Skip to main content

Pas plus de 60 matchs pour Price dans un monde idéal

Le Tricolore souhaite que le vétéran Montoya aide à la réalisation de l'objectif

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Dans un monde parfait, Carey Price ne serait pas utilisé dans plus de 60 matchs cette saison. C'est le plan que les Canadiens de Montréal ont en tête pour leur gardien vedette qui sera secondé par le vétéran Al Montoya à l'ouverture de la saison régulière, jeudi.

L'entraîneur des gardiens du Tricolore Stéphane Waite a dit qu'elle est révolue l'époque où des gardiens pouvaient disputer plus de 65 matchs.

« Je ne crois plus que des gardiens peuvent jouer 66, 67 ou jusqu'à 70 matchs. Ça n'a aucun sens », a-t-il avancé, lundi.

Il y a à peine deux saisons, en 2014-15, quand Price a signé le record de concession de 44 victoires et remporté tous ses honneurs individuels, il avait disputé 66 rencontres. La saison dernière, il a été limité à 12 rencontres en raison d'une blessure au genou droit.

« Idéalement, Carey ne dépassera pas les 60 matchs cette saison, a repris Waite. Nous avons établi un plan en ce sens-là avec lui. Parfois, le scénario idéal prend le bord quand tu dois gagner des matchs afin de participer aux séries éliminatoires. »

L'entraîneur des gardiens a souligné que l'arrivée du vétéran Montoya va contribuer à la réalisation du plan.

« Al peut gagner des matchs sur une base régulière. Meilleur est ton gardien réserviste, plus tu peux accorder du répit à ton gardien numéro un. Ça, c'est 'priceless' », a-t-il renchéri, en se permettant un jeu de mots avec Price.

Montoya, qu'on a mis sous contrat au salaire de 950 000$ pour cette saison, a ravi le poste d'adjoint de Price à Mike Condon, que l'équipe a cédé à l'équipe-école de St.John's, lundi. Condon doit passer l'étape du 'ballottage', c'est-à-dire qu'une des 29 autres équipes a le loisir de réclamer ses services jusqu'à mardi midi.

« Nous avons basé notre décision sur les résultats et nous jugeons qu'Al a connu un meilleur camp que Mike », a expliqué l'entraîneur Michel Therrien.

Montoya, âgé de 31 ans, s'est présenté au camp en ayant une longueur d'avance sur Condon, en vertu de son statut de gardien réserviste très fiable.

« Il a été un des meilleurs gardiens réservistes de la ligue au cours des quatre dernières saisons, principalement au cours des trois dernières, a avancé Waite. Ce n'est pas facile de disputer quatre matchs par mois. Ce n'est pas tout le monde qui peut le faire. Lui est capable. Il connaît son rôle et il est un bon coéquipier. J'ai appris à le connaître depuis mon retour du tournoi de la Coupe du monde. Les réunions que nous avons ensemble sont plus longues parce qu'il pose énormément de questions. C'est le 'fun', j'adore son attitude. »
 
Pas de funérailles

Le coup a dû être difficile à encaisser pour Condon, qui a décliné de s'adresser aux journalistes.

« Ce n'est jamais facile pour un entraîneur de gardiens de voir un gars quitter, mais ce ne sont pas les funérailles de Mike. Il n'est pas mort, a lancé Waite. Il va rejouer dans la LNH. J'espère que ce sera pour les Canadiens. Je souhaite qu'il ne soit pas réclamé au 'ballottage'. L'organisation a mis Montoya sous contrat pour avoir trois gardiens de la LNH.

« S'il est réclamé, ce sera le 'fun' pour lui et je lui souhaiterai bonne chance. J'espère pour lui qu'il soit réclamé, mais pas pour nous, a-t-il continué. Mike est voué à un bel avenir dans la LNH. Il est doté d'un bon physique, il possède de bonnes habitudes de travail et il met l'accent sur les bonnes choses. C'est un jeune homme brillant dont nous sommes super content de la progression au cours des deux dernières années. C'est incroyable le chemin qu'il a parcouru. C'est la raison pour laquelle on veut le garder avec nous. »

Waite lui a livré un message d'espoir avant qu'il ne plie bagage.

« Je lui ai souligné que Corey Crawford (qu'il a dirigé chez les Blackhawks de Chicago) a passé cinq ans dans la Ligue américaine de hockey (LAH), qu'il y avait livré plus de 250 matchs avant de s'établir chez les Blackhawks, a noté Waite, qui a été l'entraîneur du Montréalais Crawford à Chicago. Mike n'est pas rendu au quart de ça. Il n'y a rien de mal pour lui de retourner dans la Ligue américaine. Plus il jouera, mieux ce sera pour lui. »

Therrien et Waite ont dit que Condon n'a pas à se culpabiliser pour l'échec que l'équipe a connu, la saison dernière.

Le gardien recrue a été envoyé dans la fosse aux lions à la suite de la blessure qu'a subie Price. Il a certes connu des hauts et des bas, mais il n'a pas reçu tout le soutien qu'il aurait dû obtenir de ses coéquipiers. L'Américain a complété la saison avec une fiche de 21-25-6, avec une moyenne de buts accordés par match de 2,71 et un taux d'efficacité tirs-arrêts de 90,3 pour cent.  

« Il s'est super bien débrouillé, a soutenu Waite. Je lui répétais continuellement que tout ce qui arrivait à Carey était bon pour lui. C'était comme un cours universitaire en accéléré, un très bon bagage d'expérience. L'accent était mis à ce qu'il devienne meilleur à tous les jours. Il est un gardien amélioré par rapport à la saison dernière.

« Mais la saison difficile de l'équipe nous a enseigné l'importance d'avoir de la profondeur à la position de gardien de but. C'est pour cette raison qu'on est allé chercher Montoya. »

Disant que l'organisation a une idée en tête, Waite n'a pas voulu élaborer quant à l'effet domino que provoquerait l'éventuelle arrivée de Condon à St.John's.

Un des deux jeunes, Charlie Lindgren ou Zachary Fucale, pourrait se retrouver dans un calibre de jeu inférieur, dans la East Coast League.

« Nous aurons une très belle profondeur si Mike demeure avec nous. Sinon, il nous restera deux bons jeunes qui vont finir par jouer dans la LNH. Peu importe, j'aime la situation des gardiens de l'organisation. Je suis très à l'aise avec Lindgren et Fucale. Ce sont deux beaux espoirs. Si Mike reste en plus, nous serons en Cadillac. »

En voir plus