Skip to main content

Steve Bernier a le sourire facile ces jours-ci avec les Canucks à Vancouver

LNH.com @NHL

VANCOUVER - Steve Bernier a le sourire facile depuis quelques jours.

Après avoir été échangé deux fois en un an, le grand attaquant semble avoir trouvé sa niche chez les Canucks de Vancouver, alors qu'il amorcera la saison au sein d'un trio complété par Daniel et Henrik Sedin.

Bernier sait bien que s'il veut que ses jours de bonheur se prolongent, il devra développer une belle chimie avec les jumeaux suédois et aider le trio à mettre des points au tableau.

"Je devrai déchiffrer ce qu'ils pensent et prévoir ce qu'ils vont faire, a noté Bernier, 23 ans, après la séance d'entraînement de lundi. Ils sont très bons avec la rondelle dans les coins, pour protéger la rondelle. J'avais toujours été le gars qui allait chercher la rondelle jusqu'ici. Maintenant, je n'aurai plus à le faire tout le temps. Je dois apprendre à me placer et à attendre qu'on me donne la rondelle pour profiter d'une bonne occasion de marquer."

La taille de Bernier sera par ailleurs un atout si les joueurs adverses cherchent à intimider les Sedin.

"Ce serait mon rôle peu importe avec qui je jouerais, a souligné Bernier en haussant les épaules. C'est normal pour moi. J'aime ça faire ça."

Jusqu'ici, Bernier semble apprendre rapidement. En quatre matchs préparatoires, l'ailier droit de six pieds deux pouces et 225 livres originaire de Québec a récolté deux buts et une aide.

Les jumeaux n'ont pas eu de belle chimie avec un ailier depuis qu'Anson Carter a marqué 33 buts et amassé 22 aides à leurs côtés pendant la saison 2005-06. Carter a quitté l'équipe la saison suivante, à titre de joueur autonome, quand les Canucks ont refusé de répondre à ses exigences contractuelles.

Daniel Sedin a dit bien aimer ce qu'il voit de Bernier, mais il estime qu'il faudra encore un peu de temps avant que le trio ne trouve son synchronisme.

"Il est grand, il est fort, a noté Daniel, qui a totalisé deux buts et cinq aides en quatre matchs préparatoires. Nous ne l'avons pas exploité assez.

"Il est encore trop tôt pour juger mais ça semble prometteur. Avec Anson, ça n'avait pas vraiment fonctionné durant le camp d'entraînement, puis tout à coup, ça s'était mis à fonctionner durant la saison."

Les Canucks ont obtenu Bernier des Sabres de Buffalo en retour de choix de deuxième et troisième tours. Il a amorcé la saison 2007-08 avec les Sharks de San Jose, mais ceux-ci l'ont échangé aux Sabres en février en retour du défenseur étoile Brian Campbell. En 76 matchs en tout, Bernier a marqué 16 buts et amassé 16 aides.

Bernier avait été repêché au 16e rang au total par les Sharks en 2003. Il a montré de belles étincelles, mais il a quand même passé son temps entre la LNH et les ligues mineures. En 177 matchs à vie dans la Ligue nationale, il a 45 buts et 90 points.

Bernier a reconnu que sa confiance était ébranlée avant d'amorcer le camp.

"Je n'ai pas passé beaucoup de temps à Buffalo, mais je suis content de ce que j'y ai réussi, a dit Bernier, qui a signé un contrat d'un an de 2,5 millions $ US avec les Canucks. J'ai bien joué. En espérant que je vais continuer de gagner en confiance."

Malgré les frustrations qu'il a vécues, Bernier a aussi appris des leçons précieuses la saison dernière.

"C'est bien d'avoir un poste, mais il faut continuer de travailler quand tu l'as pour t'assurer de le garder, a-t-il dit. Même si tu ne connais qu'une seule journée de relâchement, tu peux perdre ton poste et c'est ensuite très difficile de le reprendre.

"Si tu ne saisis pas l'occasion, quelqu'un d'autre va la prendre. Il ne faut jamais l'oublier."

L'entraîneur des Canucks Alain Vigneault aime bien l'attitude que Bernier a adoptée au début du camp.

"Il est venu ici avec la mentalité de mériter du temps de glace, a dit Vigneault. Il a le sentiment d'être un bon joueur offensif et il veut le démontrer. Quand on a réalisé la transaction, c'est ce qu'on visait d'obtenir et c'est ce qu'on espère avoir cette saison.

"Il est gros. Il n'a pas peur de la circulation lourde. Il est bon en avantage numérique. Au fur et à mesure qu'il obtiendra plus de temps de glace, et plus de présences en avantage numérique avec les jumeaux, on s'attend à voir apparaître un bon joueur sous nos yeux."

En voir plus