Skip to main content

Rutherford parle de son ancien coéquipier Howe

Le DG des Penguins a joué avec « M. Hockey » dans l'uniforme des Red Wings

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

SAN JOSE - C'était au début des années 1970, et Jim Rutherford était un jeune gardien avec les Red Wings de Detroit. Son grand-père venait de mourir, et il avait décidé de se rendre aux funérailles même si l'équipe ne lui avait pas accordé de congé.

Gordie Howe est arrivé derrière lui et lui a donné un petit coup de coude.

« Hey, le jeune, a dit Howe. C'est bien. C'est exactement ce que tu devais faire. »

Howe venait de mettre Rutherford à l'aise dans un moment difficile.

Maintenant directeur général des Penguins de Pittsburgh en Finale de la Coupe Stanley contre les Sharks de San Jose, Rutherford a raconté cette histoire samedi alors que le monde du hockey est en deuil de Howe, qui est décédé vendredi à l'âge de 88 ans.

Howe, l'un des plus grands joueurs et ambassadeurs de l'histoire du hockey, était dur sur la glace, mais chaleureux à l'extérieur de celle-ci, et Rutherford a pu en être un témoin privilégié. Il était une recrue avec les Red Wings en 1970-71, la dernière des 25 saisons de Howe à Detroit.

Rutherford a grandi au nord de Toronto, et lorsqu'il a eu la chance de vivre son rêve de jouer au Maple Leaf Gardens pour la première fois, il a accordé trois buts et a été retiré du match en première période.

« [Howe] a été le premier à venir me voir entre les périodes pour me dire "C'est OK", a raconté Rutherford. Ce n'était pas vraiment OK, puisque nous avons finalement perdu 13-0. »

C'était Gordie.

« Il agissait simplement de manière spéciale, a poursuivi Rutherford. Si quelqu'un éprouvait un problème avec quelque chose, à sa manière, il allait passer le voir et lui dire quelque chose. Cela pouvait ne pas être long. Il ne disait peut-être pas : "Hey, tu veux aller quelque part et parler?" Il passait à côté de vous ou il vous rattrapait par-derrière et il vous donnait un petit coup de coude accompagné de quelques mots, ce qui signifiait beaucoup. Son caractère et son leadership étaient incomparables. »

Rutherford a passé cinq décennies dans la LNH à titre de joueur et de dirigeant. Il a indiqué qu'il ne croyait pas que quiconque puisse « même s'approcher » de Howe en tant que joueur.

« Il a pratiqué ce sport d'une manière qu'aucune autre vedette ne l'a pratiqué, a expliqué Rutherford. Il pouvait jouer dans toutes les situations et tous les types de matchs, que ce soit un match robuste ou de finesse, et il pouvait remporter des rencontres de tellement de manières différentes. De plus, il était véritablement un attaquant de puissance, mais il était de toute évidence meilleur que tous ceux qui ont évolué dans la ligue par la suite. […]

« Il pouvait remporter une course pour marquer, et il pouvait remporter une bagarre. Il pouvait tout faire. Certains des attaquants de puissance d'aujourd'hui peuvent faire certaines de ces choses, mais pas au même niveau que lui. »

Affronter Howe à l'entraînement n'était pas agréable pour un gardien, c'est le moins que l'on puisse dire, mais il était tellement bon que c'était encore plus douloureux mentalement que physiquement.
 
« À l'époque, les lancers des poignets étaient probablement autant utilisés que les lancers frappés aujourd'hui, a confié Rutherford. Il possédait un tir très, très lourd, et il s'entraînait comme il jouait. Il jouait pour gagner, alors il tentait de marquer tout le temps. C'était un tir très, très lourd. Il ne m'atteignait toutefois pas très souvent. Le lancer se retrouvait derrière moi. »

 

En voir plus