brodie / Ottawa Senators
L'attaquant des Sénateurs Nick Foligno affirme que le système "de logique simple" de l'entraîneur-chef Cory Clouston lui a aidé à contribuer encore plus (Photo par André Ringuette/NHLI via Getty Images).
Alors qu’il entreprend sa troisième saison avec les Sénateurs, l’ailier Nick Foligno est devenu l’un des préférés du public à la Place Banque Scotia.

Le fils de l’ancienne vedette des Sabres de Buffalo Mike Foligno semble être aussi destiné à mériter un plus grand rôle au sein de l’équipe au cours des prochaines années.
En ce début de saison 2009-2010, Foligno a pris le temps de répondre à quelques questions au sujet du passé, du présent et de son avenir à Ottawa.

Q : Avez-vous enfin l’impression d’être un membre établi des Sénateurs?
R : Je commence à espérer me sentir ainsi. J’ignore si je suis établi en ce moment. J’ai encore beaucoup de chemin à faire. Je ne crois pas que la moitié d’une saison puisse faire de vous un joueur, mais c’est le but que je vise. Je veux jouer un rôle important au sein de l’équipe. L’année dernière, j’ai fait beaucoup de progrès et je veux continuer dans cette voie. J’ai acquis beaucoup de confiance, ce qui est une bonne nouvelle, et j’entends aider l’équipe afin que cette dernière puisse retrouver le sentier de la victoire.

Q : Comment le système Cory Clouston vous a-t-il profité?
R : C’était un système de logique simple. Si vous ne le suiviez pas, vous ne jouiez pas. Je crois que les joueurs ont commencé à y adhérer. Lorsqu’on atteint ce calibre, tout le monde veut jouer. Nous avons adhéré à un système qui fonctionne très bien. Il l’a adapté selon nos forces et nos faiblesses. Cela nous a incités à l’adopter et je crois que ça m’a profondément motivé à donner un coup de main à l’équipe et à l’améliorer. C’est pour cela que je jouais mieux vers la fin.

Q : Êtes-vous assez confiant pour vous acheter une maison dans la région?
R : En fait, j’ai acheté une maison l’année dernière. C’est certain que je veux être un Sénateur d’Ottawa. J’aime vivre et jouer ici. Nous avons de formidables partisans et je tiens à voir cette équipe bien jouer et de ramener un championnat ici.

Q : Songez-vous à vous engager davantage dans les organismes de bienfaisance à Ottawa?
R : Je commence à m’engager davantage auprès des organismes de bienfaisance. Je veux m’assurer de faire quelque chose contre le cancer, évidemment (la mère de Foligno, Janis, est décédée en juillet après une lutte de cinq ans contre le cancer du sein). L’an dernier fut difficile. Je ne savais pas comment m’y prendre pour faire mon chemin dans cette ligue, mais, cette année, je veux absolument m’engager davantage. C’est le genre de personne que je suis, je veux donner en retour. Il sera intéressant de voir ce que je peux accomplir.

Q : Parlez-nous de votre première expérience au Championnat du monde en Suisse, en mai dernier?
R : C’était incroyable. J’ai eu beaucoup de plaisir. Nous n’avons pas connu beaucoup de succès, mais j’ai adoré mon expérience avec Team USA. J’ai côtoyé d’excellents joueurs et j’ai affronté d’excellents joueurs. C’était particulier d’observer la façon dont se pratique le hockey là-bas, comparativement à ici. Le jeu se déroule beaucoup plus rapidement et c’était amusant d’essayer de jouer de cette façon. Je me suis beaucoup amusé et je conserve des souvenirs inoubliables.


En voir plus