Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Du positif pour Elliott pendant l'été

par Rob Brodie / Ottawa Senators
Alors que celui qui devait être le partant, Pascal Leclaire, a été ennuyé par les blessures, Brian Elliott a donné un sérieux coup de pouce aux Sénateurs afin qu'ils puissent revenir en séries éliminatoires (Photo par André Ringuette/NHLI via Getty Images).
Pour plusieurs de ses coéquipiers des Sénateurs d’Ottawa, la saison 2009-2010 fut un gros pas en avant pour leur carrière respective.


Surtout Brian Elliott, l’obscur gardien qui a amorcé la campagne en étant étiqueté comme substitut de Pascal Leclaire, alors que le vétéran devait s’acquitter de la majeure partie de la tâche.

Même si cela n’était pas tout à fait officiel, Elliott fut clairement celui à qui on a fait confiance devant le filet dans la dernière portion de la saison. Il a largement contribué à permettre aux Sénateurs de participer de nouveau aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley après un an d’absence.

« Il faut regarder les éléments positifs », a déclaré l’athlète de 25 ans de Newmarket, en Ontario, en résumant sa saison. « Je ne devais que disputer 20 matchs, mais je crois que j’ai atteint mes objectifs. J’aurai bien voulu aller plus loin en séries, mais personnellement, j’ai accompli certains de mes objectifs.

« Maintenant, je dois regarder en prévision de l’an prochain, profiter de l’été et me fixer d’autres objectifs. La barre est plus haute et j’entends bien relever le défi. »

Celui qui a excellé avec l’Université du Wisconsin a fait du chemin depuis sa sélection à l’avant-dernier rang (291e au total) au repêchage de 2003. Pendant que Leclaire composait avec les blessures et des performances plutôt inconstantes, Elliott a participé à 55 matchs cette saison, incluant 48 départs. Il fut un joueur-clé dans deux importantes séries de victoires qui ont permis aux Sénateurs de participer aux séries éliminatoires.

Il ne s’agit pas d’un vol de la part de celui qui a dû attendre jusqu’à la mi-saison 2008-2009 pour obtenir un emploi à temps plein dans la Ligue nationale de hockey. Cette année, il a présenté une fiche de 29-18-4, une moyenne de buts alloués de 2,57 et un pourcentage d’arrêts de 0,909.

« Lorsque vous analysez la progression de Brian de sa première année à aujourd’hui, il avait connu des difficultés à son premier départ dans la Ligue américaine, il y a deux ans, a déclaré l’entraîneur-chef des Sénateurs Cory Clouston. Vers la fin, nous avons connu une véritable poussée — je crois que nous avions remporté neuf matchs sur 11 — et il a joué un grand rôle dans cette séquence. Ensuite, il avait été blessé au genou et nous ne nous sommes pas remis de cela.

Je ne devais que disputer 20 matchs, mais je crois que j’ai atteint mes objectifs. J’aurai bien voulu aller plus loin en séries, mais personnellement, j’ai accompli certains de mes objectifs. Maintenant, je dois regarder en prévision de l’an prochain, profiter de l’été et me fixer d’autres objectifs. La barre est plus haute et j’entends bien relever le défi. - Brian Elliott
« L’an dernier, il a débuté dans la Ligue américaine, a été nommé sur l’équipe d’étoiles et il fut rappelé (à Ottawa). Cette année, il a connu une très bonne campagne. »

Toutefois, Elliott n’a pas connu la fin de saison dont il aurait souhaité. Les Sénateurs ont été éliminés en première ronde par les Penguins de Pittsburgh et, après avoir été le partant pour les quatre premiers matchs de la série, il a passé les deux derniers affrontements sur le banc pendant que Leclaire prenait la relève. Ce dernier a notamment été devant le filet lors du 5e affrontement qui s’est terminé en troisième période de prolongation, où il a inscrit un record de franchise pour les séries éliminatoires, en effectuant 56 arrêts.

« C’est le genre de situation que l’on veut vivre, a dit Elliott. C’est notre raison de pratiquer ce sport et d’évoluer dans la LNH. C’est pénible de devoir être assis au banc, mais parfois c’est ce qu’il faut faire pour être un bon coéquipier et je veux gagner autant que l’autre, sans aucun doute. »

Tout cela fait en sorte qu’Elliott en voudra davantage pour la prochaine saison, autant pour lui que pour l’équipe. Et il est prêt pour une bataille acharnée pour l’obtention du poste de part lorsque débutera le camp d’entraînement.

« C’est de cette façon qu’il faut entrevoir chaque saison, a affirmé Elliott. La saison de chasse est ouverte en tout temps, peu importe ce qui arrive. Il s’agit simplement d’une question de compétition et il faut être meilleur que son homologue, mais il faut aussi être un bon coéquipier. Je pense que Pascal et moi entretenons une bonne relation et il a excellé pendant quelques matchs éliminatoires. C’est un bon signe aussi pour la prochaine saison.

« J’ai hâte et je suis prêt à relever le défi. »



En voir plus