Skip to main content

Marc-André Fleury fait ses adieux aux partisans des Penguins

Le gardien, qui risque d'être sélectionné lors du repêchage d'expansion, a rencontré de nombreux partisans mardi

par Wes Crosby / Correspondant LNH.com

CRANBERRY, Penn. -- Marc-André Fleury aurait peut-être fait ses adieux à Pittsburgh mardi.

Fleury a rencontré plus de 250 partisans des Penguins de Pittsburgh au Dick's Sporting Goods entre 19h et 20h. Alors qu'il se dirigeait vers une table en portant une casquette des Pirates de Pittsburgh, Fleury n'a pu s'empêcher de sourire alors que les partisans scandaient son nom.

Car les Golden Knights de Vegas pourraient sélectionner Fleury lors du repêchage d'expansion de la LNH mercredi, il voulait passer ce qui aurait pu être sa dernière journée comme membre des Penguins avec les partisans à Pittsburgh.

« Dick's a appelé mon agent et beaucoup de personnes leur avaient fait la demande », a dit Fleury, qui a passé les 13 premières saisons de sa carrière dans la LNH avec les Penguins. « C'était donc une occasion de rencontrer quelques partisans et de passer du temps avec eux... C'est très flatteur. J'ai appris qu'il y a eu encore plus de personnes dans la queue. C'est fou. Je ne m'y attendais pas. »

Fleury a été exposé Golden Knights en vue du repêchage d'expansion de la LNH, parce que Pittsburgh a plutôt décidé de protéger le gardien Matt Murray. Les Golden Knights, qui choisiront un joueur de chacune des 30 équipes de la LNH, devront soumettre leur liste de sélections avant 10h mercredi. Les sélections seront annoncées pendant le Gala 2017 de la LNH présenté par T-Mobile à Las Vegas plus tard mercredi (20h H.E.; NBCSN, SN).

L'événement de mardi a eu lieu un jour après que Fleury et sa famille eurent célébré l'ouverture d'un terrain de jeu dont il a fait don au Sto-Ken-Rox Boys and Girls Club à McKees Rocks, une banlieue de Pittsburgh.

« Je pense parfois que les gens croient que les athlètes sont hors de portée, a dit Fleury. Je croyais donc que c'était important de ne pas l'être. »

Cette attitude a obligé Tevin Belleville, un habitant âgé de 18 ans venant d'Evans City, en Pennsylvanie, à arriver au magasin à 21h30 lundi soir. Il a été le premier à recevoir un des bracelets requis pour entrer.

« Je l'ai entendu aux nouvelles et je me suis dit, "Je dois y être. Je ne sais pas quand tout le monde ira", a expliqué Belleville. "Je commençais à appeler Dick's afin de savoir quand les personnes allaient arriver. Je suis venu ici le plus vite possible. »

Belleville a mentionné que d'autres partisans ont commencé à arriver au magasin à environ 23h lundi. Il a montré sa gratitude pour la manière dont Fleury s'est porté pendant toute sa carrière à Pittsburgh.

« Fleury donne toujours son meilleur, a dit Belleville. Il est un vrai joueur d'équipe. »

L'assistance n'a pas surpris Belleville ni les autres partisans. Fleury, par contre, a été étonné.

« C'est un peu fou, a avoué Fleury. N'importe où où je vais, tout le monde est incroyable envers moi. Ils me saluent, ils prennent une photo. Ils ont toujours de bons mots. C'est parfois un peu émouvant, mais c'est très flatteur. »

Fleury, qui a remporté la Coupe Stanley trois fois avec Pittsburgh, détient le record des gardiens des Penguins pour le nombre de matchs joués (691) et des minutes jouées (39 769), ainsi que pour le nombre de victoires (375) et de blanchissages (44).

Les partisans ont fait l'article des accomplissements de Fleury mardi, mais ils ont fait davantage l'éloge du comportement du gardien.

« Fleury était un des premiers joueurs des Penguins que j'ai soutenus, a noté Sarah Evans, 20 ans. Lors du premier match auquel j'ai assisté, il était le gardien. Mais j'aime le fait qu'il aime le hockey. Quand il fait l'arrêt, tu peux voir qu'il est très fier de lui-même. »

Sa petite sœur Abby Evans, 15 ans, était d'accord

« Pour moi, il s'agit de sa personnalité, a déclaré Abby. Son enthousiasme sur la patinoire. Son comportement sur glace et en dehors est vraiment incroyable. »

Fleury a parlé avec les partisans alors qu'ils lui donnaient des affiches, des bâtons, des chandails et d'autres souvenirs à signer. Il a apprécié la réception, mais il a avoué que cela n'allait pas rendre son départ plus facile.

« Ce serait difficile. C'est ma maison, a dit Fleury. J'ignore ce que l'avenir me réserve et je suis heureux que tout le monde se souvienne de moi comme un bon gars, non seulement comme un gardien. C'est important pour moi. »

Fleury a admis qu'il n'avait pas encore accepté son départ.

« Je doute que ce soit réel jusqu'à la prochaine saison ou au début du camp d'entraînement, quand je ne reviendrai pas ici pour faire ce que je fais habituellement. C'est le moment où ça va me frapper. »

Avant que son avenir ne soit décidé mercredi, Fleury souhaitait se concentrer sur ses récents succès.

« Je suis heureux d'avoir eu l'occasion de faire un dernier tour de piste dans mon chandail [des Penguins] et avec la Coupe en main », a-t-il dit.

En voir plus