Skip to main content

Martin Saint-Pierre sait qu'il s'agit sans doute de sa dernière chance

LNH.com @NHL

BOSTON - Martin Saint-Pierre sait pertinemment que c'est sans doute la dernière occasion qu'il se voit offrir de faire son nid dans la LNH, à l'âge de 25 ans.

"J'essaie de faire ma place, je veux me défaire de l'étiquette de joueur de la Ligue américaine qui me colle après", a déclaré l'attaquant franco-ontarien des Bruins de Boston, mardi.

Saint-Pierre, qui est natif d'Embrun, profite de l'absence pour une longue période de plusieurs joueurs blessés - les Marco Sturm, Patrice Bergeron et Phil Kessel. Sturm, qui a été opéré à un genou, ne reviendra pas au jeu cette saison.

"Je suis un joueur de centre, mais j'ai laissé savoir à Claude (Julien, l'entraîneur) que j'étais prêt à jouer comme ailier ainsi que dans toutes les situations. Je ne veux pas manquer mon coup."

Après avoir passé trois saisons dans l'organisation des Blackhawks de Chicago, Saint-Pierre a demandé d'être échangé. Les Bruins ont obtenu ses services, en cédant Pascal Pelletier aux Hawks.

"Je voyais que je ne figurais pas dans les plans. Les Blackhawks ont beaucoup de jeunes espoirs talentueux et c'est normal qu'ils leur fassent confiance. Je ne leur en veux pas. On s'est quitté en bons termes."

Saint-Pierre, qui livrait son 31e match dans la LNH mardi, a réalisé un rêve en affrontant le Canadien. Son père est un fervent du CH. Il possédait même des billets de saison, à l'époque du Forum.

"J'ai joué contre les Sénateurs d'Ottawa, la semaine dernière. Il me reste maintenant à jouer des matchs à Ottawa et à Montréal", a-t-il souligné.

(...)

Martin Saint-Pierre joue avec un long bâton, de quelques pouces seulement plus court que celui qu'utilise Zdeno Chara, même s'il mesure 13 pouces de moins que le géant défenseur des Bruins (cinq pieds huit pouces).

"J'ai commencé à jouer avec un long bâton en 2002, dans les rangs juniors à Guelph, a relaté Saint-Pierre. C'est un avantage marqué principalement en situation d'infériorité numérique."

(...)

Les Bruins ont encaissé un autre dur coup, lundi, en obtenant la confirmation qu'ils devraient se tirer d'affaire sans les services de Phil Kessel, qui souffre de la mononucléose. L'entraîneur Claude Julien estime que l'équipe possède la profondeur afin de surmonter cette autre épreuve. Les Bruins sont déjà privés des Marco Sturm, Patrice Bergeron et Andrew Ference. Mardi, ils n'ont pu miser sur Milan Lucic (haut du corps) et Emmanuel Fernandez (blessure inconnue).

"On a été éprouvé par les blessures, la saison dernière, et on est passé au travers. On va passer au travers encore cette saison", a affirmé Julien.

La perte de vétérans, la saison dernière, a accéléré le processus de développement des jeunes espoirs de l'organisation. Julien a dit en récolter les dividendes cette saison.

(...)

Le Canadien a fait appel au même groupe de joueurs qui a vaincu les Capitals de Washington, samedi. Ainsi, Yannick Weber n'a pas joué.

(...)

Claude Julien ne voit aucun problème à diriger l'équipe d'étoiles de l'Association Est en compagnie de Guy Carbonneau.

"On va avoir du plaisir, j'en suis assuré. Nous, les entraîneurs, ne sommes pas différents des joueurs. Il existe une rivalité, mais on se parle dès que c'est fini. On tourne vite la page. Guy fait de l'excellent travail depuis qu'il est en poste. Il mérite d'être au match des étoiles."

En voir plus