Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Melnyk - un éternel optimiste

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Eugene Melnyk a toujours été un éternel optimiste.


Et même quand son équipe éprouve des difficultés près du bas du classement de l’Association de l’Est, le partisan numéro un des Sénateurs d’Ottawa demeure confiant que des jours meilleurs les attendent. Il est enthousiaste en ce qui concerne les jeunes espoirs dans le système de l’organisation, que certains d’entre eux joueront bientôt à la Place Banque Scotia de manière régulière.

Comme toujours, l’objectif ultime de Melnyk est le même: offrir une Coupe Stanley aux partisans du Royaume du Hockey. Il est convaincu que la procédure de reconstruction, que l’équipe s’apprête à entreprendre, y apportera éventuellement le Saint Graal du hockey.
Le propriétaire des Sénateurs a pris le temps, aujourd’hui, de partager ses idées sur le présent et l’avenir de l’équipe avec OttawaSenators.com:

Q: Qu’est-ce que cela fait pour un amateur de s’asseoir et de regarder ce que cette saison est devenue?
R: En parlant comme partisan et comme propriétaire, de toute évidence, je suis déçu, mais éternellement optimistes. Vous devez regardez la performance de l’équipe présentement et ce n’est pas ce à quoi tout le monde s’attendait au début de la saison. Mais le bon côté est que nous avons fait de bons repêchages, nous avons de fantastiques espoirs dans le système et ce que vous espérez vraiment est que, ultimement, vous avez établi un plan à long terme avec un groupe de joueurs qui inclut le noyau de vétérans que nous avons présentement pour apporter une Coupe Stanley à Ottawa.

Q: Bryan a laissé entendre, aujourd’hui, qu’il croit que l’organisation a neuf espoirs qui sont très proches d’être «prêts pour la LNH». Est-ce quelque chose qui vous excite, de savoir que ce genre de talent est sur la bonne voie?
R:
Absolument. Et ce sont huit ou neuf joueurs présentement. Cela n’inclut pas ce que nous pourrions peut-être obtenir entre maintenant et le début de la prochaine saison par le biais d’échanges, au repêchage ou par de nouvelles mises sous contrat. Vous pourriez voir une douzaine de nouveaux visages dans cette équipe très, très facilement l’an prochain et cela constitue pratiquement la moitié de l’équipe.  C’est excitant autant comme propriétaire que comme partisan.

Q: Recevez-vous une réaction positive des partisans au sujet de la procédure de reconstruction qui va débuter?
R:
Tout d’abord, la réponse est oui. Je pense que les partisans d’Ottawa sont extrêmement connaisseurs. Ils savent très bien ce que nous faisons et ce qu’ils voient est ce qu’ils veulent voir. Que vous ramènerez ultimement l’excitation que nous avions en 2007 en nous rendant dans la finale de la Coupe Stanley. C’est ce que nous voulons vraiment. Tant que vous donnez cela, pas seulement de l’espoir — et les gestes parlent beaucoup, beaucoup plus fort dans ce cas que les mots — ensuite, vous avez le soutien des partisans. Et vous les attirerez aux matches pour voir l’avenir de la franchise ... Ce que vous voulez être est un candidat sérieux et pouvoir offrir un excellent divertissement et de l’excellent hockey. C’est notre objectif et c’est notre travail.

Q: Bryan a dit aujourd’hui que, d’ici un an, cette équipe pourrait être de retour là où tout le monde veut qu’elle soit. Croyez-vous la même chose, qu’il ne faudra pas beaucoup de temps pour que cela se produise?
R:
Je pense qu’un an est un peu agressif. Je sais que nous voulons tous faire des miracles et que nous croyons tous que nous le pouvons. Mais, selon moi, qu’il faille un an, trois ans ou cinq ans, nous voulons ultimement avoir du succès. Je ne fixe pas de durée. Je ne me mettrais pas autant de pression. Je ne le voudrais pas. Si vous devez vous rendre là et que les personnes voient que vous y allez, c’est plus important que d’essayer de fixer une date limite. Nous savons quel est l’objectif ultime et c’est tout ce que je veux promettre. Et c’est un énorme engagement. Nous allons créer quelque chose que nous savons que nous conserverons pendant des années. Ensuite ce sera vraiment aux joueurs de déterminer à quelle vitesse nous pouvons redevenir une équipe d’élite.

Q: Que voulez-vous réussir, ultimement, quand cette procédure sera terminée?
R:
Nous ne sommes pas comme certaines équipes qui ont eu à tout recommencer. Nous avons déjà d’excellents joueurs: des vétérans fidèles, comme Daniel Alfredsson, et d’excellents jeunes talents, comme Erik Karlsson. Mais ce que j’espère voir, et que nos partisans méritent, est une équipe qui est plus jeune, plus affamée et plus rapide. Il faudra du temps et, peu importe le temps qu’il faudra, j’en suis heureux. Ce que je ne ferai pas, c’est établir une date limite pour essayer d’accélérer les choses qui ne peuvent pas se produire. Non. Nous voulons une excellente équipe à long terme et peu importe ce qu’il faut, nous allons l’avoir.

Q: Quelle est la chose importante que vos partisans et vos commanditaires doivent comprendre à ce sujet?
R:
La principale chose est que nous allons réussir. Ce n’est pas une situation de «si». C’est une question de quand. Si vous le faites bien et correctement et que vous donnez la latitude au directeur général de rebâtir autour d’un noyau de vétérans qui peuvent entourer les jeunes et qui peuvent concourrir de manière constante. Mais, ultimement, vous ne voulez pas être un club moyen qui est toujours à peu prêt là. Vous voulez une équipe gagnante. C’est le message principal aux commanditaires et aux partisans. Vous voulez une équipe gagnante, un point c’est tout.

Q: À quel point êtes-vous reconnaissant que les partisans demeurent fidèles à l’équipe, malgré le fait que cette saison ne se déroule pas comme tout le monde le voulait?
R:
Vous savez que nous avons une excellente base de partisans. Je ne pourrais pas être plus fier des partisans qui nous sont fidèles et je sais qu’ils le demeureront pendant cette procédure. La différence sera que, quand un jeune arrivera et qu’il sera dans la vingtaine et qu’il réussira un tour du chapeau, cela fera les manchettes. Aujourd’hui, si un vétéran le fait, cela se retrouve loin à l’intérieur du journal. C’est l’excitation. Pouvoir dire que cela s’en vient. Selon moi, vous ne pouvez pas être plus excités de savoir que les bonnes années s’en viennent.


En voir plus