Skip to main content

Les Penguins doivent avoir du succès en avantage numérique

Pittsburgh n'a marqué qu'un seul but en 13 occasions sur le jeu de puissance lors des trois premiers matchs de la Finale

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

NASHVILLE -- La divergence sur les unités spéciales est devenue un facteur dans la Finale de la Coupe Stanley.

Les Penguins de Pittsburgh mènent la série quatre de sept 2-1 face aux Predators de Nashville en vue du match no 4 au Bridgestone Arena lundi (20h H.E.; TVA Sports, CBC, SN, NBC).

Cependant, les Penguins tirent de l'arrière en ce qui concerne le rendement en avantage numérique.

Les Predators sont 4-en-10 sur le jeu de puissance, incluant 2-en-3 dans une victoire de 5-1 lors du match no 3 samedi.

En plus de leurs déboires en infériorité numérique, les Penguins ont eu des difficultés à remplir le filet en avantage numérique (1-en-13 en Finale).

Ces taux représentent un renversement considérable.

Avant le début de la Finale, Pittsburgh a eu le meilleur jeu de puissance (14-en-56, 25 pour cent) parmi toutes les équipes qui ont atteint la deuxième ronde des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Et en saison régulière, les Penguins ont apporté une contribution constante sur l'attaque à cinq.

Ils ont marqué le deuxième plus grand nombre de buts en avantage numérique (60), derrière seul le Lightning de Tampa Bay (62). Ils ont présenté le troisième meilleur taux d'efficacité en avantage numérique (23,1 pour cent), derrière les Sabres de Buffalo (24,5) et les Maple Leafs de Toronto (23,8).

Alors, qu'est-ce qui a changé?

« [Nous affrontons] simplement une différente unité en infériorité numérique », a expliqué le défenseur Justin Schultz à la suite de l'entraînement au Bridgestone Arena dimanche. « Ils sont un peu plus agressifs, nous n'y sommes pas habitués. Mais nous devrions mieux faire. Nous avons eu de bonnes chances à certains moments, mais nous nous sommes parfois écartés de notre jeu. Il faut donc nous en tenir au plan et faire ce que nous avons fait pendant toute la saison. Nous avons montré que nous pouvons avoir du succès. »

Les Predators représentent un nouveau défi, mais ils n'ont pas encore démoralisé les Penguins.

« Ils font beaucoup de pression, plus que [les Sénateurs d'Ottawa] ou n'importe quelle autre unité en infériorité numérique que nous avons affrontée jusqu'ici, a avoué Schultz. C'est simplement une question de trouver des lignes de passe et de bouger la rondelle, puis nous obtiendrons nos chances. »

Pendant l'entraînement dimanche, les Penguins ont promu l'attaquant Jake Guentzel, qui mène la LNH avec 13 buts, au sein de la première unité en avantage numérique avec Schultz et les attaquants Sidney Crosby, Phil Kessel et Evgeni Malkin.

« Nous avons travaillé certains concepts sur lesquels nous nous concentrons depuis le début de la saison, a dit l'entraîneur des Penguins Mike Sullivan. Ce n'est rien de nouveau pour eux. Mais nous n'avons évidemment pas eu les mêmes succès dans la présente série, mais nous croyons fermement en ces gars. Nous tentons simplement de renforcer nos stratégies. »

Une stratégie que Sullivan souligne depuis le début de la série est l'idée de diriger plus de tirs vers le filet sur le jeu de puissance.

« Je crois que rien ne démantèle une structure défensive mieux qu'un tir au but », a déclaré Sullivan après que les Penguins n'eurent marqué aucun but en sept occasions lors du match no 3. « Nous pourrons établir notre attaque par conséquent. »

La lutte mentale se poursuit -- tir ou passe?

Après l'entraînement dimanche, Crosby a discuté des déboires des Penguins lors du match no 3, quand Pittsburgh n'a généré qu'un seul tir lors de trois jeux de puissance.

« Ce premier jeu de puissance, nous avons passé beaucoup de temps dans leur zone et généré quelques bonnes chances, a noté Crosby. Ils sont agressifs en écoulant des pénalités. Tes chances de marquer ne seront pas toujours parfaites, surtout si tu attends le moment où ils seront trop agressifs.

« C'est ainsi que ça va parfois. Il ne s'agit pas de la possession continue de la rondelle, il s'agit plutôt d'un seul jeu. Nous devons nous assurer d'être patients jusqu'à ce que nous exécutions le bon jeu, et quand ce moment arrive, nous devons mettre la rondelle dans le fond du filet. »

Schultz a indiqué que les Penguins ne montrent pas trop de déférence aux gros canons comme Crosby, Malkin ou Kessel en avantage numérique.

« Nous avons beaucoup de talent et nous tentons de travailler ensemble et de trouver de nouveaux moyens de connaître de succès, a dit Schultz. Je ne crois que quiconque esquive des responsabilités pour dire, "Oh, Sid va y aller et faire le travail". Nous devons tous travailler ensemble. Sinon, le jeu de puissance ne va pas fonctionner. »

En voir plus