Skip to main content

Les Penguins viennent à bout des Capitals

Pittsburgh remporte la série contre Washington grâce à un gain de 4-3 en surtemps dans le sixième match

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

PITTSBURGH - Qui va stopper les Penguins de Pittsburgh? Même la meilleure équipe de la LNH en saison régulière a en été incapable.

Les Capitals de Washington, gagnants du trophée des Présidents avec une impressionnante récolte de 120 points, ont tout donné avant de rendre leur dernier souffle, les Penguins l'emportant 4-3 en prolongation devant 18 650 spectateurs au Consol Energy Center, mardi.

 

Au moment où on les croyait morts mardi, les Capitals sont sortis des limbes en effaçant un retard de trois buts.

Nick Bonino a sauvé la mise après 6:32 de surtemps en poussant derrière Braden Holtby le retour de lancer de Carl Hagelin.

Video: Bonino envoie les Penguins en finale d'association

Le but de Bonino a couronné une soirée de sept points pour le trio complété par Phil Kessel, auteur de deux buts. Hagelin a été l'autre marqueur des Penguins, qui ont donc enlevé les honneurs de la série de deuxième tour de l'Association de l'Est en six rencontres (4-2). Ils retrouveront maintenant sur leur chemin le Lightning de Tampa Bay, tombeur des Islanders de New York en cinq duels.

« Ce trio nous rend de précieux services depuis un bout de temps, a commenté l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan. Il a été visible à chacune de ses présences sur la glace mardi. Bonino est très bon. Je n'hésite pas à l'utiliser dans toutes les situations. Il est efficace en défense comme à l'attaque. Il joue en infériorité numérique et en supériorité. »

T.J. Oshie, avec son sixième but des séries, Justin Williams, son troisième, et John Carlson, son cinquième, ont été les marqueurs des Capitals.

Pour Williams, c'était un 14e but en carrière dans des rencontres où son équipe fait face à l'élimination - le troisième meilleur total de l'histoire de la LNH. Il a ajouté une aide.

Nicklas Backstrom et Alex Ovechkin ont amassé deux aides chacun.

Le jeune Matt Murray a de nouveau été solide devant le filet, lui qui a fait face à 39 lancers, trois de moins que Holtby.

La séquence de saisons des Capitals sans atteindre au minimum le troisième tour des séries éliminatoires s'est prolongée à 16. La dernière fois remonte à 1998, l'année où ils se sont inclinés en Finale de la Coupe Stanley contre les Red Wings de Detroit.

Les Penguins, deuxièmes au classement de l'Association de l'Est, sont de retour en finale d'association pour la première fois depuis le printemps 2013. Cette année-là, ils s'étaient inclinés en quatre matchs face aux Bruins de Boston.

Le Lightning, qui a fini sixième dans l'Est avec 97 points, a atteint la finale d'association pour la deuxième année d'affilée, et la troisième fois en six saisons.

Folle troisième

En retard de deux buts avant la troisième période, les Capitals ont augmenté le rythme, comme on devait s'y attendre. Ils ont toutefois dû résister à un jeu de puissance des Penguins, après que Holtby eut frustré Conor Sheary.

À 7:23, Williams a fait 3-2 pavant la voie à une fin de période complètement éclatée.

Les Penguins se sont mis à envoyer la rondelle partout dans les gradins. Trois pénalités successives pour avoir retardé le jeu ont finalement mené au but égalisateur en avantage numérique du défenseur Carlson.

« Je n'avais jamais vu rien de semblable, a relevé l'entraîneur Mike Sullivan. Ç'a été dur à avaler. Mais les gars ont lutté farouchement. »

« C'en était presque risible comme situation, a noté le défenseur Kristopher Letang. Peut-être devrions-nous modifier la courbe de nos bâtons.

« Dire qu'avant la troisième période, l'entraîneur nous avait rappelé l'importance d'être continuellement en mouvement et de tenir nos bâtons bas pour ne pas écoper de pénalités. »

Letang a par la suite mis les siens dans une position délicate en étant puni pour obstruction à l'endroit d'Oshie, avec moins de trois minutes à jouer.

« J'ai failli perdre connaissance sur le coup tellement j'ai crié fort sur la glace, a confié Letang. Puis, rendu sur le banc des pénalités, j'ai prié pour ne pas que les Capitals marquent.

« Les Capitals auraient pu facilement gagner le match en temps réglementaire, a-t-il enchaîné. Nous ne voulions pas aller jouer le match no 7 chez eux jeudi. »

« Avant la prolongation, a confié Sullivan, j'ai dit aux gars de prendre une profonde respiration, qu'on ne pouvait pas revenir en arrière, et de jouer au hockey. »

Le récidiviste Orpik

Le match aurait bien pu basculer du côté des Penguins en deuxième période. En l'espace de quelques secondes, ils ont fait payer chèrement l'indiscipline de Brooks Orpik, qui a écopé d'une double pénalité mineure à 6:25. Orpik, qui était de retour d'une suspension de trois matchs, a balancé son bâton au visage de Patric Hornqvist. Un geste d'indiscipline inexcusable commis près du filet des siens au moment où l'action s'était déplacée au centre de la patinoire.

Kessel, à 7:05, et Hagelin, à 7:38, ont fait 3-0 dans le temps de dire « sac à papier ». Kessel a déjoué Holtby après s'être avancé vers l'enclave en provenance du côté gauche. Hagelin a rabattu au passage le tir du défenseur Olli Maatta.

Lent départ

En amorce de soirée, les Penguins n'ont pas été galvanisés par l'accueil délirant que leurs partisans leur ont réservé. Pas tout de suite. Ils ont même été cafouilleurs, avant de prendre les devants.

Les Capitals n'ont pas profité de la situation. On a tout de même pu constater que le jeune Murray était alerte. Imposant devant le filet, il laissait la rondelle le heurter.

Le but de Kessel à 4:05 a donné du rythme aux hôtes. Ils ont par la suite pris graduellement l'initiative du jeu. S'amenant hors l'aile sur le flanc gauche, Kessel a décoché un tir des poignets vif en utilisant le défenseur Karl Alzner comme écran. Holtby a vu la rondelle lui passer sous le bras droit.

 

En voir plus