Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Le travail n'est pas terminé

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Nick Foligno, des Sénateurs, et le gardien des Penguins Marc-André Fleury regardent le tir de Matt Carkner atteindre le fond du filet de Pittsburgh pour inscrire le but victorieux en troisième période de prolongation. Ottawa a remporté un gain de 4-3 jeudi soir au Mellon Arena de Pittsburgh. (Getty Images).
Pour une autre journée, au moins, ils savourent l’attention dont ils sont l’objet dans le monde du hockey.


Toutefois, les Sénateurs d’Ottawa devront rapidement tourner la page sur l’excitante victoire de 4-3 en troisième période de prolongation, jeudi soir contre les Penguins de Pittsburgh, et de se concentrer sur le défi qui les attend.

« Notre situation n’a pas vraiment changé depuis hier soir », a déclaré le gardien Pascal Leclaire, dont sa prestation de 59 arrêts au Mellon Arena a aidé les Sénateurs à demeurer en vie dans leur série de quart de finale de l’Association de l’Est contre les champions défendant de la Coupe Stanley. « Nous devons encore gagner pour demeurer en vie et c’est ce qui nous préoccupe le plus en ce moment. »

Effectivement, malgré la performance héroïque de l’équipe jeudi soir, la situation demeure la même. Alors que les Penguins mènent la série 3-2, les Sénateurs n’ont pas d’autre choix que de remporter le 6e match qui devrait être âprement disputé devant une autre salle comble bruyante samedi soir à la Place Banque Scotia (19 h, RDS, CBC, 104,7 FM Souvenirs garantis).

« Nous devrons lutter à nouveau pour notre survie », a déclaré Matt Carkner, le gros défenseur qui a fait dévier un tir de la pointe pour inscrire le but vainqueur à 7:06 de la troisième période de prolongation, mettant fin à la plus longue partie de l’histoire moderne des Sénateurs.

« J’ai savouré ce moment hier soir. J’ai eu beaucoup de satisfaction et maintenant je dois passer à l’étape suivante. Nous allons être prêts pour samedi soir. »

Aujourd’hui, cependant, l’heure était au repos bien mérité et de repenser à l’une des prestations les plus remarquables qu’ils ont pu offrir. Même Matt Cullen, qui a remporté la Coupe Stanley avec les Hurricanes de la Caroline en 2005-2006, n’a jamais vécu une bataille aussi épique. Il a établi un sommet en carrière avec un temps d’utilisation de 39:32 jeudi soir.

« C’est une grosse victoire, a dit Cullen. Le temps dira ce que cela représentera. Si nous pouvons revenir de l’arrière et remporter cette série, ce match s’avèrerait le point tournant. Mais l’issu de la série déterminera l’importance de cette rencontre. Néanmoins, le fait d’avoir remporté ce match à un moment inhabituel en dit long sur notre équipe, en espérant que cela nous aidera à renverser la vapeur et remporter cette série. »

Leclaire s’est déjà rendu en finale du championnat mondial de hockey junior et au tournoi de la Coupe Memorial, mais il n’avait jamais vécu une situation comme celle de jeudi à l’Igloo. À son premier départ en carrière dans un match éliminatoire de la Ligue nationale en plus.

« Il s’agit certainement du match le plus enlevant auquel j’ai participé », a déclaré le cerbère de 27 ans de Repentigny. « On ne joue pas au hockey seulement pour disputer des matchs hors-concours. On veut vivre des soirées comme celle-ci. C’était très amusant. Ma famille et mes amis sont restés debout jusqu’à une heure du matin et tout le monde se plaint aujourd’hui à cause de la fatigue. Mais c’est très stimulant. C’est ça les éliminatoires. »

Maintenant, ils ont l’occasion d’égaler la série à domicile samedi soir et c’est le message qui est ressorti lors d’une rencontre d’équipe aujourd’hui, quoique ce genre de rappel n’était pas vraiment nécessaire. Même au lendemain d’un tel triomphe au 5e match, il y avait peu de temps pour la célébration.

« Honnêtement, c’était bien tranquille dans l’autobus qui revenait de l’aéroport et le vol de retour était aussi assez calme », a déclaré l’entraîneur-chef des Sénateurs Cory Clouston. « Je crois que les gars étaient surtout fatigués et qu’ils sont conscients que le travail est loin d’être terminé. Il faudra replonger et se concentrer pour demain soir. »

Il y a aussi le fait de se remettre de l’équivalent de près de deux matchs en un jeudi soir, ce qui est le cas pour les deux formations impliquées dans une série qui a des allures d’une guerre d’usure. Les Sénateurs souhaitent pousser la série à la limite, pour un match numéro 7 sans lendemain, mardi à Pittsburgh.

« Nous sommes fatigués », a admis Peter Regin, le centre qui a produit le but égalisateur en troisième période pour forcer la tenue de la prolongation. « C’est un match très long. C’est presque deux matchs en un. On le ressent physiquement, mais nous sommes confiants et nous avons hâte à samedi. Nous sommes contents d’être toujours dans la course. »

Clouston a ajouté : « J’espère que nous serons en mesure de poursuivre, tant et aussi longtemps que le corps, l’esprit et l’entrain suivront. Physiquement, les deux équipes seront fatiguées, mais il faudra faire preuve d’entrain. »

Intéressant de voir comment une victoire peut apaiser la fatigue de tout le monde.

« On ne se sent pas amochés aujourd’hui, a dit Cullen. On est un peu plus fatigué qu’à l’habitude, mais rien de trop grave... C’est bien de pouvoir se reposer les jambes un peu. Je ne crois pas qu’une séance sur la patinoire aurait été bénéfique dans ces circonstances aujourd’hui.

« Il faut laisser simplement le corps récupérer. C’est surprenant  comment on peut bien se sentir. »

Bloc-notes

Les partisans de l’Armée Sens ont été également embarqués dans la frénésie du triomphe en troisième période de prolongation. Environ 3 000 billets étaient disponibles pour le match de samedi tard hier soir, mais ce nombre a chuté à moins de 50 tôt cet après-midi. Il faut donc prévoir une autre salle comble de plus de 20 000 spectateurs pour le 6e match à la Place Banque Scotia... Le défenseur recrue des Sénateurs Erik Karlsson, qui a passé 40:38 sur la patinoire lors du 5e match, arrive deuxième après son homologue des Penguins, Sergei Gonchar, avec 44:13... D’autres statistiques impressionnantes : Le défenseur Anton Volchenkov a bloqué 11 lancers et le centre Mike Fisher a distribué 10 mises en échec.


En voir plus