Skip to main content

LNH.com à l'entretien de Tkachuk avec les Blues

Les dirigeants de l'équipe ont accordé un accès exclusif à l'entrevue de l'un des meilleurs espoirs en vue du repêchage 2016

par Mike G. Morreale @mikemorrealeNHL / Journaliste NHL.com

BUFFALO - Matthew Tkachuk réalise que les chances qu'il soit repêché par les Blues de St. Louis au repêchage 2016 de a LNH sont très minces, à moins qu'une transaction survienne avant la première ronde qui aura lieu au First Niagara Center le 24 juin.

Cependant, avoir la chance de rencontrer les Blues, l'équipe qu'il encourageait dans sa jeunesse, mercredi au Combine de la LNH demeure néanmoins une expérience qu'il n'oubliera jamais. St. Louis a été l'une des 14 équipes qui avaient prévu une entrevue avec Tkachuk, un attaquant des Knights de London de la Ligue de hockey de l'Ontario qui apparaît au deuxième rang du classement final des patineurs nord-américains du Bureau central de dépistage.

 

Tkachuk est arrivé à Buffalo mardi, deux jours après que son but en prolongation eut donné à London une victoire de 3-2 contre Rouyn-Noranda en finale de la Coupe Memorial.

Les Blues possèdent sept choix au prochain repêchage, mais ils vont parler au 28e rang de la première ronde. Tkachuk devrait être sélectionné dans le top 10.

St. Louis a donné à LNH.com une permission exclusive de s'asseoir dans la pièce pendant l'entrevue avec Tkachuk, dont le père Keith est membre du Temple de la renommée du hockey des États-Unis, et a passé les huit dernières saisons de sa carrière avec les Blues.

La conversation a été divertissante et éclairante.

Lorsque Tkachuk est entré dans la pièce, il a serré la main des huit dépisteurs, dont Bill Armstrong, le directeur du dépistage amateur. Armstrong, qui s'est assis à la gauche de Tkachuk, et Dan Ginnell, à sa droite, ont posé la majorité des questions.

Après que Tkachuk eut parlé de sa famille et expliqué comment il avait effectué une transition fructueuse dans la OHL avec les Knights, Armstrong a demandé à l'attaquant gaucher de 6 pieds 1 pouce, 200 livres ce qu'il devra faire pour atteindre la prochaine étape de sa carrière.

« Je pense que l'explosivité est ce qui sera le plus important, a répondu Tkachuk. J'ai toujours cherché à améliorer mes trois premiers coups de patin et mon explosivité sur mes départs. Si une rondelle est libre, je veux m'en emparer. »

Armstrong a ensuite tenté de déstabiliser Tkachuk quelque peu en lui suggérant que bien que son sens du jeu appartient à l'élite, son coup de patin au cours de la deuxième moitié de ses présences pourrait devoir être amélioré. Tkachuk était bien d'accord.

« Je crois que vous avez parfaitement raison, a-t-il admis. Lorsque mes présences se prolongent, et que je tente de me replier ou d'attaquer, c'est un peu plus difficile. »

Armstrong a ensuite demandé à Tkachuk à quel joueur de la LNH il pourrait se comparer.

« Pour le coup de patin, je ressemble à un joueur comme Corey Perry, un joueur à qui j'ai souvent été comparé », a répondu Tkachuk.

Armstrong a répliqué : « Ce n'est pas un mauvais joueur auquel être comparé. »

« Non, je vais le prendre, bien que ce ne soit pas juste pour lui, a dit Tkachuk avec le sourire. J'ai toujours aimé James van Riemsdyk et Jamie Benn également. Alors si je peux retirer un petit quelque chose de chacun de ces trois joueurs, je serai très heureux. »

Peu de temps après, Armstrong a demandé à Tkachuk comment il se sentirait s'il devait jouer avec les Blues.

Tkachuk a raffiné ses aptitudes sur les patinoires de St. Louis, où il a disputé six saisons dans le programme AAA des Blues. Il a accompagné son père à la plupart des entraînements des Blues et a grandi dans une maison remplie de joueurs de hockey, incluant David Backes et Lee Stempniak, puisque Keith et son épouse, Chantal, ont hébergé plusieurs jeunes joueurs de St. Louis à leur arrivée dans la LNH.

« Jouer pour les Blues ne serait certainement pas bizarre, a assuré Tkachuk. Ce serait fantastique. Je veux simplement jouer dans la LNH le plus rapidement possible. Peu importe où je serai repêché ni à quel rang. »

Il a ensuite répondu à une question sur son éthique de travail à l'entraînement.

« Je suis un jeune motivé, je le sais, mes parents le savent, et tous ceux qui sont près de moi le savent, a expliqué Tkachuk. À l'entraînement, je vais toujours tenter de gagner un avantage. Mon état d'esprit au cours de la première période d'un match contre Guelph [dans la OHL] un vendredi soir de saison régulière est le même que j'avais en prolongation de la finale de la Coupe Memorial. »

Ce qui a poussé Armstrong à demander : « Et à quoi pensais-tu avant d'amorcer la prolongation en finale de la Coupe Memorial? »

« Je me demandais ce que je devrais faire si je marquais, et que je n'avais décoché qu'un tir dans le match jusque-là, a rappelé Tkachuk. Alors si je voulais marquer, je devais diriger plus de rondelles au filet. »

Tkachuk a fait mouche à 7:49 de la prolongation sur son troisième lancer de la période de surtemps.

Le personnel de dépistage des Blues ont mis fin à l'entrevue à ce moment, mais pas avant de demander quel était le meilleur conseil que Keith Tkachuk avait offert à son fils dans les premiers balbutiements de sa carrière.

« Il m'a répété les deux mêmes choses avant chaque match : soit compétitif et fait une différence », a été la réponse de Tkachuk.

Armstrong a demandé à Tkachuk s'il lui arrivait de regarder souvent des buts de Keith.

« Non, pas vraiment, a admis Tkachuk. Si certains de ses buts sont montrés dans des faits saillants, je vais les regarder, mais je ne cherche pas à les regarder. J'ai vu plusieurs de ses buts en personne.

« Il n'existe pas beaucoup de vidéos de ses saisons de 50 buts, a-t-il ajouté en riant. C'est difficile pour les yeux [puisque la plupart ont été inscrits grâce à des déviations dans l'enclave]. »
 
Tkachuk a fourni des détails à propos de l'entorse à la cheville qu'il a subie avant la Coupe Memorial, et a expliqué que cela ne devrait pas le ralentir bien longtemps. Il a aussi confié aux gens présents qu'il avait été invité, en compagnie de quelques autres espoirs de premier plan du repêchage 2016, au match no 4 de la Finale de la Coupe Stanley entre les Sharks de San Jose et les Penguins de Pittsburgh à San Jose le 6 juin.

 

En voir plus