Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Les Sénateurs gardent toujours espoir

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Le centre des Sénateurs Mike Fisher a bon espoir de guérir sa blessure au haut du corps à temps pour l'affrontement de jeudi soir, contre les Thrashers à Atlanta (Getty Images).
Rien apparemment ne minera le moral des Sénateurs d’Ottawa pour encore bien longtemps.


Pas une léthargie postolympique de six revers en sept matchs. Même pas la panne sèche qui affecte l’attaque des Sénateurs au cours deux dernières semaines, à l’exception de leur seule victoire à Edmonton.

Ce fut plutôt un groupe enthousiaste et énergique qui s’est livré à une séance d’entraînement aujourd’hui au Bell Sensplex, et qui a parlé de manière confiante par la suite, indiquant que les succès sont imminents.

« Nous éprouvons des difficultés présentement », a déclaré le centre Mike Fisher au sujet de la présente série d’insuccès des Sénateurs (fiche de 1-5-1).  « Ce n’est pas un secret, mais il n’y a pas lieu de paniquer. Il ne faut pas laisser la frustration gagner du terrain. Nous connaissons nos moyens et nous devons garder la confiance. Nous sommes en bonne posture et il faut terminer le calendrier en force.

« Il n’y aucune raison de ne pas retrouver le rythme qui nous avions. »

Évidemment, Fisher faisait allusion à la séquence de 11 victoires consécutives qui a propulsé les Sénateurs au sommet de la section Nord-Est avant la pause olympique, ce qui aurait signifié que les Sénateurs seraient parmi les trois premières formations au classement de l’Association de l’Est en vue des séries éliminatoires. Mais Ottawa (37-28-5) s’accroche maintenant à la cinquième place et n’a plus qu’un point d’avance sur les Canadiens de Montréal, qui sont sur une lancée, et trois points de priorité sur les Flyers de Philadelphie.

Même si personne dans le vestiaire des Sénateurs ne tient rien pour acquis en ce qui a trait à une participation aux séries, il n’y a non plus aucun sens d’évoquer le fait que leurs chances s’amenuisent. Néanmoins, ils souhaitent certainement jouer du meilleur hockey en vue de la grande danse du printemps.

« Nous sommes conscients de notre situation et nous sommes encore en bonne posture aujourd’hui », a déclaré le capitaine Daniel Alfredsson. « Si l’on veut participer aux séries et aller loin, il faudra connaître une lancée à l’avance. Nous devons retrouver notre rythme, mais cela ne se fera pas en un seul match. Nous devrons retrouver nos bonnes habitudes.

« Nous avons regardé des extraits vidéo ici et là pour revoir les petites choses qui font défaut. Tout est dans l’exécution et le fait de trouver le fond du filet. »

Le centre Jason Spezza a ajouté : « Nous devons commencer à gagner des matchs. Nous ne nous préoccupons pas des séries ou de notre position au classement. Nous voulons simplement recommencer à gagner et retrouver le bon rythme. »

Dans leurs six revers (incluant celui en prolongation) subis depuis la pause olympique, les Sénateurs ont marqué seulement cinq buts. La soudaine diminution de production offensive a certainement donné des maux de tête au directeur général Bryan Murray, mais il pense que les choses vont se replacer au sein de son équipe, qui entame une série de trois matchs sur la route, à partir de jeudi soir à Atlanta, contre les Thrashers (19 h, RDS, Rogers Sportsnet, 104,7 FM Souvenirs garantis).

Nous éprouvons des difficultés présentement. Ce n’est pas un secret, mais il n’y a pas lieu de paniquer. Il ne faut pas laisser la frustration gagner du terrain. Nous connaissons nos moyens et nous devons garder la confiance. Nous sommes en bonne posture et il faut terminer le calendrier en force. Il n’y aucune raison de ne pas retrouver le rythme qui nous avions. - Mike Fisher
« Combien de fois la rondelle a-t-elle retonti sur nos bâtons hier soir? » a déclaré Murray au sujet du revers de 3-1 face aux Maple Leafs de Toronto, mardi soir à la Place Banque Scotia. « Nous avons eu des chances, mais nous avons lancé dans les jambières (du gardien de but). Lorsque les choses vont mal, cela mine l’ambiance. Nous avons besoin d’une chance, que quelqu’un lance la rondelle et qui atteint la cible d’une façon ou d’une autre et cela peut avoir un effet boule de neige. »

L’entraîneur-chef des Sénateurs, Cory Clouston, sait très bien que le vent peut très vite tourner. Avant la séquence record de victoires de la mi-janvier, Ottawa avait perdu cinq matchs d’affilés, incluant une décourageante défaite de 6-1 à Atlanta.

« Les choses peuvent changer très rapidement, a dit Clouston. Mais cela peut aussi aller dans la direction opposée. Il ne faut pas s’attendre à ce que cela survienne automatiquement. Nous devrons provoquer des choses.

« Nous sommes passés par là plus tôt cette année, lors d’une séquence de cinq ou six matchs et nous étions devenus une meilleure équipe par la suite. C’est maintenant notre objectif global. Cela nous force à sortir le meilleur de nous-mêmes pendant tout le match et mieux analyser certaines choses. Nous voulons redresser notre navire. »

Bloc-notes

Alfredsson, Fisher et les défenseurs Matt Carkner et Anton Volchenkov n’ont pas pris part à l’entraînement d’aujourd’hui, mais ils ont tous monté à bord de l’avion à destination d’Atlanta cet après-midi. Fisher, qui a raté le match de mardi en raison d’une blessure au haut du corps, a bon espoir de pouvoir affronter les Thrashers. « Je me sens mieux aujourd’hui, a-t-il dit. Nous évaluerons comment le tout se passera demain. Je tenterai de patiner en matinée et j’espère jouer. » Le défenseur Filip Kuba, absent depuis les six derniers matchs en raison d’une blessure au bas du corps, a patiné en solo avant l’entraînement et Clouston a indiqué qu’il est possible qu’il réintègre l’alignement jeudi... Le périple des Sénateurs comprend aussi des haltes à Dallas samedi (14 h, Rogers Sportsnet, Team 1200) et à Montréal lundi (19 h 30, RDS, Rogers Sportsnet, 104,7 FM Souvenirs garantis).


En voir plus