Skip to main content

Marc-André Fleury s'ajuste bien à son rôle de mentor

L'ancien gardien partant des Penguins affiche son soutien à l'endroit de la recrue Matt Murray

par Wes Crosby / Correspondant LNH.com

PITTSBURGH - Le gardien des Penguins de Pittsburgh Marc-Andre Fleury s'adapte lentement mais sûrement à son rôle de mentor auprès du gardien recrue Matt Murray.

Fleury a enfilé l'uniforme, lundi, pour la première fois depuis qu'il a subi sa deuxième commotion cérébrale de la saison, le 31 mars. Après une longue convalescence, il s'est retrouvé sur le banc, où il a enfilé sa casquette à l'envers, comme il le fait toujours. De cet endroit, il a regardé Murray réaliser 47 arrêts, un sommet en carrière, dans une victoire de 3-2 contre les Capitals de Washington lors du troisième match de la série ; les Penguins ont ainsi pris les devants 2-1 dans la série du deuxième tour dans l'Association de l'Est.

On s'attend à ce que Murray se retrouve encore une fois devant le filet, mercredi, lors du quatrième affrontement de la série quatre de sept qui sera disputé au Consol Energy Center (20h HE ; TVA Sports, CBC, NBCSN).

Constatant que les Capitals multipliaient les tirs au but en deuxième période du troisième match sans réussir à percer sa muraille, les partisans des Penguins ont commencé à scander le nom de Murray, comme ils l'ont souvent fait pour Fleury au cours de la dernière décennie.

« Je l'ai entendu. C'était fort, a déclaré Fleury. C'est bien pour lui, mais je ne m'y suis pas tellement attardé. »

Ce n'est un secret pour personne, Fleury voudrait jouer. Maintenant qu'il est de nouveau en santé, il s'estime capable de retrouver le niveau de jeu qu'il avait affiché il y a un peu plus d'un mois. Quand sa saison s'est terminée après seulement 58 départs, il présentait une moyenne de buts alloués par match de 2,29, la plus basse de sa carrière dans la LNH.

Fleury réalise toutefois que les astres se sont alignés d'une autre façon depuis.

« J'adore jouer. J'adore le hockey, a dit Fleury. Je trouve que ces matchs-là sont les plus plaisants, en raison du niveau élevé d'intensité et parce que ce sont les matchs les plus difficiles à remporter. Quand tu réussis effectivement à gagner, c'est tellement fort comme sensation. Tu travailles tout l'été et toute la saison pour accéder aux séries éliminatoires et obtenir la chance de rivaliser pour la Coupe. Mon souhait serait de jouer, mais la situation est ce qu'elle est et c'est correct comme ça. »

Fleury et Murray semblent avoir des personnalités très différentes. L'aîné des gardiens des Penguins est reconnu pour sa bonne humeur et le sourire qui ne quitte jamais son visage. Le cadet de 21 ans, lui, est considéré comme un jeune homme sérieux qui affiche beaucoup de maturité pour son âge. Selon Fleury, Murray est « plutôt calme, sur la glace et en dehors ». Murray, lui, a déclaré que la personnalité joviale de Fleury permet d'alléger l'atmosphère à un moment où la pression se fait sentir.

Selon l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan, les deux gardiens ont tissé des liens solides.

« Ce sont deux professionnels et deux bonnes personnes, a dit Sullivan. Ils s'entendent bien. Ils s'encouragent l'un l'autre. Ce sont des éléments importants de l'équipe. Notre foi, nous l'exprimons tous à l'endroit de l'équipe dans son ensemble. Je trouve que c'est là un des plus beaux aspects du hockey, ce sentiment de faire partie d'un tout dont la somme est plus grande que l'addition des individus qui s'y trouvent ; ça permet de vivre quelque chose de formidable. »

Bien qu'il aimerait retrouver son poste de gardien partant, Fleury veut aussi aider Murray à connaître du succès.

« C'est toujours stressant en séries, il y a beaucoup d'intensité, alors c'est bien de rester un peu plus tranquille, a affirmé Fleury. Ce n'est pas facile, mais ce n'est rien de trop inquiétant. Il a été formidable. Il a une belle personnalité, il est confiant et je veux juste l'aider du mieux que je peux. »

Fleury est le meneur de tous les temps pour les victoires chez les Penguins, avec 357, et il a remporté la Coupe Stanley ; mais il cède présentement sa place à une recrue qui a amorcé 19 matchs dans la LNH, en saison régulière et en séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Cette recrue a affiché un dossier de 9-2-1 en saison régulière avant de signer la victoire dans cinq de ses six premiers départs en séries.

On s'attend à ce que Murray demeure le gardien de confiance des Penguins jusqu'à ce que son niveau de jeu décline. Fleury accepte la situation avec sérénité.

« Il est tout simplement une personne formidable, a dit Sullivan de son vétéran gardien. C'est un gars d'équipe. C'est une bonne personne. Il comprend la situation et il s'y est adapté. Quand tu es un joueur, tout ce que tu peux faire, c'est de chercher à contrôler ce que tu peux contrôler, et tant mieux pour nous si nous pouvons compter sur un Marc-André Fleury en santé en ce moment. Ça fait de nous une meilleure équipe. Il va tout faire pour s'assurer de rester alerte, afin d'être prêt si jamais nous avons besoin de lui pour nous aider à gagner.

« Entre-temps, il fait de l'excellent travail avec Matt. C'est un mentor formidable et il exprime très bien son soutien à l'endroit de Matt et de ce qu'il a accompli jusqu'ici. »

Fleury a qualifié sa convalescence de « longue » et « frustrante ». Maintenant, il doit composer avec un autre type de stress.

« Je trouve que c'est plus stressant quand tu ne joues pas que lorsque tu joues, a déclaré Fleury. Tout ce que tu peux faire, c'est de rester assis et d'encourager les gars. Il n'y a pas grand-chose de plus que tu puisses faire, dans le fond. »

En voir plus