Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Melnyk est heureux du revirement des Sénateurs

par Staff Writer / Ottawa Senators

Le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa, Eugene Melnyk, est heureux de la façon dont les choses ont tourné à la faveur de son club après un début difficile.

 

Par Todd Anderson

 

S'adressant aux médias pendant une pause à l'activité annuelle Patinage pour enfants de la famille Melnyk, le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa Eugene Melnyk a parlé du revirement qu'a connu son club après un début de saison difficile.

 

« Après un début difficile, il y avait un peu d'anxiété, a dit Melnyk. « C'est encore très tôt dans la saison, c'est comme ça que je le vois. Dans les 20 premiers matchs, il faut respirer par le nez. L'équipe s'adapte. Je crois qu'on voit les vrais Sénateurs, une équipe talentueuse qui ira loin en séries éliminatoires. »

 

Alors que Melnyk a pleine confiance à la formation actuelle, il se dit ouvert à effectuer des ajustements en cours de route, si cela pouvait aider l'équipe.

 

« Si (le directeur général des Sénateurs) John Muckler vient me voir et me dit qu'il faut faire des ajustements, que si nous devons effectuer une transaction ou acquérir un joueur pour faire les séries, j'écouterai John, un homme qui compte 40 ou 50 ans d'expérience. Je questionne rarement ses recommandations. En ce qui me concerne, je suis ici pour aider à former un club gagnant et je suis là pour l'équipe. »

 

Melnyk est heureux de pouvoir compter sur des gens expérimentés comme Muckler et l'entraîneur-chef Bryan Murray. Il estime que les connaissances et l'expérience sont importants avec le nouveau système avec plafond salarial dans la ligue.

 

« C'est incroyable d'observer entre le troisième et le 13e rang (au classement de la LNH), a déclaré Melnyk. Je crois qu'il y avait un écart de cinq points. Dans quelques années, ce sera la gestion intelligente qui fera la différence. Nous devrons nous ajuster car notre système est différent de celui des autres. Nous avions toujours eu notre propre plafond. On ne peu plus acheter une Coupe Stanley. Il faut assembler et former une bonne équipe. Je crois qu'avec John Muckler et son personnel entraîneur, nous avons ce qu'il faut pour aller loin. »

En voir plus