Skip to main content

Poolers : derrière les chiffres

Quelques statistiques marquantes des matchs disputés hier soir dans la LNH

par Sébastien Deschambault @sebasdLNH / Chroniqueur LNH.com

Voici quelques statistiques qui ont retenu l'attention au cours des matchs du jeudi 20 octobre :

5 : Nombre de mises en échec distribuées par l'attaquant des Penguins de Pittsburgh Chris Kunitz, ce qui fait de lui le meneur dans la LNH à ce chapitre depuis le début de la saison avec 23. Depuis trois saisons, les statistiques offensives de Kuntiz ne cessent de décliner, autant à forces égales qu'en avantage numérique, et son nombre de tirs fait de même. Il a cependant embrassé un nouveau rôle de joueur d'énergie, et son nombre de mises en échec ne cesse de progresser au cours de la même période. En 2013-14, il a appliqué 157 mises en échec, avant de passer à 211 la saison suivante, puis à 264 la saison dernière, bon pour le septième rang dans la LNH. Si l'époque où il amassait des statistiques ronflantes aux côtés de Sidney Crosby est bel et bien révolue, Kunitz est devenu un joueur de soutien intéressant pour les poolers des ligues multicatégories, lui qui amasse environ un point tous les deux matchs et qui fait preuve de robustesse.

4:25 : Temps d'utilisation de l'attaquant des Bruins de Boston David Backes. Ceux qui s'inquiétaient de l'utilisation qui serait faite de Backes avec le retour dans l'alignement du centre Patrice Bergeron seront rassurés. L'imposant attaquant a été le joueur le plus utilisé des Bruins sur le jeu de puissance en compagnie de David Krejci, et il a connu une soirée typique malgré le fait qu'il n'ait pas amassé de point avec deux minutes de punition, six tirs et sept mises en échec. Avec une telle utilisation Backes pourrait renouer avec le plateau des 50 points et ainsi redevenir l'un des joueurs les plus convoités dans les ligues multicatégories.

1 : Rang chez les Panthers de la Floride occupé par le défenseur Jason Demers au chapitre du temps d'utilisation en infériorité numérique ainsi qu'en avantage numérique. S'il n'est aucunement surprenant de le voir trôner au sommet de l'équipe à court d'un homme, c'est une tout autre chose pour ce qui est du jeu de puissance, alors que Keith Yandle et Aaron Ekblad sont habituellement les hommes de confiance de Gerard Gallant. Mais comme les Panthers n'avaient toujours pas trouvé le fond du filet en avantage numérique avant le match de jeudi, Gallant a décidé d'effectuer quelques expériences. La Floride a finalement marqué en supériorité numérique… mais avec Ekblad et Yandle sur la glace. Il sera intéressant de voir combien de temps cette expérience durera.

En voir plus