Skip to main content

Les Penguins ne font pas grand cas de leur jeu de puissance

Pittsburgh croit avoir les aptitudes et les stratégies nécessaire pour régler ses problèmes en avantage numérique

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

PITTSBURGH -- Si le tir sur réception de Patric Hornqvist était passé juste à l'intérieur du poteau gauche au lieu de le frapper tôt en première période samedi, personne ne discuterait du jeu de puissance des Penguins de Pittsburgh en ce moment.

En vue du match no 2 de la finale de l'Association de l'Est face aux Sénateurs d'Ottawa au PPG Paints Arena lundi (20h H.E.; TVA Sports, CBC, NBCSN), personne ne tente de chercher les raisons pour lesquelles Pittsburgh n'a marqué aucun but en cinq occasions lors du match no 1 ou en 10 occasions au cours des trois derniers matchs.

« Exactement, a dit l'attaquant des Penguins Jake Guentzel. Ce n'est qu'une question d'un seul tir. »

Mais le tir de Hornqvist a en effet touché le poteau lors d'un avantage 5-contre-3 à 5:22 de la première période et les Penguins n'ont pu convertir aucun de leurs 10 tirs au but lors de cinq jeux de puissance. Étant donné le fait qu'ils ont perdu 2-1 en prolongation pour accuser un retard de 1-0 dans la série quatre de sept, il est évident que leur jeu de puissance fait désormais l'objet de discussions.

« Comme je l'ai dit à notre groupe [dimanche], et nous leur avons montré quelques exemples ce matin, quand notre jeu de puissance est à son meilleur, il y a beaucoup de mouvement, tant de la rondelle que de nos joueurs, a expliqué l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan. Ce n'est pas un secret. Nous le disons depuis longtemps. C'est la raison pour laquelle notre jeu de puissance excelle. Je crois que notre jeu a stagné un peu.

« Nous l'avons vécu auparavant. Nous en discutons et puis les joueurs y répondent. Je pense que nous avons eu de bonnes discussions ces derniers jours et j'espère que les joueurs auront d'autres occasions ce soir. Je sais qu'ils feront mieux. »

Le joueur de centre Evgeni Malkin a indiqué qu'un ajustement potentiel serait d'envoyer la rondelle derrière le filet afin de permettre au joueur de centre Sidney Crosby d'organiser les jeux.

Malkin et l'attaquant Phil Kessel ont eu des difficultés à protéger la rondelle le long de la rampe contre l'unité de désavantage numérique des Sénateurs, qui ont fait pression sur les attaquants et le défenseur Justin Schultz près de la ligne bleue. Cela a permis aux Sénateurs de ravir la rondelle et de quitter la zone.

« Nous avons besoin d'une autre remise, a dit Malkin. Ils déploient trois joueurs en haut du territoire où nous contrôlons la rondelle. Nous devons jouer dans les coins et la remettre à Sid et [Hornqvist] derrière la ligne du but ou derrière la cage. Il faut faire quelque chose de nouveau, parce qu'ils savent que nous voulons effectuer des jeux de triangle entre Schultz, Phil et moi. Ils nous mettent sous pression, alors Sid et [Hornqvist] sont ouverts en fond de territoire. Nous devons les utiliser davantage. »

Guentzel a déclaré que son unité en avantage numérique, composée de lui, des attaquants Nick Bonino et Conor Sheary et des défenseurs Olli Maatta et Chad Ruhwedel, pourrait adopter la même stratégie lors du match no 2.

« Nous avons regardé les vidéos et nous croyons avoir trouvé un moyen, a-t-il dit. Nous devons effectuer les bons jeux. »

On a posé des questions à Sullivan lundi au sujet de l'idée de diriger le jeu de puissance depuis la ligne du but, mais au lieu de divulguer ses tactiques du match no 2, il a simplement déclaré que les chances de marquer sont là, et c'est aux joueurs d'en profiter.

Ce n'est habituellement pas un problème chez les Penguins. Ils ont marqué sur 25 pour cent des attaques à cinq (8-en-32) au cours des 10 premiers matchs des séries après avoir figuré au troisième rang dans la LNH en saison régulière (23,1 pour cent).

« Nous avons regardé le vidéo et nous avons quelques idées à propos des ajustements qu'il faut faire, mais nous avons un groupe très capable ici, a dit Sullivan. Ils ont généré de nombreuses chances [lors du match no 1]. Nous avons touché un poteau. Même si l'unité ne marque pas en avantage numérique, ça ne signifie nécessairement pas qu'elle était inefficace. Nous tentons d'évaluer notre groupe de façon équitable.

« Certains jeux de puissances étaient très solides et nous avons eu plusieurs belles chances de marquer. Nous ne les avons pas converties, c'est décevant. Nous croyons que ce groupe est fort capable. C'était un excellent jeu de puissance pour nous pendant toute la saison, et nous savons qu'il le sera à nouveau. »

En voir plus