Skip to main content

Predators-Sharks: Wilson pense que son vis-à-vis Trotz s'imagine des choses

LNH.com @NHL

SAN JOSE, Californie (AP) - Ron Wilson ne sait pas trop quelle série son vis-à-vis Barry Trotz a regardé jusqu'ici, et l'entraîneur des Sharks de San Jose mentionne que Trotz et ses Predators de Nashville risquent de ne pas aimer ce qui suivra non plus.

Après avoir refusé de commenter après le revers de 5-2 des Sharks dans un match marqué de plusieurs échauffourées, vendredi, Wilson a réagi de façon incrédule, samedi, à propos des nombreuses tentatives de Trotz de blâmer les Sharks pour les hostilités et l'accent mis sur la robustesse dans la série.

"Selon lui (Trotz), nous sommes allés là-bas pour commencer une bataille de rue, ce qui est comique, a dit Wilson au retour des siens en Californie. La série, qui est égale 1-1, se poursuit lundi à San Jose.

"C'est ridicule de dire que nous étions là pour malmener l'autre équipe ou autre chose du genre. Ce que nous avons fait, c'est leur enlever l'avantage de la glace et placer la pression sur eux. Nous sommes encore en position de commande. Et c'est sur la glace que nous allons gagner."

Wilson est un dirigeant d'expérience qui est habitué aux flèches verbales qui peuvent être lancées, particulièrement en séries éliminatoires. Comme entraîneur, il a pris part sept fois aux séries, avec trois équipes différentes, mais il semble néammoins être de plus en plus mystifié par Trotz, dont la première présence en séries s'est conclue par un gain en cinq matches des Sharks, lors du premier tour l'an dernier.

Les deux premiers matches ont été très robustes d'un côté comme de l'autre. Wilson est toutefois d'avis que l'histoire se résume aux deux coups dangereux qui ont sorti de l'action deux joueurs des Sharks, et il mentionne également les 115 minutes de pénalité décernées aux Predators.

Scott Hartnell a été impliqué dans un jeu qui a écarté Jonathan Cheechoo du premier match, bien que Trotz et Hartnell aient dit que la collision genou contre genou était accidentelle. Puis, lors du deuxième match, Alexander Radulov a envoyé Steve Bernier la tête première contre la bande en le frappant par derrière.

Wilson croit que Radulov aurait dû écoper d'une sentence plus sévère qu'un match de suspension. L'entraîneur des Sharks a été stupéfait lorsque Trotz a affirmé que Bernier avait vu le coup venir et qu'il s'y était préparé.

Les Sharks n'ont pas encore déterminé si Bernier a subi une commotion cérébrale, ni s'il sera disponible pour le troisième match.

En voir plus