Skip to main content

L'humilité est une caractéristique des Red Wings, dit Downey

LNH.com @NHL

DETROIT - Aaron Downey n'a pas participé à un seul match des séries. Il est fort probable qu'il regarde toutes les rencontres de la finale depuis les tribunes. Pourtant, l'attaquant des Red Wings de Detroit n'échangerait sa place avec personne.

"Je viens d'avoir ma meilleure saison dans la Ligue nationale. J'ai pris part à 56 matchs, soit le total de plus élevé de ma carrière, je suis demeuré en santé et j'ai eu ma part de combats.

"Je n'ai aucune raison d'être déçu, ajoute l'ancien porte-couleurs du Canadien. J'ai un rôle dans cette équipe et même si je ne joue pas, je conserve ma bonne humeur. De toute façon, je suis prêt si jamais on me fait signe."

Downey apprécie l'ambiance qui règne chez les Red Wings. Selon lui, le talent et l'expérience sont des facteurs importants dans les succès de l'équipe. Mais il y a plus.

"L'humilité est une caractéristique de cette équipe, dit-il. Nous respectons toujours l'adversaire, peu importe son classement. On sait que n'importe quelle équipe peut nous battre si nous sommes mal préparés."

Downey fait valoir que cette approche n'est pas étrangère au leadership exercé par les vétérans.

"Steve Yzerman a montré la voie. D'autres ont pris la relève comme Kris Draper et Nicklas Lidstrom", dit-il.

Ce leadership se manifeste de façons diverses.

"Après un entraînement, il n'est pas rare de voir Lidstrom demeurer sur la glace et patiner d'une ligne bleue à l'autre. Lorsqu'ils voient ça, les autres joueurs en font autant", dit Downey.

"Draper, lui, est toujours au gymnase. Les gars ne peuvent faire autrement que d'y aller aussi. Je n'ai jamais vu un gymnase de la Ligue nationale aussi occupé que celui des Red Wings."

Le Canadien

Downey garde un bon souvenir de son passage chez le Canadien. Il est toujours reconnaissant envers Bob Gainey de l'avoir réclamé au ballottage au moment où sa carrière semblait piquer du nez à St. Louis.

"Le Canadien m'a rescapé après St. Louis. L'organisation m'a toujours traité avec respect. C'est ce que j'ai toujours apprécié", raconte l'homme fort des Red Wings.

Downey a subi une commotion cérébrale la saison dernière. Il n'a jamais été le même par la suite.

"Je jouais en périphérie. C'est pas moi ça", admet-il aujourd'hui.

Downey a rencontré Guy Carbonneau lorsque les Red Wings étaient à Dallas pour y disputer la finale de l'Ouest.

"Le Canadien a eu une très belle saison. Il sera encore meilleur l'an prochain. Les jeunes auront une année d'expérience de plus. L'ajout d'un vétéran ou deux est peut-être juste ce qu'il manque à l'équipe."

En voir plus