Skip to main content
Site officiel des Sénateurs D'Ottawa

Nouvelles des Sénateurs

Anderson trouve sa niche chez les Sénateurs

par Rob Brodie / Ottawa Senators
En seulement un mois à Ottawa, Craig Anderson a montré à la direction des Sénateurs qu’il est le gardien dont ils ont besoin pour apporter de la stabilité devant le filet pour le présent et l’avenir (Photo par Getty Images).
Dès l'instant où il est arrivé, ou presque, Craig Anderson a senti qu’il a trouvé sa niche dans la capitale du Canada.


« Le jour où je suis présenté ici, je suis arrivé à mi-chemin de la première période et ils ont montré mon visage (sur le tableau de bord) », a déclaré le gardien de but de 29 ans en se rappelant de l’échange du 18 février, qui l'a amené chez les Sénateurs de l'Avalanche du Colorado. « L'ovation qu’on m’a réservée m’a procuré un sourire sur mon visage et je savais dès le départ que je serais heureux ici. »

Anderson avait encore plus de raisons de sourire aujourd'hui alors qu'il a paraphé un contrat de quatre ans qui lui permettra de rester à Ottawa jusqu’à la saison 2014-2015. En peu de temps ici, l’athlète de Park Ridge, en Illinois, a apporté une stabilité devant le filet, ce à quoi le directeur général Bryan Murray estime nécessaire pour les Sénateurs s’ils veulent prospérer dans le présent et à l'avenir.

« Nous croyons qu'il a apporté la stabilité », a déclaré Murray en annonçant la signature d'Anderson. « La position (de gardien de but) est celle dont nous avons besoin si nous voulons réorganiser, reconstruire et améliorer cette équipe de hockey pour l'avenir. Très certainement, Craig a pris la relève et a permis à notre équipe de jouer au hockey de la façon dont nous avons espéré.

« Nous savons tous que si vous n'avez pas une certaine stabilité devant le filet, vous n'aurez pas de chance (de gagner) dans cette ligue sur une base régulière. J'ai vraiment senti que le fait de simplement obtenir un gars avec plus d'expérience à cette position aidera pour les autres choses à faire. »

Les amateurs d'Ottawa n'ont pas tardé à adopter Anderson, surtout après que ce dernier eut blanchi leurs rivaux provinciaux, les Maple Leafs, par la marque de 1-0 à son premier match avec les Sénateurs, le 19 février au Air Canada Centre de Toronto. Depuis, il a affiché un dossier de 6-4-1 avec des chiffres impressionnants au chapitre de la moyenne de buts alloués (2,11) et du pourcentage d’arrêts (0,938).

« Il s’agissait d’une excellente opportunité pour montrer ce que je peux faire, a déclaré Anderson. Les amateurs ont été très accueillants et ce fut très facile pour moi de prendre la décision de vouloir jouer ici. Ma première impression de l'organisation, de la ville et de Bryan Murray fut excellente.

« Dès que je suis arrivé ici, les gens de l'organisation ont vraiment pris le temps nécessaire de me faire sentir chez moi et ont fait tout en leur possible pour me faciliter les choses. »

Le calme d’Anderson a rendu la vie plus facile pour une équipe qui venait de prendre un virage jeunesse, après une série de transactions effectuées peu de temps avant la date limite des échanges, et qui se poursuivra la saison prochaine alors que les Sénateurs veulent rééquiper leur alignement pour l'avenir.

« Andy est arrivé et il a bien fait pour nous », a déclaré le centre des Sénateurs Jason Spezza. « Il arrête les rondelles, il communique bien avec les défenseurs et il joue la rondelle mieux que probablement n'importe quel gardien de but que nous ayons jamais eu. De cette façon, il enlève de la pression sur notre défensive.

« Juste le fait d’avoir mis un gars comme lui sous contrat et de ne pas risquer de le perdre sur le marché des joueurs autonomes est un grand geste de la part de l’organisation. »

Bien qu'Anderson aurait pu commander un contrat plus lucratif sur le marché de l’autonomie (il était admissible pour devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet), il considère qu’il avait d'autres priorités plus importantes. Lui et son épouse, Nicole, attendent leur premier enfant en juillet et ils voulaient la stabilité d'un contrat à long terme.

« Il ne s'agissait pas d’une question d'argent, a déclaré Anderson. Il s'agit de trouver un bon équilibre et trouver un endroit où je vais être heureux, où les joueurs sont traités avec respect et que l'organisation communique avec ses joueurs. Dès le premier jour, j'ai eu de bons entretiens avec le personnel d'entraîneurs, le directeur général. Ils ont tous fait en sorte que je puisse me sentir à l’aise au sein de l'équipe. Je me sens très bien et j’ai le goût de me présenter sur la patinoire. Un tel sentiment n’a pas de prix. »


En voir plus