Skip to main content

Un autre « moment spécial » pour Jonathan Drouin à Buffalo, jeudi

Le Québécois va enfiler le chandail tricolore pour un premier vrai match

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Ça commence pour vrai pour Jonathan Drouin chez les Canadiens de Montréal, jeudi. Il admet que ses débuts à l'étranger ne revêtiront pas le même cachet que lorsqu'il foulera la patinoire du Centre Bell, mardi. 

« Mais quand même, ça reste un premier match officiel », comme il l'a relevé, mercredi. 

« Ce sera un moment spécial pour moi quand j'enfilerai le chandail, même si j'ai déjà hâte à mon premier match au Centre Bell. » 

Drouin ne juge pas que ç'aurait changé grand-chose s'il avait fait ses débuts à domicile. 

« C'est peut-être préférable de commencer sur la route parce que nous pourrons trouver notre rythme et l'équipe sera mieux rodée pour le premier match à Montréal », a-t-il opiné. 

Il reste que l'affrontement face aux Sabres de Buffalo marque le début d'un nouveau départ pour lui. 

« C'est une nouvelle saison, on a tous hâte. Sur le plan personnel, c'est le début d'un nouveau chapitre. » 

Un nouveau chapitre jalonné de défis à relever. Le patineur âgé de 22 ans s'est dit fin prêt à s'acquitter des tâches importantes que l'entraîneur Claude Julien lui confiera et à composer avec la pression qui y sera rattachée. 

Dans son ancienne équipe, le Lightning de Tampa Bay, Drouin était appelé à jouer dans l'ombre des super-vedettes Nikita Kucherov et Steven Stamkos ainsi que tous les autres talentueux attaquants. 

Chez les Canadiens, il est identifié comme la prochaine grande vedette de l'équipe à l'attaque. 

« Peu importe le rôle qu'on me donne ou mon statut dans l'équipe, mon attitude ne change pas. À Tampa, je voulais performer au plus haut niveau possible, peu importe le numéro du trio dans lequel je jouais, a-t-il élaboré. C'est la même chose avec les Canadiens, que je sois le joueur de centre numéro un ou pas. J'aime le rôle qu'on me donne jusqu'à maintenant. On met tout en oeuvre pour que je sois à mon mieux. C'est à moi de redoubler d'ardeur et d'être prêt, comme toute l'équipe d'ailleurs. » 

Du potentiel 

L'entraîneur Claude Julien s'est dit confiant que le groupe qu'il a sous la main fera belle figure parce qu'il dit voir en lui un beau potentiel. 

« Nous avons quatre trios qui peuvent apporter une contribution offensive, des défenseurs qui peuvent confondre les sceptiques et nous sommes bien équipés devant le filet, a-t-il énoncé. Au final, l'attitude des joueurs va jouer un rôle important dans les succès de l'équipe. » 

Julien a dit croire au retour en force cette saison du vétéran joueur de centre Tomas Plekanec, qui a connu sa saison la moins fructueuse en carrière sur le plan offensif en 2016-17 avec 28 points (10 buts). 

« On l'a vu s'impliquer beaucoup plus offensivement dans les matchs présaison qu'il le faisait à mon arrivée à la barre la saison dernière (en février), a-t-il fait remarquer. J'ai eu la chance de diriger Tomas dans la Ligue américaine de hockey à Hamilton à ses débuts en Amérique du Nord et je l'ai vu connaître de bonnes saisons à l'attaque dans la Ligue nationale. Je sais qu'il est capable. Je l'ai encouragé à retrouver cet aspect de son jeu. Il a gardé notre discussion en mémoire et il s'est présenté au camp avec une bonne approche », a-t-il résumé.

En voir plus