Skip to main content

Braden Holtby et Tuukka Rask s'envoient des fleurs

Les gardiens vedettes des Capitals et des Bruins se vouent un respect mutuel

par Tom Gulitti @TomGulittiNHL / Journaliste NHL.com

ARLINGTON, Virginie - Le gardien Braden Holtby des Capitals de Washington n'est pas du genre à décortiquer le style des autres gardiens ou à analyser ce qu'ils font, surtout si tôt en saison régulière.

Mais il y a un gardien de la confrérie qui a toujours piqué la curiosité de Holtby: Tuukka Rask des Bruins de Boston - les adversaires des Capitals mercredi au Verizon Center (20h HE; NBCSN, TVA Sports, NHL.TV). Avant les matchs de mardi, Rask était à égalité en tête de la LNH avec 14 victoires, deuxième au chapitre de la moyenne des buts accordés par match, avec 1,68, quatrième quant au taux d'efficacité tirs-arrêts, avec 0,939, et deuxième pour les jeux blancs, avec trois.

« J'ai toujours pensé qu'il est un formidable gardien, a déclaré Holtby. Ses mouvements latéraux, ses aptitudes de patineur et son sens de l'équilibre sont absolument phénoménaux. C'est fascinant de le voir à l'oeuvre. Il est un de ces gardiens desquels j'ai pigé beaucoup de trucs. »

En raison du brio de Carey Price des Canadiens de Montréal, qui montre un dossier de 14-3-1 avec une moyenne de 1,82 GAA, un taux d'efficacité de 0,942 et deux jeux blancs, on a parfois le sentiment que les autres gardiens de la ligue sont impliqués dans la lutte pour l'obtention de la deuxième place dans la course au trophée Vézina cette saison. Mais Holtby, qui a remporté le trophée Vézina la saison dernière après avoir égalé le total record de 48 victoires de Martin Brodeur, n'est pas prêt à concéder le trophée à Price.

« C'est un remarquable gardien, a soumis Holtby. Son talent est visiblement indéniable, mais j'estime qu'il y a tellement de bons gardiens dans la ligue que tous sont pas mal proches. »

Au sein du groupe on peut inclure Rask, Devan Dubnyk du Wild du Minnesota (10-6-3, moyenne de 1,63, taux de 0,946 et quatre blanchissages) et Sergei Bobrovsky des Blue Jackets de Columbus (14-5-2, moyenne de 2,03, et taux de 0,930 et trois jeux blancs).

« Il y a plusieurs gardiens qui font très bien, a acquiescé Rask. Mais vous savez quoi? Les équipes s'appliquent grandement en défense, jouent en unités de cinq, et il n'y a pas de gardien qui va gagner tous les matchs à lui-seul. La performance de l'équipe a aussi beaucoup à voir, mais si vous avez un gardien il pourra voler des matchs à l'occasion. C'est un super avantage. »

Le respect entre Holtby et Rask est mutuel. Rask se rappelle fort bien que Holtby a blanchi les Bruins les trois fois que les Capitals les ont affrontés au cours de la saison 2014-15. Au moins, les Bruins ont marqué trois fois dans ces rencontres.

« Il est très fort sur le plan technique, en plus d'être doté d'un grand sang-froid, a dit Rask. La saison dernière, il a atteint un palier supérieur. Tout a fonctionné pour lui et on a vu les résultats. »

Cette saison, Holtby a été à l'image des Capitals en ce sens qu'il n'a pas affiché le niveau de constance souhaité. Il connaît tout de même un bon début de saison, avec un dossier de 11-6-2 assorti d'une moyenne de 2,14, d'un taux de 0,923 et d'un blanchissage.

« Je ne sais pas dans quelle mesure, collectivement ou personnellement, nous avons progressé comme nous l'aurions souhaité, a dit Holtby. C'est bizarre de dire ça parce que l'échantillonnage est tellement petit. Nous avons gagné des matchs dans lesquels j'estimais ne pas avoir été à mon mieux, et vice-versa. Ce sont des cycles. 

« Je me sens mieux, plus fort sur mes patins. Il y a donc une amélioration. »

Holtby explique qu'il a habituellement besoin d'un peu de temps afin de retrouver son aisance sur patins en début de saison. La période de temps a été prolongée cette saison à la suite de sa participation à la Coupe du monde de hockey 2016 en septembre. Il a été le gardien no 3 de l'équipe canadienne, derrière Price et Corey Crawford des Blackhawks de Chicago, et il n'a pas vu d'action du tournoi.

« Je m'accorde beaucoup de repos au cours de l'été afin de favoriser une bonne récupération sur le plan physique. C'est important pour moi que je le fasse si je veux passer au travers des rigueurs d'une longue saison. Au cours des premiers matchs, je mets davantage l'accent sur comment je vais me sentir à longue échéance. »

Après avoir cédé au moins trois buts dans quatre matchs de suite entre les 20 novembre et 1er décembre, Holtby a été solide dans ses deux plus récentes sorties.

Il a sans l'ombre d'un doute été le meilleur joueur des Capitals dans un revers de 2-1 en tirs de barrage contre le Lightning de Tampa Bay, samedi, réalisant 32 arrêts. Il a enchaîné avec une performance de 31 arrêts dans un gain de 3-2 en prolongation face aux Sabres de Buffalo, lundi.

Holtby dit qu'il a commencé à trouver un meilleur rythme avant ses deux derniers matchs. Mercredi, il va effectuer un cinquième départ de suite et un neuvième en 10 rencontres.

« Le calendrier plus allégé m'a permis, ainsi qu'à l'équipe, de consacrer plus de temps à l'entraînement pour garder le rythme, indique-t-il. C'est quelque chose que je n'ai pas bien fait en début de saison. Nous avons réfléchi tous ensemble et mis l'épaule à la roue. C'est dans ce temps-là, quand je vais souvent sur la glace, que je me sens mieux. Ce n'est pas le cas pour tout le monde. C'est donc un exercice d'équilibriste. »

Holtby est en quelque sorte une cible pour ses homologues à titre de lauréat du trophée Vezina. Il assure que ça ne change rien pour lui.

« C'est quelque chose dont vous pouvez vous enorgueillir, avec le recul, une fois votre carrière terminée. Vous tentez de remporter le plus de trophées que vous pouvez au cours de votre courte carrière, mais ce n'est pas mon objectif principal. Je veux simplement jouer au meilleur de ma forme et voir où ça va me mener. »

La journaliste Amalie Benjamin a collaboré à l'article.

 

En voir plus