Skip to main content

Les Capitals tentent de demeurer détendus en vue du match no 5

Ils doivent être concentrés sans jouer de manière crispée, en plus d'en obtenir plus de leurs meilleurs joueurs pour éviter l'élimination

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

ARLINGTON, Virginie - Les Capitals de Washington semblaient dans un bon état d'esprit et discutaient de manière joviale alors qu'ils tentaient de demeurer détendus au cours de leur entraînement matinal au Kettler Capitals Iceplex.

La clé pour les Capitals sera de conserver cette approche en vue du match no 5 de leur série de deuxième ronde de l'Association de l'Est contre les Penguins de Pittsburgh au Verizon Center samedi (19 h 15 (HE); TVA Sports, NBC, CBC, SN).

Les Capitals tirent de l'arrière 3-1 dans cette série quatre de sept et ils ne sont plus qu'à un revers d'être éliminés par les Penguins en deuxième ronde pour une deuxième saison de suite. Il s'agit de plus qu'une histoire familière pour eux. 

C'en est presque devenu l'histoire de leur vie.

Ils excellent en saison régulière, puis ils jouent comme s'ils avaient le poids du monde sur leurs épaules au cours des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. 

« Vous ne pouvez bien jouer si vous êtes crispés, a noté le défenseur Matt Niskanen. C'est comme pour les sprinteurs. Les sprinteurs sont détendus. Votre corps fonctionne mieux de cette manière. Il faut que votre esprit soit clair. Il faut être déterminé. Il faut être concentré. Mais nous ne pouvons être crispés. »

Il y a une raison qui explique pourquoi les Capitals n'ont pas franchi la deuxième ronde depuis qu'ils ont effectué leur seule présence en Finale de la Coupe Stanley en 1998. Ce n'est pas seulement la malchance, et au cours de plusieurs de ces années, ce n'était pas en raison d'un manque de talent.

Il s'agit de la deuxième saison de suite que Washington remporte le trophée des Présidents en étant dominant par moments en saison régulière, mais ils ne semblent pas être en mesure d'afficher le même niveau en séries éliminatoires.

Le défenseur Kevin Shattenkirk, qui a été acquis dans une transaction avec les Blues de St. Louis le 27 février, est un nouveau venu, mais il ne lui a pas fallu longtemps pour détecter le gorille de 800 livres dans le vestiaire.

« Avec l'historique présent dans ce vestiaire, ce qui s'est produit par le passé, cela peut pousser certains joueurs à serrer leur bâton un peu plus fort, et à ne pas réaliser les jeux normaux que nous sommes capables de faire, a imagé Shattenkirk. Dans mon esprit, nous avons vu que cela ne fonctionne pas lorsque nous jouons comme ça. Nous sommes un groupe très détendu lorsque nous jouons bien, et je crois qu'il faut que nous le réalisions. Nous avons plusieurs joueurs ici qui joue pratiquement mieux lorsqu'ils ne réfléchissent pas, et c'est ce que nous devons retrouver, jouer de manière simple, lire le jeu, réagir et non pas nous demander sans cesse "Suis-je au bon endroit? Je dois réaliser ce jeu." 

« Parfois, il faut juste prendre ce qui nous est offert. » 

Après que le gardien Braden Holtby eut été retiré du match au début de la troisième période après avoir accordé trois buts sur 14 lancers dans un revers de 6-2 dans le match no 2, il a parlé au téléphone le lendemain avec John Stevenson, un ancien entraîneur des gardiens devenu psychologue sportif, que Holtby a rencontré lorsqu'il évoluait avec les Blades de Saskatoon dans la Ligue de hockey de l'Ouest. Le message de Stevenson à Holtby était semblable à ce que Shattenkirk a dit à propos de ne pas trop penser.

« Si vous demandez aux meilleurs gardiens au monde à quel moment ils offrent leur meilleur rendement, si vous leur parliez immédiatement après [un très bon match], et que vous leur demandiez, 'À quoi pensais-tu ce soir?' [La réponse serait], 'Je ne sais pas. Je ne peux pas te le dire. J'ai simplement fait ce que j'avais à faire' », a mentionné Stevenson au cours d'une entrevue téléphonique depuis son bureau d'Edmonton plus tôt cette semaine. « Alors ultimement, ce que vous voulez c'est d'avoir l'esprit tranquille. »

Holtby a reconnu que cette série avait été difficile pour lui mentalement. Il y a eu des séquences où les Capitals ont contrôlé le jeu pendant de longs moments sans marquer, et où les Penguins ont soudainement transformé une erreur ou un tir bloqué en attaque en surnombre ou en une chance de marquer de qualité que Holtby n'est pas parvenu à stopper.

Ce fut à nouveau le cas dans la défaite des Capitals 3-2 dans le match no 4 mercredi, alors que Holtby a accordé trois buts sur 18 tirs. Alex Ovechkin a critiqué son rendement après cette partie, et l'entraîneur Barry Trotz a répété souvent depuis que ses meilleurs joueurs devaient se lever. 

Holtby fait partie de ce groupe. 

« Nous formons encore un groupe confiant, et je crois que nous devons simplement réaliser que nous ne pouvons jouer en serrant autant notre bâton, et que nous devons nous détendre quelque peu et jouer au hockey, a affirmé Holtby. C'est dans ces conditions que nous jouons notre meilleur hockey, lorsque nous ne nous soucions de rien. Nous ne réfléchissons pas. Nous ne faisons que jouer. Nous jouons les uns pour les autres et c'est ce qu'il faudra faire pour accomplir notre travail. »

Lorsqu'il lui a été demandé ce qu'il pouvait faire pour aider ses joueurs à jouer de manière plus détendue dans le match no 5, Trotz a répondu : « Je ne sais pas. Nous allons placer quelques blagues dans la soupe.

« Je crois qu'il faut simplement les laisser jouer de manière joyeuse. Il faut juste qu'ils profitent de leur expérience, qu'ils se contentent de jouer. Vous pouvez disputer un match important tout en profitant de cette expérience. J'ai trouvé que nous étions très détendus aujourd'hui. Je ne nous ai pas sentis crispés. Il faut se dire quelques fois, "Et puis tant pis. Contentons-nous de jouer". Et c'est ce que nous allons faire. »

En voir plus