Skip to main content

L'état de santé de Crosby n'inquiète pas Sullivan

L'entraîneur des Penguins a dit n'envisager aucun problème majeur pour ce qui est de son capitaine

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

WASHINGTON - La main gauche de Sidney Crosby n'était pas une source de préoccupation chez les Penguins de Pittsburgh, jeudi.

L'entraîneur Mike Sullivan a indiqué « n'envisager rien de particulier » sur ce front, à l'occasion d'une conférence téléphonique avec les journalistes.

 

« J'ai quitté l'aréna tard hier soir et je n'ai pas eu l'occasion de discuter avec le personnel médical aujourd'hui, a élaboré Sullivan. Je ne m'attends pas à quelque chose de significatif dans le cas de Sidney »

Crosby a reçu un coup de bâton à la main gauche d'Alex Ovechkin au cours de la troisième période du quatrième match de la série de deuxième tour entre les Penguins et les Capitals de Washington, mercredi.

L'attaquant vedette a retraité vers le vestiaire des siens, furieux, laissant craindre le pire. Il est revenu dans l'action peu de temps après et il a complété la rencontre, que les Penguins ont remportée 3-2 en prolongation au Consol Energy Center.

Après le match, Crosby a admis en entrevue à la CBC avoir effectivement craint le pire sur le coup, ajoutant que finalement ce n'était rien de sérieux.

On verra bien de quoi il en retourne véritablement au retour de l'équipe à l'entraînement, vendredi.

Les Penguins se retrouvent confortablement installés dans le siège du conducteur, en avant 3-1 dans la série. Ils peuvent envoyer en vacances la meilleure équipe de la LNH en saison régulière au Verizon Center de Washington, samedi.

Les Penguins se sont forgé une avance enviable même si Crosby n'a amassé qu'une passe et qu'il n'a pas encore réussi de but dans les quatre premières confrontations de la série. Ils ont réalisé le fait d'armes sans même avoir encore obtenu un filet en supériorité numérique.

Ce sont les joueurs de soutien comme les Matt Cullen, Eric Fehr, Tom Kuhnhackl et Brian Dumoulin qui font une grande différence.

Les Penguins ont même poussé l'audace de l'emporter mercredi privés des services de leur as défenseur Kristopher Letang, qui était sous le coup d'une suspension d'un match.

« C'est l'essence même de notre équipe », a relevé Sullivan au sujet de la contribution diversifiée de ses troupiers. « Des joueurs différents se démarquent à chacun des matchs, que ce soit en réussissant un but gagnant ou encore en réalisant un jeu important, en bloquant un tir ou en remportant une mise au jeu importante. »

Les Penguins jouent comme s'ils étaient animés d'un sentiment d'invincibilité. C'est tout un contraste par rapport à l'atmosphère de fragilité qui régnait au sein de l'équipe à l'arrivée en poste de Sullivan, en décembre.

« Nous avons dû surmonter beaucoup d'adversité au cours des derniers mois », a mentionné l'entraîneur, qui a glissé au passage que la série était loin d'être acquise. « Nous avons dû composer avec la perte de plusieurs joueurs importants pendant de longs moments. Les gars ont été mis au défi sur une base hebdomadaire, voire quotidienne. Cela a contribué à créer un fort sentiment d'entraide entre eux et une grande force de caractère pour l'équipe. C'est ce que j'admire de ce groupe : chacun travaille fort pour l'autre. C'est très gratifiant pour un entraîneur. Je dois une fière chandelle à nos leaders qui ont pris les choses en main. "Sid" (Crosby) et les autres, les Evgeni Malkin, Chris Kunitz, Matt Cullen et Kristopher Letang, ont fait un travail colossal, tout en facilitant l'intégration des jeunes qui se sont greffés à l'équipe.

« Nous sommes dans un état d'esprit complètement différent par rapport à mon arrivée. Nous jouons avec énormément de confiance actuellement », a conclu Sullivan.  

 

En voir plus