Skip to main content

Un match qui a montré ce que Las Vegas peut offrir

Le hockey de la LNH fait ses débuts au T-Mobile Arena alors que les Stars défont les Kings

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

LAS VEGAS - C'est un vendredi soir à Las Vegas, il fait 28 degrés Celsius, tout est parfait. Les gens déambulent le long de la « Strip », se dirigeant vers un restaurant, une boutique, un hôtel ou un casino, ou encore pour aller voir un spectacle.

Mais quittez Las Vegas Boulevard et dirigez-vous vers The Park, un secteur parsemé d'arbres où on peut manger et voir des spectacles entre le Monte Carlo et New York New York, et vous verrez qu'il y a plus que du jeu.

Il y a du sport.

Voilà l'occasion de voir le premier match de hockey à avoir lieu au T-Mobile Arena, le nouvel amphithéâtre de 17 500 sièges construit au coût de 375 millions $ qui sera le domicile de l'équipe d'expansion de Las Vegas à partir de la saison 2017-18 de la LNH.

Tout à coup, vous voyez des partisans portant des chandails de hockey, et pas seulement ceux des équipes qui disputent un match préparatoire ce soir-là, soit les Kings de Los Angeles et les Stars de Dallas. Vous voyez des partisans qui représentent différents clubs de la LNH, ainsi que des équipes comme les Rockets de Kelowna et les Gulls de San Diego.

Vous les voyez manger et boire à l'extérieur, jouant au tennis de table et à des jeux d'adresse. Vous les voyez flâner sur Toshiba Plaza, écoutant de la musique, en file d'attente pour entrer dans l'aréna. Vous entendez les gens de Dallas scander « Allez les Stars ! »

Et avant même la première mise en jeu qui allait mener à la victoire de 6-3 des Stars, vous pensez : c'est à ça que ça pourrait ressembler.

« C'est bon pour la ville, a déclaré Sam Palumbo, 33 ans. C'est bien qu'il y ait enfin du hockey ici. C'est bien d'avoir quelque chose pour la famille. »

C'est de cette façon que le propriétaire de la concession de Las Vegas, Bill Foley, voit les choses.

Quand la LNH a annoncé le 22 juin qu'elle accordait à Las Vegas sa première concession dans le monde du sport professionnel, Foley a dit qu'il voulait bâtir une organisation qui ferait tout avec classe et une équipe gagnante afin que la ville ait une identité au-delà de la Strip.

La grande région métropolitaine de Las Vegas regroupe plus de 2 millions d'habitants : des retraités, des travailleurs, des parents, des enfants. Les études de marché ont permis de constater qu'il y a plus de 130 000 acheteurs potentiels de billets : 75 000 d'entre eux sont des fervents amateurs de hockey et 55 000 autres se disent intéressés à assister à un match.

Palumbo est originaire de Rochester, dans l'État de New York. C'est un partisan des Sabres de Buffalo et il portait un vieux chandail de Pat LaFontaine. Il y a plusieurs mois, il a remis un dépôt pour deux sièges en vue du quart d'une saison, aidant ainsi l'équipe à écouler chacun des 16 000 abonnements de saison qui ont été mis en vente.

Il a un garçon de 2 ans, Cash. Il veut que son fils grandisse en assistant régulièrement à des matchs.

« C'est bien d'avoir autre chose à faire qu'aller sur la Strip, a dit Palumbo. Tout le monde pense seulement au jeu. Mais (le hockey), c'est un bon spectacle pour tous.

« Maintenant que j'ai vu l'aréna en personne… On peut voir que ce sera juste parfait. »

Une fois que vous vous retrouvez à l'intérieur du T-Mobile Arena, vous n'êtes plus à Las Vegas. Vous êtes dans l'univers de la LNH. Vous pouvez voir la Strip au travers les énormes fenêtres du bâtiment, et vous pouvez la voir sur une bannière panoramique qui a été accrochée tout en haut à un bout de la patinoire. Mais autrement, vous pourriez être à Los Angeles ou Pittsburgh ou Ottawa.

Des joueurs ont déclaré que le T-Mobile Arena leur rappelait Staples Center ou PPG Paints Arena. Les sièges sont gris charbon. On voit bien de partout. Il y a des loges et des bars, et un grand écran à haute définition est suspendu au-dessus de la glace. Le spectacle d'avant-match a mis en vedette une chanson de Frank Sinatra qui vante les attraits de la ville.

« Il va falloir un peu de temps pour s'y habituer, d'être à Las Vegas pour jouer au hockey, a noté le joueur de centre des Stars Jason Spezza. Mais je trouve qu'ils ont fait du bon travail. Pour une première fois, je trouve que c'était très bon. C'est une atmosphère propre au hockey. Il ne semble pas y avoir trop de choses en surplus et de distractions. Les partisans sont bien placés. L'éclairage est très bon. J'aime l'éclairage vif. »

Pas tout le monde a adoré ça. Jim Burr, 62 ans, est venu de Thousand Oaks, en Californie, juste pour voir l'endroit. Il a dit avoir assisté au premier match des Kings à Long Beach Arena en 1967, avant que le Forum soit complété ; et il croyait, puisqu'il s'agissait de Las Vegas, que le T-Mobile Arena serait encore plus étincelant et somptueux.

Pas tous les sièges étaient occupés. Pas tout s'est déroulé parfaitement. Mais Burr a dit croire que la LNH, ça va bien fonctionner à Las Vegas.

« Il y a beaucoup de gens qui viennent d'ailleurs et qui vivent ici ou visitent la ville, a noté Burr, qui portait un chandail des Roadrunners de Phoenix. Ce sont des gens comme nous qui vont venir aux matchs. Je crois qu'il faut absolument qu'il y ait des abonnés de saison qui vivent à Vegas, mais je crois qu'ils peuvent y arriver. »

Une foule de 15 181 personnes a assisté au match de vendredi, ce qui serait plutôt satisfaisant pas mal partout dans la LNH pour un match préparatoire, et l'atmosphère était bien meilleure que dans la plupart des arénas dans un contexte d'avant-saison. Chaque but a provoqué un rugissement de la foule. On a vite compris que cet endroit pourrait être très bruyant.

« J'ai trouvé que c'était formidable, a dit Spezza. Les amateurs étaient dans le match. C'était bien de voir qu'un bon nombre de gens de Dallas étaient ici. »

Et ce n'était qu'un début.

« Nous sommes prêts pour l'équipe, a déclaré Rick Arpin, vice-président principal du divertissement pour MGM Resorts. Nous sommes mentalement prêts. Nous ne sommes pas encore vraiment prêts, nous aurons beaucoup de travail à faire au cours des 12 prochains mois. Mais la passion est bien présente. »

En voir plus