Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Le fondateur des Sénateurs est gratifié par la croissance de sa vision

par Rob Brodie / Ottawa Senators

Comme le plus fier des papas, Bruce Firestone n’hésite pas à parler avec enthousiasme d'un enfant qui a mûri et grandi de la façon dont il avait toujours souhaité.

Mais dans ce cas-ci, du moins, l'entrepreneur d'Ottawa âgé de 60 ans ne parle pas de ni l’un ni l’autre de ses cinq enfants. Au contraire, il parle plutôt de l’équipe de la Ligue nationale de hockey duquel il a aidé à mettre au monde il y a un peu plus de deux décennies et qu'il suit toujours attentivement son évolution encore aujourd’hui.

« Je suis possiblement le partisan numéro un des Sénateurs », a déclaré Firestone, le premier propriétaire des Sénateurs d'Ottawa, quelques jours après avoir été intronisé au Temple de la renommée des sports d'Ottawa dans la catégorie des bâtisseurs. « Même lorsqu’ils disputent un match sur la côte ouest, je ne peux pas vraiment m’endormir avant de connaître la marque finale. Je parlais (récemment) à une amie qui m’est vraiment chère. Je lui ai parlé de mes sentiments envers l'équipe et elle m’a dit — et c’est assez profond — que je ne suis pas vraiment le fondateur de cette équipe, mais que je suis sa mère. Je crois que c’est le sentiment qui m’occupe à ce sujet.

« J'ai cinq enfants et je les adore. Mais elle est consciente de ce genre de sentiment. Cependant, je n'ai jamais été une mère, mais elle a dit que c’est de cette façon que les mères ressentent des sentiments (envers un enfant). C’est vrai. Vous pouvez dire que je ne serai jamais une mère, alors comment puis-je savoir? Mais elle a raison. »

La cérémonie du Temple de la renommée, qui a également intronisé les cofondateurs Cyril Leeder (l’actuel président des Sénateurs) et Randy Sexton, ainsi que l'ancien propriétaire Rod Bryden, fut en effet une soirée remplie de nostalgie pour Firestone. Et il n'aurait pas été plus ravi de partager la vedette avec trois autres personnes qui, selon lui, font partie intégrante de l'histoire des Sénateurs.

« Ils m'appellent le fondateur de l'équipe, mais en réalité, je suis le cofondateur, a déclaré Firestone. Randy et Cyril sont certainement au même pied d’égalité à tous les égards. Nous n'aurions pas eu l'équipe sans Cyril, nous n'aurions pas eu l'équipe sans Randy et nous n'aurions pas eu l'équipe sans Rod. »

Mais c’est Firestone qui eut l'idée que le moment était venu pour amener la LNH à Ottawa, sans toutefois affirmer que cela est venu en un cliniquement de doigt.

« J'aimerais que ce soit quelque chose de glorieux et fabuleux comme un buisson ardent, a-t-il dit. Mais ce n'était pas quelque chose d'aussi glorieux que cela. Ce que j’avais en tête est vraiment vers la fin des années 1980 et Ottawa était peut-être prête pour quelque chose de différent. Cyril, Randy et moi avons créé la société mère d'origine des Sénateurs, Terrace Investments, au point où nous avons pu faire quelque chose de spécial. »

Firestone regarda vers la plus grande cousine d'Ottawa en Ontario, Toronto. Et après avoir examiné et écarté quelques options, il a consacré toute son attention sur le hockey et la LNH.

« Je me suis dit : "Attends une seconde. Elle (Toronto) a une équipe de la LNH et peut-être que la LNH se prépare à une nouvelle expansion," a-t-il dit. Dans le cas où la ligue en déciderait ainsi, peut-être qu’Ottawa est assez grande. Et si Ottawa est assez grande, nous devrions peut-être soumettre sa candidature. »

Le projet s’est mis véritablement en branle en 1987 — « lorsque l'idée a d'abord été discutée entre Cyril et moi » — et cinq longues années sont passées avant de procéder à la toute première mise en jeu, le 8 octobre 1992 au Centre municipal d'Ottawa. Même s’il y a eu de nombreuses périodes difficiles au cours des premières années, Firestone a déclaré que les « pères fondateurs » ont toujours cru que l'équipe allait devenir l'icône de la communauté qu'elle représente aujourd'hui.

« Cela peut paraître un peu présomptueux, mais je pense que nous y avons tous cru, a déclaré Firestone. Ottawa se transformait, même à l'époque... alors qu’elle était surtout reconnue historiquement comme étant une ville gouvernementale. À l'époque, je pense que nous avions 30 000 entreprises indépendantes et, aujourd'hui, c’est beaucoup plus. Ottawa-Gatineau compte une population de 1,3 million d’habitants.

En voir plus