Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Les rois de la remontée dans la LNH

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Avec chaque jour qui passe, ils tiennent en haleine toute adversité qui se trouve sur leur chemin.


La dernière preuve de ce type de cran est survenue dimanche soir, alors que les Sénateurs ont comblé un déficit de 4-2 en explosant avec quatre buts en troisième période pour vaincre les Flyers de Philadelphie par la marque de 6-4 devant une autre salle comble d’un peu plus de 20 000 à la Place Banque Scotia. C'est la sixième fois cette saison qu’Ottawa parvenait à gagner un match après avoir tiré de l’arrière après 40 minutes, plus que toute autre équipe dans la Ligue nationale de hockey, selon le Elias Sports Bureau.

« Nous sommes un groupe résilient », a déclaré le gardien Craig Anderson après la plus récente et palpitante remontée des Sénateurs. « Nous avons persévéré et il ya une attitude du refus d’abandon qui règne ici. Nous trouvons des solutions. Nous avons beaucoup de talent, une excellente éthique de travail et beaucoup de leadership. Nous avons toutes les qualités requises. »

Le défenseur Erik Karlsson a ajouté : « Nous ne voulons pas renoncer. Nous essayons toujours de trouver un moyen de gagner des matchs. Notre moral est très bon et nous n'abandonnons jamais, même si nous accusons un retard de quelques buts. Nous essayons toujours de faire les bonnes choses pour notre bien et essayer de rester dans le match. Si nous parvenons à maintenir cette cadence suffisamment longtemps, les choses fonctionneront d’une façon ou d’une autre. »

Évidemment, ce qui fait le triomphe de dimanche encore plus remarquable est la qualité de l'adversaire. Les Flyers sont considérés comme l'une des équipes d’élite dans l’Association de l’Est, mais les Sénateurs ont réussi à leur soutirer trois points sur une possibilité de quatre au cours de cette série aller-retour ce week-end. Grâce à sa présente séquence de 8-1-2, Ottawa (22-15-6) a grimpé au cinquième rang du classement dans l’Est, à seulement deux points derrière Philadelphie, qui détient trois matchs en main.

Les remontées en troisième période ont joué un rôle non négligeable dans l'émergence des Sénateurs en tant qu’aspirants légitimes pour une place en séries éliminatoires, une situation dont peu de gens en dehors de l'organisation avaient envisagé, ne serait-ce que d’une infime possibilité au début de la saison. Mais voici une équipe qui continue d'adhérer à une philosophie que l'entraîneur-chef Paul MacLean prêche depuis pratiquement le premier jour qu'il s’est amené à la barre de la formation.

« C'est une attitude que nous avons depuis le premier jour du camp d'entraînement, celle d’être en mesure de jouer pendant 60 ou 65 minutes ou peu importe ce qu'il faut », a déclaré MacLean au sujet de sa troupe qui a vu six de ses neuf matchs précédents se solder en prolongation ou en tirs de barrage (Ottawa en a remporté quatre d'entre eux). « Peu importe ce qui arrive, du genre d'adversité ou du succès que nous avons, nous voulons simplement être reconnus comme une équipe réputée pour jouer un match au complet, pendant 60 minutes.

« C'est un aspect dont nous nous faisons une fierté. Cette attitude a commencé à se répandre lors de cette première journée, pendant les matchs préparatoires et qui continue simplement à se développer. »

Plus les Sénateurs montreront qu’ils peuvent revenir de l’arrière, plus ils ressentiront qu’ils ne seront plus négligés.

« Nous croyons en nos moyens », a déclaré le vétéran défenseur Filip Kuba, qui a inscrit le but gagnant dimanche avec seulement 71 secondes au cadran. « Ici, nous avons des joueurs qui croient en eux et qui ressentent qu’ils peuvent revenir de l’arrière lorsqu’ils amorcent la troisième période. »

Anderson, de son côté, admet qu'il n'a jamais vu quelque chose de semblable, qualifiant ce groupe « d’équipe particulière » avec la capacité « d’accomplir le travail soir après soir. »

« Il faut simplement continuer à batailler et garder cette mentalité voulant que nous ayons toujours une chance, a-t-il dit. Nous savons que si nous nous appliquons à la tâche, effectuons les petites choses correctement et maîtrisons ce que nous pouvons maîtriser, nous trouverons des façons de réaliser des jeux importants.

« Nous avons des joueurs qui peuvent décider du sort d’un match. Nous avons Karl, nous avons Spez (Jason Spezza), nous avons Alfie (Daniel Alfredsson). Nous avons beaucoup de joueurs qui peuvent faire une différence et nous remettre dans le match. Ils le font depuis le début et notre approche n’a pas changé en ce sens. »

C'est un état d'esprit qui devrait être mis à l’épreuve au cours des trois prochaines semaines, alors que les Sénateurs disputeront neuf de leurs 10 prochaines parties à l'extérieur de la Place Banque Scotia. Le tout commence mardi au Consol Energy Center de Pittsburgh contre les Penguins (19 h, TVA Sports, Sportsnet East, CKOI 104,7 FM).

« Nous allons continuer à faire ce que nous avons fait toute la saison, en prenant les choses une journée à la fois, a déclaré MacLean. Et nous n'allons pas jeter un coup d’œil sur le sixième ou septième match avant d’avoir l’occasion de jouer le premier. Nous avons eu du succès sur la route et nous voulons juste nous assurer de prendre les choses au jour le jour et juste nous préparer pour chaque adversaire, au fur et à mesure qu’ils se présentent. »




En voir plus