Skip to main content
The Official Site of the Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Karlsson au centre du débat sur le trophée Norris

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Il aura été aux premières loges au cours de cette saison exceptionnelle.


Et le gardien des Sénateurs Craig Anderson ne mâche pas ses mots quand il parle de l’impact immense des innombrables talents d’Erik Karlsson — qui s’expriment librement au sein d’un système qui met l'accent d’abord et avant tout sur la vitesse — au cours de la surprenante campagne qui a vu Ottawa se qualifier pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

« Il a été exceptionnel pour nous », a déclaré Anderson au sujet du défenseur qui a émergé pour devenir un aspirant sérieux pour le trophée James Norris, remis annuellement au meilleur défenseur de la Ligue nationale de hockey. « Quand il est sur la glace, il provoque des choses. »

Aucun défenseur dans la ligue ne possède un ensemble de statistiques plus impressionnant que le Suédois de 21 ans, un choix de première ronde des Sénateurs (15e au total) au repêchage de la LNH en 2008. Avec une récolte de 77 points (19 buts, 58 passes), il est le meilleur marqueur parmi tous les défenseurs de la LNH et on ne peut pas parler de course ici, alors que les deux prochains en lice sont Zdeno Chara, des Bruins de Boston, et Brian Campbell, des Panthers de la Floride, tous deux à 52 points.

Seulement trois autres défenseurs dans l’histoire de la ligue sont parvenus à devancer leurs plus proches poursuivants avec une si grande marge au cours d’une saison. Ces trois joueurs — Bobby Orr, Paul Coffey et Denis Potvin — sont tous intronisés au Temple de la renommée du hockey. Karlsson est également très près de connaître la saison la plus prolifique par un défenseur suédois de l'histoire de la LNH, une marque distinctive qui est détenue actuellement par Nicklas Lidstrom, des Red Wings de Detroit (80 points en 2005-2006), récipiendaire du trophée Norris à sept reprises.

Vous trouverez également le nom de Karlsson au sommet du classement chez les défenseurs de la LNH au chapitre des tirs (252), des points à forces égales (49), des buts (16) et des mentions d’aide (33). Il occupe également le deuxième rang au chapitre des points récoltés en supériorité numérique (28), en plus d’avoir inscrit cinq buts vainqueurs. Afin de prouver que le natif de Landsbro, en Suède, ne se concentre pas uniquement sur l’aspect offensif, il arrive en tête de tous les défenseurs de la ligue au chapitre des revers en sa faveur (64).

Mais la valeur d'Anderson pour les Sénateurs va bien au-delà des chiffres. De son côté, Anderson vous dira qu'il n'y a pas de défenseur dans la LNH qui joue autant un rôle significatif pour son équipe en ce qui a trait aux succès.

« Nous ne serions pas où nous en sommes en ce moment sans lui », a déclaré Anderson après la séance d’entraînement des Sénateurs plus tôt aujourd'hui à la Place Banque Scotia. « Sans contredit, il est l'une des raisons principales pour lesquelles nous sommes rendus là (dans une position pour participer aux séries éliminatoires). Je ne peux pas dire une chose pareille pour n’importe quel autre défenseur dans la ligue en ce moment, que leur équipe dépend tellement d'un seul joueur.

« Ce n'est pas que nous nous appuyons sur un seul joueur, mais dans l’ensemble, il est notre Sidney Crosby ou peu importe le qualificatif que vous voulez utiliser. »

Karlsson entend ce genre de louange et il se dit très flatté par tout ça. Mais avec un visage impassible, il vous dira qu'il n'y a qu'une seule statistique qui le préoccupe lors de chaque match, soit les deux points qui sont attribués pour une victoire.

« Évidemment, je suis heureux que les gens apprécient ce que je fais sur la glace, a déclaré Karlsson. Et je voudrais que les gens remarquent que cette équipe est une bonne équipe. Je pense que nous avons joué avec une constance appréciable toute l'année. »

Il a également prouvé qu’il s'est parfaitement adapté au style de jeu que l'entraîneur-chef Paul MacLean a réussi à faire adopter à son équipe depuis le début de sa première saison derrière le banc d'Ottawa.

« La façon dont le jeu se déroule aujourd'hui, il faut avoir beaucoup de vitesse, a déclaré Karlsson. Mais il faut aussi faire preuve de beaucoup de créativité et de créer des opportunités pour vous-même. Toutes les équipes (dans la LNH) performent assez solidement en défensive et il (MacLean) est arrivé avec cette philosophie qui exige de nous de générer beaucoup de vitesse, de créer beaucoup d'occasions, de ne pas rester les bras croisés et d’espérer que l’adversaire commette des erreurs. Cette philosophie a assez bien fonctionné pour nous. »

Si vous pensez Karlsson est un joueur totalement axé sur l’attaque, Anderson signale que son différentiel, qui s'élève actuellement à +19, est passé d’un extrême à l’autre, alors qu’il en présentait un de -30 il y a un an. C'est particulièrement impressionnant étant donné que le différentiel de but des Sénateurs sur le plan collectif est actuellement de +13.

« Dans le cas de Karlsson, il faut regarder son différentiel, a déclaré Anderson. C'est autour de +20 et Chara est à +33 et ce dernier fait partie de la meilleure équipe de la ligue au chapitre du différentiel de buts (les Bruins sont à +64). Et nous avons un différentiel d’équipe de +13 et (Karlsson) est à +19. Seulement avec cet aspect, il démontre qu’il est compétitif autant sur le plan offensif que défensif. »

« Ce qui m’a frappé le plus dans son jeu, c'est qu'il est polyvalent dans les deux sens de la patinoire. S’il commet une erreur, il est le premier à revenir dans son territoire pour réaliser un gros jeu en défensive. »

En bref

MacLean songe à accorder un départ à Ben Bishop contre les Bruins, jeudi soir pour le dernier match à domicile en saison régulière pour les Sénateurs à la Place Banque Scotia (19 h 30, TVA Sports, Sportsnet East, CKOI 104,7 FM). Bishop est à l’écart du jeu depuis le 24 février en raison d’une blessure au haut du corps, mais il s’est entraîné avec l'équipe au cours des deux derniers jours. « S’il est en santé et qu’il est prêt, nous allons probablement confier le filet à Ben demain, a déclaré MacLean. Nous voulons juste faire en sorte que tout le monde se prépare à jouer. Ben a besoin de jouer, donc nous voulons faire en sorte qu'il voit un peu d’action avant les séries. » L’entraîneur prévoit utiliser Anderson samedi, alors que les Sénateurs termineront leur calendrier régulier à Newark, contre les Devils du New Jersey (15 h, CBC, CKOI 104,7 FM)... Le défenseur Sergei Gonchar, qui n’a pas pris part au match de mardi contre les Hurricanes de la Caroline en raison d’une blessure mineure au bas du corps, était de retour sur la glace ce matin et devrait être en uniforme contre Boston... Les Bruins ont déjà annoncé que le gardien de but Tim Thomas, le centre Patrice Bergeron, Chara et le défenseur Johnny Boychuk (ce dernier blessé) n’affronteront pas les Sénateurs.



En voir plus